mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • conscience
    négation d'autrui (suite)

L'Amour est à l'origine de tout

et de l'abus d'autrui aussi.

Susan Crile, art contemporain, torture abu ghraibL'homme n'est pas libre d'abuser autrui

Dans la vie, il est des rencontres stimulantes qui nous incitent à donner le meilleur de nous-même, et des rencontres qui nous minent et peuvent finir par nous briser. M F Hirigoyen.

Même si nous savons que d'un mal peut à tout moment surgir plus de bien (et la mecaniqueuniverselle en est un exemple), même si les plus toxiques de nos relations s’avèrent au final, parfois les plus fécondes en évolution, nous devons condamner le "mal" et travailler au "bien" pour coller à la direction que semble t-il, l'humanité a prise.

Même si la violence et la cruauté diminuent aux cours des âges, leurs présences jonchent encore le parcours des hommes, et nous enjoignent de s'y opposer.

La négation d'autrui, l'abus des vulnérables, le mépris des populations, sont toujours d'actualité. Ces agissements négatifs débordent notre volonté en profitant de la faiblesse de la conscience humaine. Nier ou abuser autrui est surtout une affaire de pulsions. C'est le renversement par nos instincts, des mécanismes chargés de les contenir (des mécanismes comme l'éducation, la morale, l'affection, l'écoute, l'aptitude à l'empathie).

Le maltraitant (comme celui qui oblige à maltraiter), est avant tout victime et comme le soutient Platon, l'homme n'est pas libre d'abuser autrui. Il n'a pas véritablement le choix d'agir autrement, il est l'objet de ses passions, de ses pulsions et de ses tendances, et victime des défaillances de sa socialisation. Dans l'absolu donc, on devrait juger les carences éducatives de l'homme et non pas l'homme.

Seulement, pour construire l'humanité, l'homme doit juger ses actions. Il doit également juger celles d'autrui. Il lui faut se considérer comme un sujet souverain et responsable. Responsable de ses actes et de son comportement envers ses semblables.

Irresponsabilité de fond, responsabilité de forme..

Un homme abuse de ses congénères quand ses « pulsions négatives » submerge sa conscience, quand ses tendances transgressives, sont plus forte que sa morale intime, plus forte que sa conscience d'autrui et son respect pour les semblables. Autrement dit, le transgressant est toujours victime de la puissance de ses instincts abusants (désir de pouvoir, de domination, de thésaurisation des privilèges).

S'il avait suffisamment de résistance morale pour éviter de maltraiter ses congénères, il l'éviterait. Les carences éducatives et affectives, le manque d'enseignement à l'amour universel d'autrui, l'en ont privé. Les maltraitances subies dans l'enfance et les valeurs de la société, également. L'ensemble de ces défaillances bloquent l'épanouissement de la conscience profonde et universelle de l'enfant. Elles l'ouvrent à la possibilité d'utiliser autrui comme un vulgaire objet pour arriver à ses fins.

L'Amour à l'origine du mal

Une donnée nécessaire

Cornelis Corneliszoon van Haarlem, adam et eveUne philosophie de l'avenir vers l'amour

Pour la pensée commune, le mal est une valeur purement négative. Émanant du "diable" ou de la seule perversion, elle serait une sorte d'anomalie.

Selon notre philosophie pourtant, à l'origine de toute action (même "mal") se trouve l'amour absolu. L'amour absolu est le moteur souterrain de toute action, la substance fondamentale de l'énergie créatrice. C'est l'essence du principe à l'origine de l'univers.

Sur cette énergie de base, viennent s'amalgamer les constituants et les facultés nécessaires à l'évolution. Des constituants nécessaires à l'expansion de l'univers, du vivant et des hommes vers le bien absolu. C'est au sein de cette évolution qu'apparaît à un moment donné, ce que nous appelons : « le mal ». La vie, parce qu'il n'y a pas d'autres moyens, doit inclure le mal pour évoluer vers sa perfection. Les pires actes humains, trouvent leurs origines dans des conduites déjà présentes dans la nature (prédateurs / proies, domination / soumission). L'énergie créatrice Amour, active donc chacun de nos actes, même les plus barbares.

Tout se joue dans notre cerveau

Art Afrique, masqueEntre l'énergie originelle (Amour absolu) et la finalité de l'action, s'interposent nos zones cérébrales pulsionnelles.

Certaines de ces zones travestissent cet élan d'amour initial. Elles l'habillent de négation d'autrui, de racisme, de prédation ou de cruauté.

Nous pourrions alors le dire ainsi : Tout acte contraire à l'humanité, est une demande ou une offre d'amour ne sachant pas s'exprimer. Mais cette inadéquation entre l'impulsion amour et l'action finale, est une nécessité pour l'humanité. Pour construire sa perfection (autrement dit « son royaume d'amour absolu»), notre espèce doit évoluer. Elle doit évoluer à travers la lutte permanente entre le « bien » et le « mal » (c'est la ruse de la raison dont parle Hegel).

En poursuivant leur propre intérêt, les hommes construisent l'unité de l'humanité...

  • Le but réel du délinquant de banlieue, du délinquant en col blanc, du dealer, du violent n'est pas de de maltraiter les gens qu'ils abusent. C'en est simplement le résultat. Leur véritable moteur c'est l'amour qu'ils espèrent recueillir de la part de leurs amis, d'eux-mêmes ou de leur famille. Recueillir sous une forme qu'il considère (à tort), idéale (vénération, acte de soumission, crainte, célébrité, frime, envie, jalousie etc.).
  • Le but réel de l'intellectuel du journaliste ou du scientifique qui préhende l'imagination d'autrui, plagie ou s'empare du concept d'un autre, est tout aussi exemplaire. Sa motivation est la même. Il s'agit de l'amour. Mais un amour sous une forme dégradée. Un amour réclamé sous l'apparence de la notoriété, de la célébrité, de la renommé, de la reconnaissance. Un amour finalement, mêlé à des tendances (comme l'orgueil, la vénalité, le narcissisme..)..

Évidemment, l'amour donné ou espéré par le biais de ces actes condamnables, est bien loin de l'amour absolu du départ. Il est bien loin de l'amour atteint par le béat, mais il est pourtant le petit cousin.

Page datant de 2000



monde

12345678910


minarets

Celui qui a l'expérience de cet amour (l'amour pour le prophète) aimera aussi ses ennemis, parce qui a 'il se rendra compte qu'ils ressemblent en fait aux personnes de son entourage qui a 'il aime naturellement. Qastallânî 15eme siècle.