mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • amour atome

Du QI au QE

L'Amour comme barème

oeuvre de jean marc tonizzo - serpatasL'intelligence froide et chaude

Il appartiendrait à la métaphysique de combler le vide laissé par la philosophie de la nature, en cherchant s'il ne serait pas donné à l'homme de connaître, par une autre voie que l'expérience, non plus des essences et des lois, mais des causes véritables, douées à la fois d'une faculté de changement et d'une faculté de permanence. Boutroux

L'intimité de la matière

La page précédente (amour) nous a permis de relier l'extase à un principe créateur. Ce moteur, avons nous dit, est présent à l'intérieur de chaque chose. Il correspond à la partie « immatérielle » de la matière. Les spiritualités la nomment Dieu. Dieu correspond donc (aussi) aux particules élémentaires* dont parlent aujourd'hui les scientifiques.

*quarks, neutrinos, bosons, etc.

Pour la science, ces « immatérialités » sont de simples traces. Des empreintes laissées par des « choses imperceptibles » sur des accélérateurs de particules.

Le quarks serait-il sans qualités ?

Un principe créateur capable de créer à partir de lui-même des êtres sentimentaux (nous), peut-il n'avoir aucune qualité ? À cette question, je répondrai par la négative. A mon sens, cette « énergie créatrice » (le vide, le quarks, Dieu), à des «qualités». Mais ces qualités sont encore trop subtiles pour notre intelligence en ce début de troisième millénaire. Les particules élémentaires, ne l'oublions pas, étaient présentes avant le monde qu'elles animent. Les physiciens d'ailleurs, semblent aller dans ce sens en leur accolant certaines «valeurs qualitatives*».

* « charmes », « saveurs », « couleurs ».

Quel sens pourrait avoir la création ?

Les choses ont un sens.
Si le vide, (Dieu), a « produit » l'univers, c'est sans doute pour quelques raisons. S'il a engendré un esprit capable d'évoluer, c'est vraisemblablement avec un motif. Si sa création incluait la potentialité de l'homme, c'est sans doute dans un but bien précis.

L'immatériel (Dieu) a choisi un monde apte à créer des formes vivantes dotées d'un esprit. Un esprit évoluant d'espèces en espèces vers un esprit supérieur et désireux d'atteindre le bonheur et l'extase.

Quel rapport entre Dieu l'extase et l'homme ?

En tant qu'essence, l'Amour absolu est la base de la création. Autrement dit Dieu est Amour absolu. L'extase est l'incarnation de l'amour absolu. L'homme aspire à l'extase pour ressentir l'essence originelle (Dieu).

Donc l'amour est la base de l'univers.

Et par déclinaison, la « capacité à exprimer cet amour », devient le véritable barème de l'évolution.

La carotte et le bâton

Les moteurs de l'évolution

Une phtographie de bagnardRien n'est comparable dans le vivant pourtant l'homme a besoin de comparaison Jmt.

Peut-on quitter les vieux principes ?

L'humanité a besoin d'aiguillon pour construire son monde, des stimulants pour évoluer vers sa perfection.
Compétition, désirs, honneurs, célébrité, pouvoir, élitisme, hiérarchie ... voilà quelques belles ruses utilisées par la vie pour motiver l'être humain. Être plus intelligent, plus rapide, plus riche, plus fort, plus célèbre, voilà quelques moteurs poussant l'homme à l'action constructrice. Si nous étions tous égaux l'humanité ne connaîtrait pas le progrès. Pour créer, nous avons besoin de diversités intellectuelles, physiques et sociales et de nous comparer*.

*Notre évolution est encore inconsciente. Elle se nourrit essentiellement de jugements, de comparaisons, de notations.

Du corps, à l'intelligence, au cœur

Au cours des temps les valeurs ont évolué. La force pure et l'ardeur prédominaient vraisemblablement aux origines de l'humanité. Quand l'outil, la chasse, la pêche sont apparus, l'habileté a sans doute supplanté la force. Puis les évolutions technologiques et scientifiques, celles du commerce et du droit, on fait émerger les qualités intellectuelles. Aujourd'hui, malgré le chaos entraîné par ce nouveau palier de l'humanité, les capacités créatrices deviennent les valeurs recherchées*.

*éclairant la clairvoyance d'artistes comme Beuys, Warhol, ou Duchamp

Dans la grande aventure de l'évolution, certaines facultés sont dépréciées et écartées. D'autres, au contraire, sont recherchées et valorisées. Si, par nécessité, l'agressivité prédomine chez la plupart des primates naturels (berceau de nos origines), aujourd'hui la douceur prend de plus en plus d'importante. L'intelligence froide cède du terrain à l'intelligence chaude*.

* le QE, quotient émotionnel, capacité à comprendre ses émotions et à les utiliser en créativité

Du QI au QE.

La conscience humaine, en émergeant, change également les hiérarchies de valeurs. Les véritables sens de la vie apparaissent de plus en plus distinctement. Globalement, La témérité laisse sa place à l'intuition et à l'affection. L'art de vivre se préfère à la pulsion de domination. Le "milliardaire" perd de l'aura attractive au profit de l'artiste (même si depuis la chute de l'URSS, la précarité induite par l'ultra libéralisme restaure ponctuellement son pouvoir).

Une évolution vers le sensible

Au cours des temps, le choix des valeurs évolue. Cette évolution montre une ascension du physique vers l'esprit et de l'intelligence froide vers le sentiment. du QI vers le QE..

Religion de l'amour

Les progrès du sensible

kant revu par tonizzoLa femme mène le monde

En préférant, de génération en génération, un certain type d'hommes, les femmes font l'humanité. En préférant le sensible au cruel, l'intelligent à l'insensé, la femme façonne notre monde.

