mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • animal homme
    la maitrise du comportement

Les leaders

Les dominants et leurs caractères

Hnoré Daumier, M'sieur l'MaireDans le sens de l'évolution.

"On peut voir le monde tel qu'il est, comprendre ses fatalités et lutter pour le changer". Jmt.

D'accord, une certaine différence entre classes dirigeantes et classes exécutantes est une nécessité pour l'évolution de la société. D'accord, l'oppression du peuple par les dominants est un puissant moteur d'évolutions sociales (par la révolte qu'elle engendre). D'accord avec Hegel pour situer l'opprimé et l'esclave dans une meilleure position que celle de l'oppresseur.

D'accord également pour faire preuve de la plus grande compassion envers les dominants narcissiques. D'accord pour comprendre qu'ils sont de simples victimes d'une éducation. Et d'accord encore pour conseiller D'avoir, envers eux, le plus d'amour et de bienveillance possible.

MAIS !

Il est pourtant du devoir du philosophe de ne pas admettre les choses comme elles le sont. Il est du devoir de tout homme de bonne volonté de lutter contre l'injustice.

L'humanité a créé le bien et le mal, le juste et l'injuste et cela a un sens. En démocratie, les dominants utilisent la manipulation narcissique pour thésauriser les privilèges. Il s'agit d'une évolution par rapport aux régences précédentes comme la tyrannie, la dictature, l'aristocratie. Mais le philosophe ne peut pas se contenter de cela. Il doit travailler à la destruction de cette nouvelle forme d'oppression. Comme nos prédécesseurs face aux autocraties du moment, nous devons lutter contre la perversion actuelle. Nous pensons alors comme Éric Weil lorsqu'il écrit : «  le philosophe veut que la violence disparaisse du monde. Il reconnaît le besoin, il admet le désir, il convient que l'homme reste animal tout en étant raisonnable : ce qui importe, c'est d'éliminer la violence. »

La responsabilité du philosophe

Aujourd'hui, les philosophes occidentaux n'ont à se plaindre d'aucune dangereuse oppression. Par rapport à leurs ancêtres, leur position est particulièrement enviable. Cela ne les dispense pas de devoirs à rendre à l'humanité. Au contraire, cette relative tranquillité d'esprit, devrait leur fournir plus d'énergie pour critiquer les classes dirigeantes.

Aujourd'hui, les penseurs ont la charge d'éclairer les manipulations politiques et mercantiles. Comme Nietzsche envers la religion, ils doivent étudier les artifices dialectiques utilisés par les nouveaux dominants. Il leur faut éclairer les ruses employées par les leaders actuels pour imposer leur choix au peuple.

Aujourd'hui, l'utilisation de la manipulation verbale est constante à travers la télévision. Et elle passe comme des lettres à la poste. Les penseurs qui monopolisent les mass-médias se veulent légers alors que les penseurs critiques y ont un accès réduit.

Comprendre le pouvoir du dictateur

À mon sens, jusqu'à présent, cette réflexion sur la psychologie des dominants, a été sous-estimée. Nous n'avons pas suffisamment réfléchi, par exemple, à la psychopathologie des trois grands dictateurs - Staline, Mussolini, Hitler. Ils ont pourtant largement ensanglanté le siècle dernier.

Nous n'avons pas suffisamment détaillé ce qui a permis à un Hitler de fasciner tout un peuple. Comment s'est-il hissé aux commandes d'une si grande puissance et en si peu de temps ? Comment un système aussi pervers est-il parvenu a fédérer des millions d'êtres humains derrière son projet criminel ? Pourquoi les grands dirigeants occidentaux ont accepté, et parfois soutenu, l'ascension de ce psychopathe ? Comment laisse-t-on un criminel ayant décrit ses crimes à venir (Mein Kampf), devenir chef d'État.

De la démocratie.

Son sens profond

Hokusai la vagueLe naïf est la norme

Le peuple, dans sa grande majorité, est naïf par nature. Il accorde spontanément sa confiance. Majoritairement dépourvu de mal et de perversion, il ne la voit pas venir chez les dominants.

Autrement dit, et pour le dire trivialement, dans sa majorité, le peuple n'est pas tordu. Cette limpidité naturelle est une qualité. Elle est essentielle à l'évolution et doit absolument être préservée. Ce sont aux rusés de suivre l'exemple du peuple et non pas au peuple de devenir aussi tordu que les dominants pour ne plus se faire manipuler.

  • La majorité humaine est naïve, spontanée, droite, innocente, loyale et honnête. Elle a l'esprit bien tourné. C'est la raison pour laquelle l'humanité se choisit progressivement la démocratie. La «souveraineté du peuple» sous entend la souveraineté de son état d'esprit, de son comportement.

