mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
<
  • amour atome

L'amour est dans l'atome

Le créateur est parmi nous

La transmission entre Dieu le pere et son fils de Michelange revu par Tonizzo

Dieu, dans l'immatérialité de la matière

L'amour est un signe de notre misère. Dieu ne peut aimer que soi. Nous ne pouvons aimer qu'autre chose. » Simone Weil.

Plusieurs possibilités s'offrent à notre imagination à propos de la création du monde.

Un univers sans Dieu

Soit il n'y a pas de Dieu et la création obéit à sa propre logique. Il faudrait alors expliquer ce que l'on peut établir de stable à partir de cette position. Quel sens aurait alors de travailler pour son espèce, pour des descendants, pour nos enfants, si le monde est posé sur le non-sens et le vide sidéral ? Pourquoi ne pas préconiser une vie d'absolu égoïsme ? Pourquoi consacrer la plus grande partie de son existence au travail (tout en étant abusé et méprisé) ? Pourquoi la société humaine se laisse-t-elle encadrée par une morale et une éthique en perpétuelle progression ? Pourquoi choisissons nous depuis l'origine de l'humanité, l'effort et la contrainte plutôt que l'abandon et le dégagement ? Pourquoi et comment un tel monde a été créé ? Pourquoi comporte-t-il un principe d'évolution ? Et pourquoi comporte-t-il également cette incroyable capacité que nous appelons l'amour ?

Un monde dont le divin est indépendant

Deuxième proposition : il y a un principe créateur (Dieu) mais il est indépendant de sa création.
Si ce principe créateur ne détient pas les rênes de sa création, pourquoi l'avoir créer totalement indépendante au risque d'en être submergé, anéantie.
Pourquoi, un principe créateur aurait-il créé un système aussi extraordinaire (et capable à travers les hommes de l'expliquer), si son but était d'en être totalement étranger ?

Un Monde interieur au divin

Soit il existe un principe créateur englobant tout y compris sa création. C'est, dans ses grandes lignes, le point de vue de Spinoza et c'est également le point de vue de la mecaniqueuniverselle. Plus sage me paraît en effet de concevoir cette création époustouflante, incommensurable, illimitée, débordant toutes les imaginations possibles, comme étant l'oeuvre d'un principe créateur. D'un horloger dirait Voltaire (mais d'un horloger dont le sang irriguerait chaque pièce de son horloge).

L'essence de Dieu, c'est l'Amour

Pour notre philosophie, le principe créateur et non seulement l'instigateur de cet univers, mais il est également cet univers. Il en est la partie immatérielle, l'immaterialité dont toute la matière est faite. Il en est l'âme en étant l'essence de ce qui devient chez l'homme l'Amour sous sa forme la plus haute. L'amour absolu, la béatitude, le souverain bien dont parle Platon Dans la dernière étape du Banquet.

2001


Introduction à Dieu


du QI au QE

123456789101112131415

inscrivez vous

choose your