mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    la démocratie (suite)

Les penseurs en démocratie

L'importance des penseurs.

jacques derrida, philosophe Français, créateur du principe de déconstruction Des intellectuels démocrates

Être démocrate, ce serait agir en reconnaissant que nous ne vivons jamais dans une société assez démocratique. Jacques Derrida

Pour être efficiente, une démocratie doit disposer de médias véritable libres et démocrates. En plus de ces journalistes véritablement indépendants de tous les pouvoirs dominants, ce régime requière des intellectuels braves et amoureux du peuple. Des penseurs disposant d'une capacité d'analyse hypermétrope, subtile et profonde, capable de comprendre la collectivité. En posant une distance sur les événements, ces intellectuels peuvent ainsi aider les journalistes et les hommes politiques dans leurs analyses. Leur vision à long terme, leur permet de détecter les grandes dérives éthiques des systèmes.

De l'intelligence du peuple

Un peuple bien instruit, traité avec justice et sans manipulation, n'aspire qu'à la paix et à l'universalité. Au sein de tous les choix qui lui sont proposés, il choisira intuitivement la politique la plus humaine, la plus médiane, la plus tolérante. Quand les citoyens ne sont pas manipulés ils élisent systématiquement le meilleur représentant politique possible. Ils repèrent mécaniquement le dirigeant le plus juste et le plus conforme aux intérêts de la démocratie donc du peuple.

C'est la raison pour laquelle, en démocratie, les médias ne devraient absolument pas appartenir aux puissances politiques, industrielles ou financières, mais aux peuple dans son ensemble, seule façon de ne pas être manipulé et induit en erreurs lorsque les citoyens ont la charge de choisir leur politique et leur président.

Malheureusement l'évolution démocratique n'est pas constante. Elle est parfois au plus haut, comme à la sortie de la guerre avec le conseil de la résistance, et parfois au plus bas comme c'est le cas depuis la chute du communisme (et l'écrasement des contre-pouvoirs).

Lorsque les principes démocratiques sont au plus bas, les manipulateurs ont plus d'influence que les justes. A ce moment là, par la peur, la tentation et la manipulation, les esprits narcissiques, parviennent à pousser le peuple a voter pour des pouvoirs manipulateurs et élitistes ou des pouvoirs extrêmes et contre l'intérêt de tous.

Depuis quelques décennies, les médias appartiennent essentiellement aux pouvoirs politiques et industriels ce qui permets à ces derniers d'imposer au peuple des valeurs et des dirigeants plus proche de l'oligarchie que des principes démocratiques.

La majorité humaine, prise dans son ensemble, est exempte de perversion* d’où sa difficulté à détecter les grands manipulateurs et les psychopathes subtils. Elle est ainsi vulnérable à leur séduction et à leurs mensonges. La majorité humaine est également exempte de violence. Elle ne déclare jamais de guerre ni de génocide. Ce sont les dominants qui les décident et qui y plongent le peuple.

* le peuple allemand n'aurait jamais imaginé tout seul les idées folles du nazisme, il a fallut qu'un Hitler les insuffle à sa naïveté.

Les citoyens se résignent à la violence de la révolte, uniquement lorsqu'ils sont mis en danger, ou quand les dominants dépassent leur seuil de tolérance.

2001

peine de mort

12345678


philosophie Péricles démocratie

Chez nous, les intellectuels n'ont plus d'influence dans la société, sauf quand ils émettent des slogans. Les intellectuels ont de l'influence en France lorsqu'ils flattent un vague politiquement correct. J F Rl