L'humanité n'est pas passée de l'aristocratie à la démocratie, pour rien. Le but est d'entraîner les dominantes vers les qualités du peuple. les diverses qualités du peuple doivent servir d'exemple au groupe humain tout entier. Il ne s'agit pas d'endurcir le peuple pour lui éviter d'être abuser par les manipulateurs, mais de travailler sur les manipulateurs. La société doit lutter contre la manipulation pour permettre à la population paisible de garder toute sa naïveté, sa bienveillance et sa spontanéité.

Les horizons de l'humanité

Du père tout-puissant à Dieu

Fernand Leger, peintre Français, le campeur L'évolution des icônes

"Citez-moi les personnalités qu’une nation place en haut de ses sondages de popularité, et je vous dirai l’âme de cette nation". Jmt.

L'homme a besoin d'icônes pour le faire rêver, nous disent les médias. Certes, l'humanité a toujours besoin de se choisir des héros comme horizon. Seulement, la figure de l'idéal vers lequel l'homme doit tendre n'a cessé de progresser au cours de l'évolution humaine. Schématiquement, nous pourrions dire de cette évolution qu'elle suit un axe montant du guerrier jusqu'au saint.

Entre l'icône du père tout-puissant et violent dont parle Freud à propos de la horde sauvage et l'image du Christ ou du Mahatma Gandhi aujourd'hui, l'idéal à atteindre a changé radicalement.

Succédant au père totem et thésaurisateur, les dieux de la mythologie étaient capables du meilleur comme du pire. Capables de bonté, de générosité, d'abnégation mais également de meurtre, de rapt ou de viol. En somme, l'horizon comportemental des Grecs (leurs Dieux), était plus ou moins à l'image de leurs chefs guerriers..

Les choses ont radicalement changé avec l'arrivée des grandes spiritualités. L'hindouisme, le judaïsme, le bouddhisme, le christianisme, le taoïsme ou le zen ont fait reculer cet horizon jusqu'à son ultime limite : la perfection.

Brahman et Dieu allaient alors servir de nouveaux modèles pour la majorité humaine. Ils propulsaient, peu à peu, l'amour, la bonté, la justice, la générosité et l'universalité, jusqu'à leurs points de perfection (on retrouve cet idéal dans la philosophie de Platon).

M.L.King, abbé Pierre, soeur Emmanuelle, Gandhi

Par déclinaison, les êtres humains les plus aptes à incarner ces valeurs supérieures sont également devenues des référents aux yeux de l'humanité. Pendant plusieurs millénaires, pour la majorité humaine, les prophètes, les saints, les sages, les ascètes ont servi de but à atteindre ou d'icône à vénérer.

Depuis quelques décennies, ces grandes spiritualités (tout au moins en Occident) ont été plus ou moins marginalisées au profit du marché. Ce nouveau diffuseur de valeur impose depuis ses nouvelles icônes. Les stars, les milliardaires, les héros du stade en sont quelques-unes.

Jusqu'à présent, l'humanité ne s'y est pas trompée. Dans le cœur de la majorité humaine, Gandhi, M.L.King, mère Térésa, abbé Pierre ou soeur Emmanuelle, font encore office d'horizon. Les valeurs spirituelles qu'ils représentent, semblent encore, être les préférés de l'humanité. Mais nous devons tout de même être vigilants. Un retour vers de vieux horizons nous imposerait une forte régression.

Fascisme, nazisme, la régression vers les vielles icônes

D'ailleurs, nous en avons déjà fait l'expérience. Le nazisme, avec son point de mire grec, et le fascisme avec les romains nous ont ramenés aux valeurs et aux souffrances de ces deux mondes polythéistes. Leurs deux « mimes », Hitler et Mussolini, ont incarné les pires héros des mythologies qu'ils adulaient. Téméraires mais également veules, rusés et menteurs, chargés de haine et de colère, capable de tout ravager sur leur passage et finissant par assassiner leurs propres enfants.

Pour évoluer vers le bien, vers l'amour, l'universalité, la paix et la fraternité, l'humanité doit donc préserver l'horizon de perfection qu'elle suit depuis plusieurs millénaires. En principe, le peuple choisit naturellement les personnalités, laïques ou religieuses, les plus proches de cet idéal (M.L.King ou l'abbé Pierre). Le charisme et les actions de ces êtres humains d'exceptions attirent vers eux tous les suffrages.

Mais quand un peuple est manipulé, il peut se retrouver à vénérer des personnalités inverses. Soumis à la propagande, une population peut trouver charismatiques des personnages sans véritable charisme et véhiculant des valeurs inverses à celle de l'horizon.

Le culte de la personnalité

Charme et charme

Les deux formes de dominants charismatiques

Il existe donc deux formes de charisme :

  • Le charisme naturel,
  • et le charisme construit.
1/ Les dominants naturellement charismatiques

Selon moi, la distinction est facile.

