mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    l'égocentrisme (suite)

Le narcissisme en démocratie

L'incapacité de voir l'autre

guignol de l'info
Un autisme sentimental

Depuis la chute du communisme, le monde industriel est entrée dans une formidable phase narcissique. Ce narcissisme occidental est une très mauvaise publicité pour l'occident. Il fait office de repoussoir et freine donc considérablement l'expansion de la démocratie.

Une grande partie de l'humanité vit aujourd'hui encore sous l'oppression des dictatures. Plusieurs choses empêchent ces pays opprimés de se libérer pour adopter les valeurs démocratiques.

1/ La surdité de ces pouvoirs.

La première entrave vient de la surdité et de la violence des pouvoirs dictatoriaux. Leurs dirigeants sont incapables d'entendre les critiques à leur encontre, d'écouter les conseils des démocrates pour évoluer en douceur vers la souveraineté de leurs peuples ...

2/ le narcissisme occidental.

Vient ensuite, l'arrogance* avec laquelle certains dominants occidentaux veulent imposer l'idéologie démocratique sur la planète.

* arrogance et malhonnêteté.

Cette attitude conduit naturellement à un rejet de la part des autres cultures. Qu'une démocratie se montre incapable d'être suffisamment attractive pour les peuples sous dictature, devrait quand même nous interroger ...

3/ L'attitude prédatrice, déloyale et avide.

Et il y a enfin l'attitude prédatrice de l'occident. Son besoin viscéral de manipuler les autres cultures pour en dérober les trésors, les ressources. Certains de nos dominants veulent en effet, piller en toute liberté les richesses du monde naïf. Ils n'hésitent pas pour cela, à soutenir et à imposer des régimes antidémocratiques, oppressifs et corrompus. Cette attitude rentre en contradiction avec leurs propos démocratophiles. Ce double langage, parfaitement schizophrénique, finit par désespérer l'ensemble de l'humanité.

Hisser la conscience

des leaders claniques

lz tour de babel, gravure ancienneL'instinct domine encore la conscience

Grâce aux médias, le monde entier a pris conscience des bienfaits de la démocratie. Les pays qui en sont privés devraient donc en désirer l'avènement. Mais ce n'est pas complètement le cas. Et c'est avant tout au comportement des leaders occidentaux, qu'on doit ce contre-sens. Évidemment, ces leaders à tendance colonialiste, le sont contre leur volonté ... Ils ont sans doute le sentiment d'agir pour le bien de leur communauté. Seulement, il s'agit d'un bien particulier* et non pas du bien universel ...

*celui de leur clan, de leur pays, de leur nation, de leur communauté

La nature vénale et paranoïaque de certains leaders mondiaux, les poussent à refuser l'égalité de relation. Ils préfèrent maintenir une partie du monde, en subordination. Leur psychisme voudrait sans doute pouvoir profiter des deux. Profiter du pillage et de l'amour que reçoit celui qui apporte la justice, le bonheur et la démocratisation. Seulement c'est impossible. Choisir la démocratie, induit obligatoirement le deuil du pillage et la préférence pour l'échange loyal et égalitaire.

C'est, soit la prédation soit la démocratisation...

Notre monde est en quête de maturité. Théoriquement la meilleure attitude serait donc de choisir une démocratisation effective et respectueuse. Mais l'homme n'a pas encore atteint un niveau de sagesse suffisant pour démocratiser paisiblement.
Comme dit Bergson si nous avions un peu moins d'orgueil ce n'est pas homo sapiens que nous emploierions pour nous qualifier mais homo faber.

Pour s'émanciper, l'élite occidentale devra perdre un peu de son égocentrisme. Autrement-dit, elle devra apprendre à se confronter amicalement et d'égal à égal aux autres cultures et civilisations. L'occident devra apprendre à écouter.

Et malgré tout ses défauts, c'est ce type d'expérience que favorise la mondialisation.

Texte datant de 2001.



l'esprit de clan

12345678

Fontenelle, philosophe Français

La plupart des changements qu'un homme fait à son état pour le rendre meilleur, augmentent la place qu'il tient dans le monde, son volume, pour ainsi dire : mais ce volume plus grand donne plus de prise aux coups de la fortune. Un soldat qui va à la tranchée, voudrait-il devenir un géant pour attraper plus de coups de mousquet ? celui qui veut être heureux se réduit et se resserre autant qu'il est possible. Il a ces deux caractères ; il change peu de place, et en tient peu.

Fontenelle

choose your