mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • animal homme
    la maîtrise de l'environnement

Philosophie de l'évolution

L'homme et l'environnement.

nageurIntroduction à l'adaptation idéale au milieu

Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements. Charles Darwin

Le phénomène humain nous semble être à un tournant de son évolution. Ce n'est pas le premier virage de son histoire. Sa spirale ascendante est pleine de sinuosités.

Une nouvelle culture

A un moment donné, notre espèce s'est séparée des autres primates. Elle s'est mise à développer sa propre culture. D'étape en étape, elle a bâti la société dans laquelle nous sommes. Chaque époque a apporté ses innovations et résolu ses problèmes*.

* Les premiers hommes ont dû imaginer la roue, maîtriser le feu développer le langage, etc.. Les premières grandes civilisations se sont chargées de l'écriture, de la création des villes. Les Grecs ont inventé la démocratie, la philosophie, etc.. Le XVIIIe siècle forgeait la nation etc.

Le XXe siècle a posé tous les fondements d'un système universel (l'ONU, l'Unesco, le FMI, etc.). Il a également fabriqué des verrous incompressibles pour réduire progressivement les grandes atrocités (crimes de guerre, crimes contre l'humanité etc.).

Au tour du XXIe siècle

La communauté humaine vient de poser les pieds dans le XXIe siècle. À ces hommes nouveaux, incombent plusieurs missions. Je me permets d'en imaginer quelques-unes.

  • Expliquer aux dominants le sens profond de la démocratie, la protection absolue des plus fragiles, le partage universel.
  • Analyser comment l'esprit dictateur a évolué dans les démocraties. Autrement dit, étudier minutieusement le mécanisme des psychologies narcissiques, pour s'en préserver.
  • Anéantir le népotisme, perfectionner l'égalité sociale et l'entraide inter communautaire.
  • Avancer progressivement vers l'évolution consciente et responsable.
  • Édicter des lois et améliorer l'éducation pour se prémunir universellement et définitivement des agitateurs de xénophobie.
  • Et bien entendu, intensifier et répandre notre nouveau rapport à l'écosystème. Nous devons parvenir à transformer radicalement notre relation à l'énergie et au gaspillage.

Une nouvelle conscience d'évolution

Depuis que le marché a pris le pouvoir, il a fallut quelques décennies pour regarder en face son influence néfaste sur les grandes valeurs et sur l'environnement.
La prise de conscience est la première étape du changement. Il faut ensuite venir à bout des surdités et des immobilismes (bien souvent, un accident majeur permet cela). Toutes les énergies peuvent alors converger vers le problème pour le soigner. De nouvelles réflexions vont apparaître. Une multitude d'idées et de lois vont s'imposer pour faire face à l'exagération libérale ou au réchauffement climatique.

Nous n'en sommes qu'au début. Il suffit d'imaginer 50 ans d'innovations propres, pour comprendre les miracles que peut accomplir le progrès.

Entre 1950 et aujourd'hui, l'industrie s'est essentiellement consacrée à développer le confort. Les 50 ans à venir, me semble bien parti pour en corriger l'insouciance. La conscience humaine est définitivement orientée vers l'écologie. Le monde industriel se voit donc contraint de produire des véhicules de plus en plus propres. D'imaginer des énergies véritablement renouvelables. Une nouvelle éthique d'évolution se met progressivement en place. Et évidemment, les politiques, le libéralisme et le marché vont devoir se transformer.

Des dominants pressés

L'ère industrielle, commencée au XIXe siècle n'a cessé d'accélérer le temps. Cette accélération a trouvé son apothéose avec la mondialisation. Celle-ci a débuté son existence au pas de charge. Dans ce type d'évolution, la conscience n'a pas le temps d'émerger. La compétition forcenée place l'homme dans un état d'urgence. Comme si plus aucun temps ne se profilait à l'horizon.

Stresser pour mieux asservir

Au lieu d'utiliser un rythme modéré autorisant la réflexion, le libéralisme actuel choisi le stress et la précipitation. Au lieu de s'imposer des règles draconiennes pour se contraindre à être juste, il s'octroie du laxisme*.. Crises, mafias, mauvaises conditions de travail, découlent de cette attitude de malfaiteur.

* et le laxisme dans un système de compétition favorise l'injustice

Mais il est possible d'améliorer le libéralisme pour qu'il devienne un très bon système. Pour cela, il suffit de domestiquer parfaitement la compétition mondiale. Renforcer les règles, multiplier les contrôles, éduquer ses acteurs et appliquer les sanctions. En somme, pour devenir juste et loyale, la mondialisation doit adopter les valeurs (mais pas forcément les conduites) du sport olympique.

Un nouvel horizon

Le monde et les gens changent

Heureusement, les mentalités sont en train de changer. La plupart des enfants actuels sont conscients des nouveaux enjeux de la planète. Ils sont familiers des concepts d'écosystème, des énergies propres et renouvelables. Et ces enfants seront les leaders de demain.

Et dans le même temps, notre espèce doit se pencher sérieusement sur ses conduites absurdes. La surdité des dominants face aux évidences climatiques a de quoi nous inquiéter. Leurs résistances au changement, leurs inconsciences envers les générations futures, interroge. Passer d'une évolution par accident à une évolution par anticipation, dépendra de cette analyse.

La vitesse d'évolution de la conscience

Évidemment, avant l'heure ce n'est pas l'heure.

La conscience humaine est une faculté en évolution. Aujourd'hui, elle est ce qu'elle est, et ne peut être au-delà. Pour qu'un enfant atteigne sa taille adulte, il doit passer par chaque étape de croissance. L'humanité actuelle à un taux de conscience supérieur à celui des siècles précédents. Mais elle est inférieure à ce qu'elle sera dans les siècles suivants.

Notre degré de réactivité actuel est adapté aux problèmes du moment. Certes, il est normal d'estimer trop lente, l'évolution de nos mentalités. C'est un bon moyen de pression pour faire évoluer les choses. Mais ce sentiment n'est pas une réalité.

L'émergence de la conscience

L'humanité évolue et sa conscience aussi. Cette évolution permet à l'esprit humain de dominer de mieux en mieux ses pulsions et ses tendances (deux des grands freins de l'évolution). À terme donc, la puissance de la conscience prendra le pouvoir sur les forces inconscientes plus ou moins forcenées et ralentissant notre progression. Telle est notre philosophie.

Petite introduction à la maîtrise de l'environnement

Toutes les activités de l'espèce humaine, sont irrésistiblement vouées à améliorer les trois axes d'évolution.

Certaines améliorent la maîtrise du comportement humain. D'autres le contrôle de l'environnement. Et d'autres enfin, améliorent la résolution de nos questionnements. Dans le premier chapitre nous avons étudié la maîtrise du comportement. Penchons-nous à présent sur la seconde grande activité humaine : « la maîtrise progressive de notre environnement ».

2001

Philosophie

1234567891011121314

le philosophe Hegel

GEORG WILHELM FRIEDRICH HEGEL was born in Stuttgart on the 27th of August 1770..

Vers la version anglaise

choose your