mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • animal homme

Darwinisme et évolution

Darwin et l'espèce humaine

Charles Darwin portrait peintL'évolution, l'homme, l'humanité

L'homme pauvre, mais indépendant des hommes, n'est qu'aux ordres de la nécessité. L'homme riche, mais dépendant, est aux ordres d'un autre homme ou de plusieurs. Chamfort

Même si les origines de notre espèce sont encore floues, même s'il manque quelques chaînons pour confirmer définitivement notre origine naturelle, la vision de Darwin est généralement la plus admise. C'est également notre point de vue. Le phénomène humain, selon nous, est le résultat de l'évolution des espèce. Notre espèce appartient au tronc commun des primates et en tant qu'espèce, elle évolue.

Dieu ou Darwin, Dieu et Darwin

On pourrait penser que le principe de la sélection des espèces, préfère l'idée de hasard à celle du déterminisme, que la théorie de Charles Darwin, soit inconciliable avec les monothéismes et que la sélection naturelle implique forcément le hasard. L'évolution du vivant par le mieux adapté, supposerait alors fatalement l'athéisme.

Nous ne partageons pas cette idée. Pour nous, Dieu et Darwin sont tout à fait compatibles*. L'évolution des espèces peut très bien s'insérer dans un dessein supérieur. Le hasard lui-même, peut s'inclure dans un processus déterminé et tendant vers un but.

*toutes les théories de l'évolution nous rattachant à la nature, semblent même être un des moyens les plus efficaces pour démontrer le dessein de Dieu tel qu'il est formulé dans les livres sacrés.

L'évolutionnisme ne serait alors qu'un des processus par lequel se réalise un projet supérieur et déterminé à l'avance par le principe créateur. La seule véritable fin de l'amour, est l'évolution spirituelle ou humaine. Scott Peck. Autrement dit, Darwin, n'est un handicap, ni pour Dieu ni pour le déterminisme.

L'illusion du hasard

Du vide à l'homme

tableau naifUn hasard ordonné

Lorsqu'on observe l'évolution du vivant de façon myope et convergente, l'idée du hasard, évidemment, s'impose. La majeure partie de l'univers échappe* à nos connaissances. La plus grande part du monde se dérobe à nos calculs. En se dissimulant à nos capacités actuelles, il est tentant d'attribuer les événements, au hasard.

*Un univers qui nous échappe pour l'instant

C'est différent si on regarde le monde dans sa totalité. La notion de dessein intelligent devient alors plus pertinente. En suivant l'évolution totale du monde*, l'idée d'une évolution censée s'impose.

* du « vide » ou de Dieu (à l'origine du big-bang) jusqu'à l'homme.

Une stupéfiante création

Élaborons une petite genèse. Une puissance inconnue (Dieu, le vide) engendre le big-bang et l'univers. Son expansion génère la terre. La terre engendre le vivant (la bactérie). Le vivant se met en évolution et progresse jusqu'à l'être humain. Un être humain dont la quête incessante (et maladroite), est celle du bonheur et de son sommet; l'extase. Cette évolution progressive du vide jusqu'à l'extase, montre qu'il n'y a pas de place pour le hasard. Les événements qu'on lui attribue, marquent tout simplement les limites actuelles de nos connaissances.

* et même s'il existe à présent un probabilité que l'humanité se détruire avant l'extase, l'univers par son infinité d'espace et de temps, peut faire qu'autre création puisse émergé dans la probabilité. SB

Un hasard fécond

Mais le hasard, en lui-même, n'est pas dérangeant. Il peut très bien être l'outil idéal pour réaliser un projet pourtant déterminé.

Prenons comme exemple le jeu de dés. C'est un jeu de hasard.

Admettons que nous ne soyons pas limité par le nombre de coups joués. Nous pouvons lancer les dés autant que nous le souhaitons. Si nous parvenons à aligner trois 6, apparaît la première cellule vivante. En relançant constamment les dés, nous parviendrions forcément à un moment donné à aligner trois 6. Au final, un instrument de hasard nous aura conduit à coup sûr à créer la vie. Et c'est, à mon sens, la façon dont la création se constitue. Des millions d'individus, des milliards de capacités de reproduction, un temps infini, et vous avez un parfait écosystème.

L'exemple de la spermie

La victoire de tel ou tel spermatozoïde dans la course à l'ovule ou la réussite de tel ou tel couple dans leur désir de procréer, peut être attribué au hasard. Pourtant au final, ces 2 « hasards », multipliés par le nombre d'individu, assure la victoire certaine de l'humanité. Autrement dit, le nombre de spermatozoïdes, de tentatives possibles et de couples constitués, offrent 100% de réussite pour la continuité de l'espèce, par-delà le hasard de chaque réussite. Le hasard devient alors, le simple outil d'un monde déterminé.

(Et ce principe est valable pour chaque décalage génétique à l'origine de la bio diversité, que certain attribut au hasard. "L'accident génétique" à l'origine de l'espèce humaine, ne pouvait pas ne pas se produire)

2001

darwinisme suite

12345678
Carl Jung

Le terme d'instinct s'applique selon moi à tout processus psychique, dont l'énergie n'est pas dominée par la conscience. (C.G.Jung, Types psychologiques)



Vers la version anglaise

inscrivez vous

choose your