mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

facebook nous écrire

Sur AVERROES

IBN ROUCHD

d’IBN ROUCHDLe grand commentaire sur la Métaphysique explique que les substances séparées – et l'intellect agent en est une – peuvent être connues intellectuellement par nous, bien que ce soit difficile. La « jonction» nous unit donc à l'intelligible pur: C'est alors « la béatitude», « le grand but, l'immense bonheur»; l'homme en cette situation fait le lien entre l'actualité de l'intelligible et le sensible, puisque c'est en pensant ce dernier qu'il s'est élevé « de perfection en perfection, de forme en forme». Averroès va jusqu'à dire que, selon Thémistius (IVe s.) il est alors « assimilé à Dieu en ce qu'il est et connaît tous les êtres: car les êtres, et leurs causes, ne sont que la science de dieu». Non que pour Averroès l'intellect agent soit Dieu, mais la jonction à cet intellect élève l'homme au niveau des substances séparées et de l'intelligible pur. Si l'on peut parler ici de mystique, c'est en un sens bien particulier, en rappelant qu'Averroès critique les soufis pour avoir négligé la voie spéculative, et qu'inversement il place la béatitude dans la perfection du savoir: on est alors tenté d'évoquer Spinoza. Mais surtout, dans sa Découverte de la méthode, Averroès, rencontrant le problème de la vision de Dieu, le résout comme il résout toutes les questions de ce genre: le Coran et le Prophète nous ont appris que Dieu est lumière; les esprits simples comprennent qu'ils verront Dieu comme on voit le Soleil, et les savants que la béatitude est accroissement du savoir (cela complète et nuance ses premiers exposés sur ce thème). Ainsi ce dernier exemple montre à nouveau que, pour Averroès, la félicité suprême se formule aussi bien en termes empruntés à la révélation que dans ceux de la philosophie d'Aristote, selon deux modes distincts et qui doivent le rester.

Ibn Arabi

extrait des Futûhât

cilzo-wolf-wolfUn jour, à Cordoue, j'entrai dans la maison d'Abûl l-Wâlid Ibn Rushd, cadi de la ville, qui avait manifesté le désir de me connaître personnellement parce ce que ce qu'il avait entendu à mon sujet l'avait fort émerveillé, c'est-à-dire les récits qui lui étaient arrivés au sujet des révélations que Dieu m'avaient accordées au cours de ma retraite spirituelle. Aussi, mon père, qui était un de ses amis intimes, m'envoya chez lui sous le prétexte d'une commission à lui faire, mais seulement pour donner ainsi l'occasion à Averroës de converser avec moi. J'étais en ce temps-là un jeune adolescent imberbe. A mon entrée, le philosophe se leva de sa place, vint à ma rencontre en me prodiguant les marques démonstratives d'amitié et de considération, et finalement m'embrassa. Puis il me dit: “Oui.” Et moi à mon tour, je lui dis: “Oui.” Alors sa joie s'accrut de constater que je l'avais compris. Mais ensuite, prenant moi-même conscience de ce qui avait provoqué sa joie, j'ajoutai: “Non.” Aussitôt, Averroës se contracta, la couleur de ses traits s'altéra, il sembla douter de ce qu'il pensait. Il me posa cette question: “Quelle sorte de solution as-tu trouvée par l'illumination et l'inspiration divine? Est-ce identique à ce que nous dispense à nous la réflexion spéculative?” Je lui répondis: “Oui et non. Entre le oui et le non les esprits prennent leur vol hors de leur matière, et les nuques se détachent de leur corps.” Averroës pâlit, je le vis trembler; il murmura la phrase rituelle: il n'y a de force qu'en Dieu, - car il avait compris ce à quoi je faisais allusion.
Plus tard, après notre entrevue, il interrogea mon père à mon sujet, afin de confronter l'opinion qu'il s'était faite de moin et de savoir si elle coïncidait avec celle de mon père ou au contraire en différait. C'est qu'Averroës était un grand maître en réflexion et en méditation philosophique. Il rendit grâces à Dieu, me dit-on, de l'avoir fait vivre en un temps où il pût voir quelqu'un qui était entré ignorant dans la retraite spirituelle, et qui en était sorti tel que j'en étais sorti. C'est un cas, dit-il, dont j'avais affirmé moi-même la possibilité, mais sans avoir encore rencontré personne qui l'ait expérimenté en fait. Gloire à Dieu qui m'a fait vivre en un temps où existe un des maîtres de cette expérience, un de ceux qui ouvrent les serrures de Ses portes. Gloire à Dieu qui m'a fait la faveur personnelle d'en voir un de mes propres yeux.Je voulus avoir une autre fois une nouvelle entrevue. La Miséricorde divine me le fit apparaître en une extase, sous une forme telle qu'entre sa personne et moi-même, il y avait un léger voile. Je le voyais à travers ce voile, sans que lui-même me vît ni ne sût que j'étais là. Il était en effet trop absorbé dans sa méditation, pour s'apercevoir de moi. Alors je me dis: son propos ne le conduit pas là où moi-même j'en suis.
Je n'eus plus l'occasion de le rencontrer jusqu'à sa mort qui survint en l'année 595 de l'hégire (= 1198) à Marâkesh. Ses restes furent transférés à Cordoue, où est sa tombe. Lorsque le cercueil qui contenait ses cendres eut été chargé au flanc d'une bête de somme, on plaça ses oeuvres de l'autre côté pour faire contrepoids. J'étais là debout en arrêt: il y avait avec moi le juriste et lettré Abû l-Hosayn Mohammad ibn Jobayr, secrétaire du Sayyed Abû Sa'îd (prince almohade) ainsi que mon compagnon Abû l-Hakam ‘Amrû ibn as-Sarrâj, le copiste. Alors Abû l-Hakam se tourna vers nous et nous dit: “Vous n'observez pas ce qui sert de contrepoids au maître averroës sur sa monture? D'un côté le maître (imâm) de l'autre ses oeuvres, les livres composés par lui.” Alors Ibn Jobayr de lui répondre: “Tu dis que je n'observe pas, ô mon enfant? Mais certainement que si. Que bénie soit ta langue!” Alors je recueillis en moi (cette phrase d'Abû l-Hakal) pour qu'elle me soit un thème de méditation et de remémoration. Je suis maintenant le seul survivant de ce petit groupe d'amis - que Dieu les ait en sa miséricorde - et je me dis alors à ce sujet: D'un côté le maître, de l'autre ses oeuvres. Ah! comme je voudrais savoir si ses espoirs ont été exaucés!

