mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

facebook nous écrire

  • l'humanité
    l'élitisme (suite)

L'eugénisme ordinaire

Un eugénisme, fruit de l'élitisme libéral

Narcisse par François le Moine peintre Français élève de Boucher 1688 1737La vision déformée du néo-libéralisme narcissique.

Depuis la chute du mur de Berlin, le libéralisme est entrée dans une phase de toute-puissance. Ce néolibéralisme crée de nouvelles formes d'élitismes discriminants. Cet élitisme rentre évidemment en contradiction avec la démocratie. L'une de ses pensées extrémistes, l'amène à considérer qu'une partie de l'humanité est sans intérêt parce qu'improductive (à ses yeux). Il s'agit là d'une conception typiquement créée par le narcissisme. Dans un système marchand basé uniquement sur la matérialité, il semble effectivement difficile de percevoir toutes les contributions humaines. Difficile de comprendre l'apport réel d'un ermite, d'un sans-logis, d'un handicapé, d'un toxicomane, d'un chômeur ou d'un jeune transgressant de banlieue. Mais l'aide d'un humain à l'humanité, ne se résume pas à des questions de rentabilité mercantile.

La complexité des choses

Un sans logis, au carrefour d'une rue, laisse-t-il indifférent la plupart des humains croisant sa route ?
Non !
Que rappelle-t-il à la conscience de chacun ?
Il dit : « le libéralisme sous cette forme est inhumain ». « Il néglige une partie de la population ». « Il crée des souffrances et des injustices insupportables et doit se réformer, s'améliorer »...
Le sans-logis effectue, par sa souffrance, le même travail de pression sur la conscience collective qu'un philosophe social avec ses écrits. Pourtant un seul des deux à droit à de la reconnaissance pour sa contribution à l'humanité. Le névrosé est aussi indispensable à l'évolution de la psychologie que le psychanalyste ou le psychologue. Pourtant, seuls ces derniers ont le droit de comprendre le sens de leur action et d'en recevoir les honneurs. Voilà le type d'injustice produite par l'élitisme et dont l'humanité devra s'affranchir.

Pour une reconnaissance mutuelle

Sachant cela, il est nécessaire de bien comprendre ceci : la souffrance des laissés-pour-compte (des suicidés de la société pour reprendre un titre d'Antonin Artaud) n'a pas pour vocation de justifier l'existence* des penseurs, des journalistes ou des sociologues.

*existence O combien nécessaire et digne de tous les honneurs

Ces êtres humains marginalisés, ne souffrent pas pour permettre à la sociologie de gagner sa vie. Cette souffrance n'est pas gracieuse. Elle est là avant tout pour que nous oeuvrions à sa disparition.

Comment expliquer dès lors, qu'il y ait de plus en plus de journalistes et de penseurs, et qu'il y ait en même temps de plus en plus d'injustice et de souffrance ? Aujourd'hui, l'influence des médias et des intellectuels est suffisamment forte pour contraindre le système à raccourcir les écarts entre riches et pauvres. Pour l'obliger à améliorer le sort du quart et du tiers monde. Seulement, nous l'avons vu plus haut, depuis quelques décennies, les personnalités influentes de ces corporations se sont positionnées du côté des puissants. Ils se sont donc privés d'opposer une farouche résistance aux injustices du marché. Et naturellement les fossés se sont creusés.

En se laissant corrompre, penseurs et médias (et hommes politiques), portent une lourde responsabilité dans l'abus dont est victime le peuple. Une lourde responsabilité dans l'intensification de la souffrance chez la population vulnérable victime des dominants malveillants.

L'humanité doit évoluer dans une sorte d'équilibre orienté vers le bien. Si la puissance prédatrice du marché est plus forte que les forces d'interpositions, c'est le peuple qui en souffre. En démocratie, cet équilibre doit être maintenu par les médias. Si ce groupe intermédiaire manque à son devoir de critique et de mise en lumière des injustices, le peuple est obligé de l'exprimer par sa souffrance.

Tant que la surdité des médias persiste, le peuple n'a que 2 alternatives : souffrir pour se faire entendre et se révolter quand le seuil de tolérance est dépassé.
2001


amour d'autrui

123456789

Eugène ionesco, Dramaturge Français d'origine Roumaine,

Penser contre son temps c'est de l'héroïsme. Mais le dire, c'est de la folie. Eugène ionesco

inscrivez vous

choose your