mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    libéralisme (suite)

Action et libéralisme

L'apport des philosophies libérales

Pont en constructionL'hyper activité capitaliste

C'est proprement avoir les yeux fermés, sans tacher jamais de les ouvrir que de vivre sans philosopher... Toute la philosophie est comme un arbre dont les racines sont la métaphysique... René Descartes Principes de la philosophie

La grande aventure des doctrines économiques a jalonné l'évolution humaine. Dans cette création, la naissance de la philosophie libérale, au XVIIIe siècle, fut une avancée majeure. Ce concept politique a dopé l'accroissement du progrès et donc du niveau de richesses et de confort de l'homme. Ses apports dans la protection des droits humains est incontestable. Ses contributions pour le respect des libertés individuelles ou la limitation de l'autorité politique, a été décisive.

Depuis les années 80, le libéralisme s'est mondialement imposées sur toutes les autres écoles de pensées. Il s'est imposé parce qu'il entre le plus en « cohérence » avec les nouvelles tâches de la société.

Le libéralisme pour monter du national au mondial

Quelles sont-elles ces missions dont l'humanité actuelle semble avoir la charge depuis quelques décennies ?

L'espèce humaine contemporaine doit poursuivre son développement technique et commercial. Elle doit améliorer écologiquement, socialement et juridiquement un progrès commencé depuis quelques siècles. Elle doit prolonger le puissant mouvement d'unification universelle entrepris par les hommes depuis quelques dizaines de millénaires.

Ces missions importantes nécessitent (avant toute chose et dans un premier temps) une grande liberté d'entreprendre. Un puissant désir d'activité et de créativité. Voila pourquoi le libéralisme s'est imposé. La liberté d'entreprendre est vitale pour « renverser » les normes nationales au profit des normes internationales. Pour passer d'un fonctionnement national à un fonctionnement universel. Mais la liberté du libéralisme, lorsqu'elle est pleinement accordée aux dominants, entraîne son lot de désillusions et d'abus. Et c'est bien ce qu'il arrive aujourd'hui dans le monde libéral.

Vers un marché éthique

Il est donc nécessaire pour le libéralisme de passer au second temps de la mondialisation. De se hisser au temps de la conscience. Il faut continuer bien sur d'entreprendre, mais au sein d'une éthique humaine puissante et sous l'autorité d'une surveillance pointue. Il est temps pour le marché, d'accepter d'agir sous le contrôle strict des lois internationales et de l'éthique humaine.

A mon sens, nous commençons à entrer dans cette seconde phase de la mondialisation.

Dans les deux dernières décennies du XXe siècle, une sorte de libéralisme insouciant, agressif et incontrôlé, a prévalu pour mondialiser. Depuis le début du XXIe siècle, mû par les risques écologiques et par l'ambiance de plus en plus insupportable offertes par cette liberté violente, de nouvelles mentalités semblent sur le point d'émerger... En tout cas, telle est mon intuition.

2002


hyper activité

1234567891011121314

René Déscartes portrait en noir et blanc

Il paraît particulièrement nécessaire de faire de nouveau de la philosophie une affaire sérieuse... Hegel Phénoménologie de l'Esprit

inscrivez vous

choose your