2001

Texte repris sur le blog : cercamon

il est fait mention de ceci ;


J'ai utilisé la traduction d'Henry Corbin ( L'Imagination créatrice…, pp. 39-40) mais j'ai pris le début à Miguel Asin Palacios (L'Islam christianisé, pp. 30-31) premier introducteur d'Ibn Arabî dans les langues de l'Europe.

peinture, averroes

voila la biographie proposée sur le site de la BNF

Né à Cordoue en Espagne en 1126, Averroès est initié très tôt par son père, cadi (juge) de la ville, à la jurisprudence et à la théologie. Il étudie ensuite la physique, la médecine, l'astrologie, la philosophie et les mathématiques.

Sa vie mouvementée se partage alors entre Cordoue, Marrakech et Fès. Magistrat influent, il réforme l'administration de la justice à Marrakech. Il devient le médecin attitré de princes influents et échappe ainsi, grâce à sa fonction, aux ennuis que lui valent ses partis pris philosophiques. Il rédige un traité de médecine (Colliget, en latin) qui lui apporte la notoriété.

Mais ce sont ses commentaires sur Aristote qui le rendront célèbre. Il consacre toute sa vie à l'oeuvre du philosophe grec. Il cherche à en retrouver le sens originel en la débarrassant de toutes les interprétations faites jusque-là. Il se l'approprie avec assez de pénétration et de puissance pour construire un système qui porte sa marque personnelle. C'est à la question de l'origine des êtres qu'il s'intéresse le plus. Selon lui, Aristote prétend que rien ne vient du néant et que ni la forme ni la matière ne sont créées. Le mouvement serait éternel et continu : c'est la doctrine de l'éternité de la matière. Il distingue en l'homme l'intellect passif et l'intellect actif. Celui-ci se situerait au-delà de l'individu : il lui serait supérieur, antérieur, extérieur car il serait immortel. L'immortalité serait un attribut de l'espèce et non de l'individu. Cette distinction conduit Averroès à séparer radicalement raison et foi, les lumières de la Révélation n'étant accessibles qu'à l'intellect actif; Thomas d'Aquin, en revanche, cherchera à les réconcilier, fondant la théologie comme science rationnelle.

averroes

Ces doctrines philosophiques soulèveront des débats passionnés dans le monde chrétien et trouveront presque autant de disciples que d'opposants. La tendance à séparer la raison et la foi comme relevant de deux ordres de vérité distincts risquait de ruiner les efforts de ceux qui voulaient au contraire concilier, à travers Aristote, le savoir profane et la foi révélée. Les principes d'Averroès considérés comme dangereux seront finalement condamnés par l'église en 1240, puis en 1513. C'est dire l'influence considérable du philosophe arabe en Occident, notamment dans les écoles médiévales.

Condamné en son temps par la religion musulmane qui lui reproche de déformer les préceptes de la foi, Averroès doit fuir, se cacher, vivre dans la clandestinité et la pauvreté, jusqu'à ce qu'il soit rappelé à Marrakech, où il meurt, réhabilité, en 1198

ess

Webmasters, Traducteurs, Correcteurs,
Rédacteurs,

PARTICIPEZ












Jean mar tonizzo "A mes adrénalines" 1990
inscrivez vous

choose your