mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • conscience
    ETRE-étant (suite)

Réflexion et sensation

L'impossible fusion de l'esprit

Oeuvre photographique d'Antoine Tonizzo (Paris)Penser et sentir

L'effet de théâtre est de deux sortes : fusion des acteurs et fusion des spectateurs. La mise en scène peut opérer les deux. Karl Kraus

Bien souvent, nous avons l'impression de pouvoir faire plusieurs choses à la fois. Répondre au téléphone, suivre une conversation tout en ressentant des choses.

Mais ceci n'est pas valable pour toutes les activités cérébrales. Certaines sont impossibles à accomplir simultanément. Raisonner et ressentir font partie de ces irréductibilités. Selon nous, le raisonnement intentionnel et la sensation pure, sont deux état radicalement différent ... Il ne peut y avoir de fusion entre eux. On ne peut pas être en même temps, dans la tension intellectuelle et dans le ressenti. Il faut quitter l'analyse pour rentrer en contact profond avec une sensation.

L'esprit joue au ping pong

Nous avons bien entendu le sentiment de pouvoir réfléchir tout en ressentant des choses. D'être concentré sur un travail intellectuel tout en percevant des sensations corporelles. Il s'agit là avant tout d'une prouesse de notre esprit. Celui-ci, en effet, peut effectuer d'innombrables allers retours entre nos réflexions et nos sensations. Il sait jouer au ping-pong entre ces deux modes pour donner l'impression d'être aux 2 endroits à la fois. Un peu comme deux conversations téléphoniques peuvent passer dans un seul fil, à des fréquences différentes, par fractionnement ou par intervalles. Notre cerveau fonctionne à mon sens de la même façon. Il peut penser et réfléchir de façon séquentielle, avec des intervalles tellement rapides qu'ils donnent l'impression de faire les deux choses simultanément bien que les deux modes soient impossibles en même temps. Ce point de vue découle de ma simple expérimentation. Il demanderait, bien sur, une bonne vérification scientifique*.

* si ce type d'expérience n'a pas déjà été fait d'ailleurs.

Je tiens cette déduction de l'état d'extase. Cette position supérieure en effet, offre à l'expérimentateur le sentiment d'un ressenti absolu et unique. La sensation d'être pénétré par un amour émanant de toute chose. Le sentiment d'être dans un état d'esprit pleinement conscient. Bien sur, des images parviennent à l'esprit béat. Il dit des paroles et fait des gestes. Mais aucune réflexion constructrice, aucune étude concentrée, ne peuvent aborder son esprit.

L'expérience de l'extase

Muette béatitude

RumiLe bonheur du béat

Aussi infailliblement que le chat se met à ronronner quand on lui caresse le dos, aussi sûrement on voit une douce extase se peindre sur la figure de l'homme qu'on loue. Arthur Schopenhauer

Lorsqu'on est dans un état d'extase, L'esprit est incapable d'avoir la plus petite volition. Il est incapable de concevoir la moindre intention, la moindre analyse intentionnelle. Dans cette position, on est par contre, naturellement animé d'intentions instinctives (se lever, boire, manger, marcher, aller vers.. ). Mais elles émanent du corps et l'extatique leur obéit tout simplement.

De l'extase

L'extase, la béatitude, sont des états de sensation absolue. Des états de contemplation pure. Ils n'autorisent aucune réflexion intentionnelle. Dans la béatitude, l'esprit et le corps sont tout occupés à jouir de cet état de félicité. L'intellect ne peut porter aucun jugement. Il ne peut faire aucun projet, aucune analyse, ni aucune distinction entre les choses. L'extatique est au contact direct et absolu de l'énergie animant le monde et l'écosystème. Dans ce « jouir psychique », aucune analyse, aucune réflexion ne peut s'intercaler entre l'esprit et cette jouissance.

De la réflexion

Inversement, lors d'une concentration intellectuelle extrême, les sensations passent aux second plan. Quand je suis par exemple, plongé dans la rédaction ou la correction d'une de mes pages, les émotions, les affects, les sensations physiques, semblent disparaître tout à fait de la conscience... On oublie son corps quand l'esprit est parfaitement concentré sur la reflexivité. (c'est lui qui nous appelle, par exemple, quand il est l'heure de manger !)

Ainsi, pour notre philosophie il existe 2 états fondamentaux de la conscience : La conscience ordinaire et la conscience extatique.

an 2000



la vie

12345678


Nous sommes six milliards de bipèdes à tenir miraculeusement debout sur de fragiles petits pieds, en équilibre sur une boule de magma en fusion. Un véritable numéro de cirque ! Professeur Choron