mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

facebook nous écrire

  • animal homme
    la maitrise du comportement

La cruauté

Une perversion humaine

Grosz, la cruauté de la guerreInstinct et violence dans la société humaine

Certes, le droit, la loi, les interdits humains se développent constamment.
Certes ces interdits rétrécissent en permanence la capacité humaine à abuser ses congénères.
Certes, ce mécanisme, si rien ne s'y oppose, conduit progressivement l'homme à devenir un agneau pour l'homme. Et certes, cette évolution vers la perfection donne tout son sens à la création. Mais une chose obscurcit pourtant cette vision positiviste. C'est la présence du « mal ». La présence du mal dans ses dimensions les plus extrêmes : la cruauté, la perversion, ou le sadisme.

Par sadisme, cruauté ou perversion, j'entends : toutes actions permettant à un être humain de faire souffrir un autre être humain. Toute action destinée à vampiriser l'existence d'autrui contre sa volonté. Tout acte destiné à transformer certains de ses semblables en esclaves. Tout acte de torture destiné à assouvir son plaisir, sa paranoïa, sa frustration, ou sa haine. Toute décision lucide de terroriser ou faire terroriser des êtres ou des peuples. Toute action déterminée à abuser autrui, un groupe ou une population, tout en restant dans la légalité. Toute volonté de placer autrui sous sa dépendance, sans qu'il s'en rende compte. Toute utilisation des voies légales (règles commerciales, lois, conseils de sécurité..) pour appauvrir autrui, pour piller des pays, manipuler des dirigeants, rendre esclaves des êtres humains sans se soucier de leur existence. Toute action destiné à corrompre ou pervertir autrui pour l'utiliser à ses dépens.

La cruauté du pouvoir

de l'individu à l'État

L'acte cruel peut émaner d'un individu, d'un groupe ou d'un pouvoir.

  • Il peut utiliser des voies illégales comme le font les criminels psychopathes et les dictatures ou
  • utiliser des voies légales, comme le font les pervers narcissiques et les pouvoirs manipulateurs.

Autrement dit, un individu, un groupe ou un pouvoir pervers, peut transgresser la morale humaine tout en restant dans le cadre de la loi. Donc la perversion est tout à fait à l'aise dans la démocratie qu'elle parvient à corrompre lorsqu'elle atteint le pouvoir (c'est le cas du marché actuellement).

Un foyer d'angoisse et de non-sens

Que ces cruautés soient faites au nom des dictatures ou au nom des démocraties, comme c'est le cas aujourd'hui, le résultat est le même. Elles obscurcissent le regard que l'homme porte sur lui-même et sur son espèce. Elles alimentent les visions pessimistes, nihilistes et absurdes du monde. Selon notre philosophie, « l'évolution humaine se dirige vers sa perfection : L'amour ». Pour poursuivre cette démonstration positiviste, nous devons à présent, tenter d'expliquer « l'inexplicable ». Pourquoi le passage des mœurs naturelles aux moeurs culturelles, induit fatalement la création de la cruauté ? Pourquoi l'évolution de l'animal vers l'homme, comporte nécessairement ce que nous appelons le « mal » ? La nature ne fait rien en vain ou pour des fins peu considérables. John Locke. Ces conduites extrêmes sont inconnues de la nature. Pourtant, elles déclinent d'elle.

Sans un examen approfondi du mal, il semble difficile en effet, d'apercevoir le côté positif de l'évolution. Devant la cruauté du monde, comment saisir l'intérêt de notre présence au sein du vivant ? Face à la perversion comment garder la foi en l'homme ? Mais ces conduites bassement humaines, sont avant tout des souffrances mentales. Elles sont l'oeuvre d'une éducation. Autrement dit, elles sont d'ordre sociopathologie. Construite par la société, la famille, le groupe, les valeurs.

Et enfin, si l'humanité a un sens (thèse défendue ici) la cruauté et la perversion, en ont un également. Il appartient alors au philosophe de la téléologie de le mettre en lumière. Nous allons nous contenter dans ces quelques pages, d'un éclaircissement sommaire. Des réflexions plus profondes seront développées dans les chapitres concernant le mal et la perversion.

2001

 

généalogie de la morale

12345678910111213141516171819

Karl Jung

Le terme d'instinct s'applique selon moi à tout processus psychique, dont l'énergie n'est pas dominée par la conscience. (C.G.Jung, Types psychologiques

ess

Webmasters, Traducteurs, Correcteurs,
Rédacteurs,

PARTICIPEZ












Jean mar tonizzo "A mes adrénalines" 1990
inscrivez vous

choose your