D'un côté nous trouvons le narcissisme et de l'autre l'humilité. D'un côté l'esprit de clan et de l'autre l'esprit universel. D'un côté l'amour des puissants et de l'autre l'amour des humbles. d'un côté l'abus du peuple et de l'autre le souci d'améliorer ses conditions de vie.

Les personnalités naturellement charismatiques ne sont pas narcissiques. Elles sont vénérées pour leurs grandes valeurs morales. Elles sont aimées pour leur engagement critique envers les injustices. Si un culte de leur personne s'impose, c'est sans qu'elles aient besoin de le construire.

2/ Les faux charismatiques

Il en va tout autrement du culte de la personnalité imposé par certains dictateurs. Celui-ci est entièrement contrefait et manipulé. Il est l'oeuvre d'une propagande trompeuse. Ces personnalités narcissiques n'ont aucune des qualités morales permettant aux grands hommes d'être naturellement aimés.

Ils ne sont pas des attracteurs positifs. Ils ne sont animés ni de bonté, ni de morale, ni de courage (en 1930 Hitler écrit : qui veut être chef porte l'autorité la plus absolue mais aussi la dernière et la plus lourde des responsabilités. Qui est incapable, ou trop lâche pour accepter les conséquences de ses actes, ne vaut rien comme chef .... et se suicide pour éviter d'être juger).
Ces personnalités sont du côté des valeurs archaïques, du côté des puissants injustes et de la manipulation. Pour s'affirmer, elles utilisent la séduction trompeuse. Elles se montrent sous un faux jour et font converger artificiellement tous les regards vers elles. Elles stimulent la petite part perverse qui sommeille chez tout individu (voyeurisme, agressivité, sadisme, xénophobie, construction de bouc émissaire, etc.).

Les faux charismatiques brouillent le regard du peuple pour qu'il adhère à leurs choix. Ils manipulent ses exaltations et musellent toute critique. Une fois le mécanisme bien ficelé, ces dictateurs imposent leurs choix de société. Comme il s'agit systématiquement de très mauvaises options pour le peuple, ce sont les citoyens au final, qui paient le plus lourd tribut des pots cassés. À la sortie de la dernière guerre mondiale, les peuples allemand, italien et japonais pouvaient en témoigner.

Le narcissisme du marché

Star, Célébrité, VIP

Marylin Monroe Le culte de la personnalité du système marchand

Sous un certain angle, le marché s'est imposé avec les mêmes artifices. Il s'est embelli à l'aide de la manipulation et de la propagande. Les monts et merveilles promis aux consommateurs et aux ouvriers, ont essentiellement profité aux leaders du marché. Pour le peuple, au contraire, l'existence s'est compliquée.

Évidemment, la dangerosité du marché n'a absolument rien à voir avec celle d'un dictateur. Les cultes qu'il nous impose, sont extrêmement doux par rapport aux cultes réclamé par un Staline par exemple. Le système marchand, malgré tous ses abus, est largement préférable à n'importe quelle dictature et à n'importe quel système guerrier.

Mais, nous devons regarder tout de même les choses en face.

Même adouci, le système marchand est un système narcissique. Il fonctionne lui aussi sur le principe du culte de sa personnalité. Il diffuse un flot permanent d'objets imposés tambours battants, pour éviter toute prise de conscience (intuitivement, tous les systèmes narcissiques utilisent l'hyperactivité et le brouhaha pour focaliser les attentions et anéantir l'esprit critique et la réflexion).

Même adouci, ce système, comme tous les systèmes dictatoriaux, soustrait l'image du peuple pour y accoler la sienne. Depuis des décennies, les citoyens sont écartés des mass médias (ou simplement utilisés comme faire valoir). La télévision est submergée par tous les symboles éclatants du marché.

Évidemment, nous devons le redire encore une fois, l'emprise du marché n'a rien à voir avec celle des dictatures. Et malgré toutes ses outrances, le système actuel accorde une grande liberté à celui qui veut s'en extraire ou s'en protéger.
Même si le marché verrouille une grande partie des critiques, il nous reste quand même tout un attirail pour nous en défendre. Même s'il abuse les naïfs (et ce sera condamné un jour), nous sommes libre de consentir à son culte ou pas. Et même s'il a tendance à écarter les icônes spirituelles de l'humanité pour vendre les siennes, il ne nous a pas imposé de les abandonner.

Mais une critique du marché me semble absolument nécessaire. Un meilleur partage entre marchandisation et spiritualité devra être fait. Un grand espace devra être réservé à la défense du consommateur. Alors nous pourrons sans doute dire de la société marchande qu'elle est, et de loin, le système actuel le plus humain et le plus gai pour évoluer.

2001

les personnalités humaines

12345678910111213141516171819

jean marc tonizzo

Le peuple humain outragé ! Le peuple humain brisé ! Le peuple humain martyrisé ! mais Le peuple humain libéré par l'élite juste, noble et courageuse... quand pourrons nous dire cela ?

Jean Marc Tonizzo

inscrivez vous

choose your