mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

facebook nous écrire

  • hasard destinée

Hasard et destinée

Introduction

L'homme et l'illusion de la liberté

J'appellerai libre, une chose qui existe par la seule nécessité de sa nature, et qui n'est déterminée à agir que par elle-même seulement et, au contraire, j'appellerai nécessaire, ou plutôt contrainte, toute chose qui est déterminée par une autre à exister et à agir d'une manière fixe et définie. Spinoza

Selon notre philosophie, l'humanité est en route vers sa perfection.

Nous pourrions donc apparenter cette théorie au méliorisme (histoire de frimer un peu avec un terme qui me dépasse). Pour les philosophes mélioristes en effet, le monde peut être rendu meilleur grâce aux efforts de l'homme.

*Voltaire, Marx, Sartre, Comte, accepteraient, me semble t-il, peut être même avec plaisir, d'appartenir à ce courant...

Mais ce courant ne nous satisfait pas vraiment. Pour extraire l'humanité de son bulbe primate originel, le travail humain est effectivement nécessaire. Mais à l'inverse du méliorisme*, la mecaniqueuniverselle rattache l'intention de cette oeuvre à la nécessité. Ce n'est pas la liberté humaine qui pousse l'humanité vers sa perfection, mais une destinée.

*le positivisme et l'existentialisme partage me semble-t-il, également ce point de vue

L'illusion du capitaine

Autrement dit, l'homme ne fait pas ce qu'il veut. Il "doit" conduire progressivement son espèce vers une perfection déterminée. L'humanité peut s'imaginer pilote de son évolution, mais ce n'est qu'une illusion. A l'homme le mirage d'être le maître de son destin, mais à X d'en avoir les commandes. A l'homme le fantasme de créer son chemin, mais à dieu les rennes de l'attelage...

*illusion nécessaire pour inclure la responsabilité et le libre-arbitre, deux notions fondamentales de l'humanité

L'homme constructeur doit se croire libre pour bien agir (comme il doit s'immaginer immortel pour supporter l'idée de la mort).

Du principe créateur

De ces réflexions découle naturellement l'idée selon laquelle le monde est régie par un principe supérieur. Et ce point de vue bien entendu, renforce notre préférence pour la détermination plutôt que pour le hasard.

Notre conception est ainsi beaucoup plus proches des philosophies optimistes et finalistes. Optimiste car nous pensons comme Leibniz que "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles*". Et finaliste dans la mesure ou nous estimons qu'il existe une cause finale de l'univers. Un dessein, un but ultime déjà présent au commencement du monde.

*En sachant que selon notre théorie, le monde est toujours parfait au présent, tout en étant perfectible.

Importance de l'illusion

Comme maître de la nature

illusionL'illusion d'être le maître

Oubli du moi, accueil du soi, seule façon pour l'homme d'être : "comme libre". J M T

Admettons donc, la présence d'un principe orientant notre espèce dans un sens déterminé. Nous pouvons alors considéré cet axe comme étant la « destinée de l'humanité ». A l'intérieur de cette locomotive, les actions de l'homme, peuvent paraître libres. Elles le paraissent seulement. En réalité elle ne le sont pas.

Une liberté dépendante

L'expérience semble confirmer cette impossible liberté. En effet, chaque acte accompli par une personne, est le résultat d'actes précédents. Le fruit d'une histoire particulière. Il découle d'une éducation typique. Il est le produit d'influences plus ou moins grandes. Il obéit à des tendances, des désirs, des caractères et lieux originaux à l'intérieur d'un cortex singulier... Autrement dit, aucune action n'est libre. Elles déclinent toutes d'une somme de paramètres antérieur.

D'autre part, je ne peux faire qu'une action, même si j'ai plusieurs choix possible. Autrement dit, l'action que je ferais au final était le seul choix possible puisque le seul réalisé.

L'homme commun, pense avoir la mainmise sur ses actes. Il croit choisir sa destinée. Il pense évoluer dans un monde soumis au hasard. Il s'imagine être le possesseur d'un libre-arbitre, le créateur de ses découvertes. Il croit agir en sommes, en toute liberté. En réalité il est dans l'illusion. Ces illusions sont encore nécessaires à l'évolution, mais ce sont des illusions tout de même.

L'illusion contre le fatalisme

Dans les sociétés fortement industrialisées, le sentiment d'être comme maître et possesseur de la nature*, est très fort.

*pour reprendre les termes de Descartes qui à bien pris soin De placer la conjonction de subordination « comme » avant sa proposition

Ce sentiment a dynamisé l'énergie constructrice humaine. Il a marginalisé le spirituel, ce qui a minimisé la résignation. Ce mécanisme a accéléré l'essor du droit, de la morale et du principe de responsabilité.

Le hasard

Le hasard correspond à l'après-horizon vers lequel avance l'humanité. Mais il s'agit d'un sentiment fictif et inventé. Le monde est tel qu'il doit être. Les actions sont déterminées et la finalité déjà présente à l'origine.

Nous attribuons au hasard, l'incapacité (ponctuelle) à expliquer certains phénomènes. L'inexplicable, l'imprévisible, l'insondable, l'inintelligible*... marquent tout simplement les limites des connaissances du moment.

* bref, l'ensemble des inconnus rattachées aujourd'hui au hasard,

Le monde continu après nous.

Mais la recherche humaine n'a pas fini de se déployé. Elle ne cesse de s'étendre et l'homme éclairera progressivement tous les espaces encore « inconnus »*.

* Par exemple, a propos des phénomènes moléculaires, Mach parle de régularités masquées par des complications...

an 2001



fatalisme

123456789

cleanthe

Le destin conduit celui qui consent et tire celui qui résiste Cléanthe.

photo du colisée

Tout comme l'homme est inéluctablement destiné à mourir et dispose de plusieurs itinéraires pour y parvenir, l'humanité est inéluctablement destinée à atteindre sa perfection (la béatitude) et dispose de plusieurs chemins pour l'atteindre.

ess

Webmasters, Traducteurs, Correcteurs,
Rédacteurs,

PARTICIPEZ












Jean mar tonizzo "A mes adrénalines" 1990
inscrivez vous

choose your