mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

De la mondialisation

L'irrésistible marche de l'évolution

symbole de la mondialisation, divers drapeaux nationnaux réunis sur une boule figurant la terreLa mondialisation, un passage obligé de l'humanité.

La mondialisation semble être le fruit d'un choix humain, mais elle est en réalité le résultat d'un mécanisme intrinsèque à la vie. Jean-marc Tonizzo.

La mondialisation (processus d'intégration planétaire par la libéralisation des échanges, de la concurrence des technologies, de l'information et de la communication), signe la montée du national vers l'universel. Elle s'inscrit dans la grande évolution de l'humanité vers son unification. Elle est un progrès dans le processus d'humanisation. Mais comme tout progrès, cette nouvelle étape, entraîne également des régressions ponctuelles. Ces régressions résultent de l'influence de la toute-puissance du marché sur les valeurs humaines. De la prise de contrôle du plus grand « éducateur » du moment, les médias, par le système marchand. A travers ce diffuseur, le marché oriente les esprits vers la consommation et ce processus me semble -t-il affaiblit les grandes valeurs humaines, de faner les vertus que sont la spiritualité, la solidarité, la conscience, la morale, la raison, la réflexion, etc.).

La domination des « valeurs » marchandes, ne peut donc pas se prolonger indéfiniment. Son travail accompli, le système marchand devra réintégrer sa place naturelle au sein des corporations (la plus basse selon Confucius). Mais évidemment, le marché ne s'est pas imposé comme leader de la mondialisation par hasard. Il n'y a pas d'erreur de casting en quelque sorte.

Le marché comme nouvel unificateur

En effet, pour qu'un Latino-américain, un Chinois, un Russe, un Japonais, un Africain, un Européen, un Américain, un Oriental, puissent se réunir sur des points communs, ceux-ci devaient être neutres et trans nationaux.

Ni la religion, ni l'idéologie politique, ne pouvait réunir la diversité du monde. Seuls les objets, le confort, la liberté, la mode, la musique, le cinéma, le tourisme, le savoir, technologie, bref ce qu'offre le marché, pouvaient poser les bases de l'unification humaine. Seule la société de consommation pouvait ouvrir la voie à un fonctionnement mondial et universel. Seule la souplesse du système marchand pouvait dissoudre les règles nationales dans des règles universelles. L'état d'esprit actuel des religions, aurait été incapable de trouver un point commun pour servir de guide à l'humanité.

Le fond de l'évolution est spirituel

L'humanité s'unifie donc aujourd'hui par l'objet, mais ni le matériel ni les valeurs superficielles, ne sont suprêmes dans l'unification humaine. Ce ne sont que des étapes dans ce grand processus de rassemblement. Ces intérêts matérialistes devront céder leur place aux valeurs plus profondes. Elles devront laisser passer l'unification sociale, politique, spirituelle et fraternelle. En somme, la mondialisation actuelle, prépare la fusion des idéologies et des spiritualités, au sein d'une quintessence commune et universelle.

Mondialiser par le marché

Le marché dans le rang

assemblée de grands patronsLogique transcendantale et réalité

L'utopie de l'évolution est une chose, mais la réalité humaine en est une autre. La pôle position du marché au sein de la mondialisation, correspond à un moment précis de l'évolution. Cette place est logique mais nous devons tout de même la contester et critiquer ses dérives.

La critique est saine

L'esprit critique sert de garde-fou à la mondialisation. La liberté permet à celle-ci de se developper mais la réprobation de ses excés fait également parti du mécanisme. N’est-ce pas le rôle d’un intellectuel précisément d’interroger, d’interpeller, voire de harceler ? écrit Andrea Bajani écrivain romain, à propos de l'engagement critique d'Antonio Tabucchi contre la politique de Sylvio Berlusconi (et Antonio Soler de conclure : « Méfiez-vous ! Isoler les individus pour les rendre encore plus vulnérable, c’est typique des dictatures…” ».

Lorsqu'un système a offert toute sa substance à la société, il finit par perdre de l'énergie. Il se corrompt jusqu'à devenir obsolète et réactionnaire. La critique permet alors soit de le réformer, soit d'en hisser un nouveau à la place en accord avec son temps. C'est le cas me semble-t-il, aujourd'hui.

an 2000

 


mondialisation suite

Jean Guitton, philosophe français chrétien

L'amitié totale est universelle. Et seule l'amitié universelle peut être une amitié totale. Tout lien particulier manque de profondeur, s'il n'est ouvert à l'amitié universelle. Jean Guitton

choose your