mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • amour atome

Dieu, Yahvé, Brahman

L'invisible, l'innommable.

BullochAllah, Tao, Être, l'Un, etc

Tout l'effort de la philosophie pratique du XIXe siècle a eu, pour but de séculariser les bases de la vie sociale et d'arracher à la théologie les notions de droit, de morale et de justice. R.-L. Reclaire

Les noms de Dieu

Esprit, Yahvé, Brahman, Dieu, Allah.
Tout puissant, Verbe, Principe, Un.
Amour, Bien, Force impersonnelle, Notion unique, Matière première pré-existante et informelle.
Voie de l'énergie primordiale, Lumière, Connaissance, Illumination, souffle. Vérité, quarks, champ de particule virtuelle, cordes...
tant de termes pour désigner une seule et même chose.

Ce dont on ne peut pas parler, il faut le taire, nous dit Wittgenstein. Ce principe était valable lorsque la philosophie devait flirter avec la science pour rencontrer ses limites. Quand elle devait pousser les phénomènes à leurs derniers retranchements. Autrement dit, Wittgenstein avait raison à son époque. Mais le monde a changé. A présent, le spirituel, comme l'a très bien compris André Malraux, revient nous visiter. Il nous ré-interroge aujourd'hui. Aujourd'hui donc, la philosophie ne doit plus taire ce dont elle ne peut pas parler*.

*la philosophie actuelle doit donc renouer avec la grande philosophie (des pré-socratiques à Nietzsche) qui plaçait la question de la création au cœur de ses interrogations.

Réconcilier la science et la spiritualité

Le chapitre précédent (esprit-amour) nous à déposé sur la route de la spiritualité. Depuis quelque temps, de plus en plus de scientifiques et de philosophes empruntent ce chemin. Cette voie, autrefois largement fréquentée, était tombé en désuétude. Le XXIe siècle sera spirituel dit-on, même si les lumières mettent du temps à se rallumer.

Pour galvaniser le progrès, la pensée a dû momentanément s'écarter de l'option : «Dieu». Pour libérer l'humanité des pressions religieuses, science et philosophie ont dû se détourner de la religion. Ces deux disciplines se sont alors concentrées sur trois pôle; le « moi », le « phénomène » et « l'existence ». Mais le dialogue entre scientifique, philosophe et spirituel reprend peu à peu. Le contact est facilité par les impasses de cette évolution insensée. Par les violences d'un ultra matérialisme vide de sens et d'humanité.

Réunir scientifiques et spirituels

Un nom pour dieu

particule symboliqueComment nommer le principe créateur ?

« La création est de la part de Dieu un acte non pas d'expansion de soi, mais de retrait, de renoncement. Dieu et toutes les créatures, cela est moins que Dieu seul. » Simone Weil

Scientifiques et religieux, semblent accepter l'idée d'un principe à l'origine de l'univers. Pour les physiciens il s'agit d'un champ de particules virtuelles, de cordes etc. Pour les spiritualités il s'agit de Dieu, de l'Absolu, de l'Amour. La difficulté réside essentiellement dans la dénomination et les qualités attribuées à ce principe.

Comment nommer l'innommable ?

Comment, en effet, nommer cette incorporéité ? Quels problèmes engendrent le fait de lui attribuer un nom ?

La première question n'est pas nouvelle. Les grands spirituels se la posent depuis longtemps. Leur conclusion est à peu près unanime. Il est impossible de se représenter, de s'approprier et parfois de nommer cette « chose ». Seule l'expérience intime peut, selon eux, en rendre compte. Il leur semble plus sage de considérer ce principe créateur comme « universel », « intimiste », « intérieur », et « ineffable ».

Dieu n'est-il pas universel ?

Au niveau du fond, ces grands mystiques ont raison. Pour les grandes religions, le principe créateur appartient à l'humanité tout entière. C'est une des grandes différences entre les mystiques tribales et les grandes religions. Se l'approprier de façon clanique et possessive, est donc une aberration. La plupart des livres sacrés conduisent d'ailleurs à cette conclusion. La façon la plus intelligente de percevoir ce principe créateur, serait donc intimiste et universelle.

Abusus, usus, fructus ?

Mais l'humanité n'a pas encore atteint une telle sagesse. Elle a encore besoin de s'approprier les choses. De les considérer à partir de son caractère. Autrement dit de façon bien souvent égocentrique, clanique et égoïste. D'où l'intérêt de travailler à la réunion des points de vues. Le scientifique et le spirituel, me semble en effet détenir chacun, une part de la solution.

Symbiose, science, religion, philosophie

2 points de vue, 1 seule chose

Deux disciplines complémentaires

  • Pour les scientifiques, le principe à l'origine du monde est universel et sans appartenance. Seulement, ils ne peuvent pas lui attribuer de qualités intimes.
  • Pour les spirituels au contraire, dieu est plein de qualités. Il est généreux, juste, rempli de bonté et d'amour. Mais la religion le perçoit de façon clanique.

Bien souvent les « croyants » ont besoin de se faire une image de leur dieu. Ils ont besoin de le distinguer de celui des autres. Et malheureusement c'est au détriment de la véritable spiritualité.
Inversement, la fragmentation des disciplines a plongé la science dans une voie unique. Celle du phénomène et de la « matérialité ». Il lui est difficile, et souvent impossible, d'intégrer la dimension spirituelle (quand elle n'est pas contrainte de la dénigrer).

Au final

  • Les uns privilégient les désaccords inter communautaires (au lieu de rechercher les points de convergences en Dieu).
  • Les autres refusent toute collusion, toute union de réflexion entre leur quête analytique et la quête mystique.

Il est peut-être temps me semble-t-il, de quitter ces mécanismes et de combler le fossé des incompréhensions.

2001

Dieu unité

123456789101112131415

 Henri Bergson, philosophe français du vingtième siècle, photographié dans son jardin

Là est le vice initial des systèmes philosophiques, ils croient nous renseigner sur l'absolu en lui donnant un nom. Mais encore une fois, le mot peut avoir un sens défini quand il désigne une chose ; il le perd dès que vous l'appliquez à toutes choses. Bergson

inscrivez vous

choose your