mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • bonheur

Le paradoxe du temps

Une construction mentale

daliLe temps s'en va, le temps s'en va, madame ; Las ! Le temps, non, mais nous nous en allons. Ronsard

O temps suspends ton vol, implore le poète.
L'image est belle mais l'attente vaine...
Mieux vaudrait suivre l'exemple des sages et des ascètes qui cherchent à suspendre dans leur esprit le vol du temps. Ces "Chercheurs du sublime" visent à atteindre la pleine maîtrise de leur mental pour le maintenir dans le pur présent ... autrement dit, ils cherchent à accéder aux mondes supérieurs des béatitudes.

lire la suite

Philosophie du temps

Une réalité contestable

goyaLa notion de temps est indispensable à l'évolution humaine. Toutes nos réalités se construisent autour d'elle, mais cela ne signifie pas qu'elle soit une réalité. Quand la science d'ailleurs, cherche à en découvrir les propriétés fondamentales, elle se heurte à de sérieuses résistances.

Au niveau de l'expérience sensible, l'écoulement du temps semble effectivement avoir une consistance.
Le monde change. Les saisons passent. Mon corps se transforme.. tout cela, nous pouvons l'attribuer au temps...

lire la suite

La difficulté « d'être »

Être, c'est être au « présent pur »

temps-daliLes contraintes de l'homme constructeur

Dans l'absolu, l'homme existe essentiellement dans l'immédiat. Pour lui, le passé et le futur, n'ont aucune existence palpable. Pourtant, ces deux modes nous englobent. Ils nous enserrent, et étreignent entièrement notre existence. Nous avons en effet besoin de ces deux notions inexistantes pour construire l'humanité. Notre esprit doit passer la plus grande partie de son temps, dans le passé où l'avenir. Autrement dit dans l'inexistant.

Il a besoin d'aller prendre....

lire la suite

L'inexistence du temps

La seule réalité est l'immédiat

jill baroff oeuvre« Le temps est l'image mobile de l'éternité immobile. » Platon, philosophe

Pour l'individu, la seule réalité du temps, c'est le présent, l'immédiat, l'instant vécu. Le passé, une fois passé, n'existe plus concrètement, il ne peut se refaire ni se revivre. Quelques images floues perdurent un certain temps dans l'esprit. Des sensations imprégnées dans le corps ont une influence sur soi, mais n'appartiennent plus au tangible.

Le futur non plus, n'existe pas pour l'individu. Dans 5 mn, demain, le mois prochain, n'ont aucune réalité tangible. Ils n'existent pas avant qu'ils ne se produisent et se réalise. En somme, le futur pour l'homme, ne peut jamais se vivre. Quand il se vit, il s'appelle « présent».

Si le passé et le futur...

lire la suite

L'extase et le temps

Physique, philosophie, mesure et histoire

hedy lamarrLe monde et le temps ont été crée ensembles. Saint Augustin.

Le temps, et l'effet de la course inachevée de l'âme qui anime le monde, écrit Plotin... Le temps dirions-nous après le philosophe platonicien, tire son existence de l'énergie animant l'univers. Cette énergie (Dieu), « n'a pas le temps » mais l'a offert à la création. Le temps a besoin du monde sensible, solide et changeant, pour exister. L'homme, créature dans la création, est soumis au temps. Mais il peut s'en détacher. Pour cela, il doit connecter son esprit directement à cette puissance qui anime le monde et ignore le temps. Pour y parvenir ; l'extase.

Il y a donc 4 formes de temps. Le temps pré-univers, le temps pour l'univers, le temps pour l'homme ordinaire et le temps pour l'extatique...

Le temps d'avant l'univers

lire la suite

L'être et l'étant face au temps

cronusL'être (au sens heideggerien du terme) est ce qui est affranchi de l'espace et du temps.
L'étant au contraire, est intimement lié à l'espace et au temps.

L'être et l'étant correspondent aux deux formes de la matière.
1/ forme immatérielle (quarks)
2/ forme matérielle (corpuscule, atome, organes, biologie...)

La matière est donc en même temps immanente (étant) et transcendante (être).

lire la suite

Le temps, la mort, la béatitude

L'Être c'est dieu, l'étant, c'est l'homme

Dans la béatitude l'homme est « être » mais n'en a pas conscience. Il est alors, hors de la pensée du temps. Il peut seulement ressentir le temps présent.
Pour ETUDIER l'Être, l'esprit doit s'appuyer sur le temps, mais pour le RESSENTIR il doit s'en désactiver.

Parce qu'il a pris conscience de sa mort l'esprit à besoin de comprendre son monde et le sens de sa présence au monde *

*donc besoin de penser en terme de temps.

Le passé, certes, motive l'homme a....

lire la suite

Phénoménologie et béatitude

L'expérience comme intuition sensible

Pour se rapprocher de la vérité, la phénoménologie husserlienne semble être une des voies les plus sures. Elle nous engage à suspendre le jugement. À mettre « hors jeu » la subjectivité. À se placer au « contact immédiat de l'instant ». A pratiquer « l'époché ». C'est sans doute la méthode la plus appropriée pour s'approcher scientifiquement, de la vérité intime de l'objet étudié.

La Vérité est effectivement dans le présent immédiat.

C'est également la méthode préconisée par tous les grands spirituels pour accéder à la vérité. La finalité n'est pas scientifique, mais la quête de vérité est identique. L'état de béatitude, de Nirvana, d'extase, est à l'ascète ce que l'époché est au phénoménologue. Il permet d'abolir toute référence au passé et à l'avenir. De se détacher du conditionnement, de la pression, du déterminisme, de l'inconscient, de l'idée, De la réflexion, de l'analyse etc. Toutes les activités rattachées au futur et au passé s'éteignent. Le désir, l'honneur, la réussite, mais également la réflexion.

lire la suite

2001

 

Malebranche

12345678910111213

platon

« Car tout cela, ce sont des divisions du Temps : le passé et le futur sont des espèces engendrées du Temps, et lorsque nous les appliquons hors de propos à la substance éternelle, c'est que nous en ignorons la nature. Car nous disons de cette substance qu'elle était, qu'elle est et qu'elle sera. Or, en vérité, l'expression est ne s'applique qu'à la substance éternelle. Au contraire, était, sera sont des termes qu'il convient de réserver à ce qui naît et progresse dans le Temps. Car ce ne sont que des changements. Mais ce qui est toujours immuable et inchangé, cela ne devient ni plus vieux, ni plus jeune, avec le temps, et jamais cela ne fut, ni ne devient actuellement, ni ne sera dans le futur. » Platon, Timée

choose your