Nous parlons bien sûr de globalité.
Des retours en arrière sont parfois nécessaires.

Par exemple, les valeurs transmises par les années 1990-2000, n'ont rien à voir avec les années hippies. La précarité imposée par le marché conduit les femmes à rechercher une certaine sécurité. À préférer les qualités matérialistes aux qualités spirituelles. A favoriser le narcissisme au détriment de l'humilité. A choisir le "mieux adapté". L'agressif au sensible. A préférer en somme, l'extraverti à l'introverti selon la définition de Jung.

En passant sous la coupe du marché, les médias ont également influencé ce retour machiste, violent, injuste et sombre*.

*D'où le sentiment de noirceur et de perte d'optimisme des années actuelles

Mais ce renforcement des qualités primaires, est ponctuel.

A l'échelle de l'histoire, l'humanité se dirige malgré tout, vers le spirituel. Elle évolue progressivement vers le sensible.

Progressivement la sélection culturelle favorise le plus doux. Elle avantage les plus aptes à exprimer leurs sentiments. Les plus subtils à transmettre leur amour.

L'influence du spirituel

Progressivement l'humanité évolue vers la sensibilité et la psychologie. Les religions et des philosophies en sont à l'origine. En plaçant le divin au-dessus des dominants guerriers, le judaïsme, par exemple, nous a permis de maîtriser ces autocrates. En plaçant le saint au dessus de l'aristocrate, les grandes religions ont orienté la société humaine vers le bien.

En plaçant l'amour absolu (dieu) au-dessus de l'amour vulgaire, le bouddhisme, le christianisme, l'islam... en ont fait notre horizon.

Le bien est intégré par l'humanité

A présent, l'amour du prochain, le respect d'autrui, la compassion, l'entraide, la non-violence, la reconnaissance de ses fautes, etc., ont été complètement intégrées par l'humanité. L'homme a incorporées ces valeurs supérieures dans la société. Elles ensemencent ses lois, sa morale, son éthique et son éducation. Toutes les grandes cultures humaine, occidentales et orientales, vénèrent ces valeurs transcendantes. Aimer son prochain, le respecter, être apte à la compassion, à la générosité, à l'amitié, est préféré à leurs contraires.

Globalement, l'ensemble humain apporte son respect à l'homme bon, juste, altruiste et désintéressé. Il réprouve au contraire, l'injuste, le vénal, l'égoïste, le méchant. Et même les décennies actuelles, valorisant la manipulation, la vénalité et l'égoïsme, n'ont pas changé nos « héros ». Malgré le matraquage médiatique, l'abbé Pierre, sœur Emmanuelle, Gandhi, Luther King, remportent encore les suffrages de popularité. Les "mauvaises" icônes du marché n'ont jamais réussi à s'imposer. Et dans ces temps d'argent roi, les nouvelles préférences françaises* sont encore révélatrices de nos valeurs préférées.

* Yannick Noah où Zinedine Zidane

Les symboles ne trompent pas

Le marché lui-même, se choisit des icônes complément différentes de son caractère. Il hisse par exemple l’œuvre de Vincent Van Gogh (l'altruisme par excellence), au plus haut de ses exigences. Le marché place donc inconsciemment au sommet de ses valeurs, l'altruisme et le don de soi.

 

Pourquoi par exemple, le marché place-t-il l'art au sommet de ses choses les plus chères et les plus précieuses ? pourquoi fait-il des œuvres de l'artiste (à l'opposé du marchand), les plus chers de ses objets ? Pourquoi hisse-t-il au pinacle les œuvres du peintre le plus emblématique du détachement et du don de soi ? Le plus éloigné du marchandage et de la vénalité ? Autrement dit, pourquoi le marché aime-t-il tant Vincent Van Gogh ?

Du QI au QE

L'ambiguïté humaine

Masque africain Vivre à ses règles.

Les règles humaines actuelles sont encore très proches de celle de la nature. Bien souvent, l'homme constructeur est contraint de jouer le jeu des valeurs primaires. La compétition, la domination, l'agressivité, font encore parti de notre paysage mental. Mais au fond de nous, nous préférerions vivre dans un monde plus doux. Nos cœurs préfèrent globalement les valeurs spirituelles et chérissent l'amour d'autrui, le partage, l'entraide.

De l'intellectuel à l'émotionnel

Fondamentalement, et malgré les apparences, l'humanité évolue vers ces valeurs supérieures. Depuis longtemps déjà, l'intelligence froide, le QI (coefficient intellectuel) a remplacé la brutalité. Ce type d'intelligence cède lui-même sa place au QE (coefficient émotionnel).

De l'anthropocentrisme

Notre anthropocentrisme est également en perte de vitesse. Peu à peu notre vision des autres espèces se modifie. Sous les coups de butoir de l'éthologie, de l'écologie et de l'éthique, un certain respect, s'établit. La relation des enfants actuels avec les autres espèces, sont revêtues d'amour. Leur vision de la planète n'a rien à voir avec celle de nos arrière-grands-parents. Une évolution vers l'amour existe donc au sein de notre espèce.

L'amour au cœur

Pour conclure nous pourrions le dire ainsi : L'amour est le principe à l'origine de la création. Il évolue à travers le monde et à travers l'humanité. Il serait donc logique d'utiliser l'Amour comme barème d'évolution. Ou plus précisément, d'utiliser « l'aptitude à exprimer son amour » pour comparer les choses entre elles.

2001


la capacité d'aimer comme le barème

123456789101112131415


spinoza portrait

Nous pouvons mettre en corrélation l'évolution de la capacité d'aimer dans l'humanité, avec la progression de l'amour dans l'éthique de Spinoza. Partant de « l'amour ordinaire » passant par « l'amour envers Dieu » et se concrétisant en « amour intellectuel de Dieu » qui se confond avec la béatitude.