mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    libéralisme (suite)

L'avenir du libéralisme.

Du libéralisme égoïste à la symbiose libérale

bébé tigre et singe en affectionPour un libéralisme humaniste

Il n'y a d'heureux que ceux dont l'âme imprègne, illumine le corps et vit en symbiose avec lui. Pierre Charbonneau

Il est utopique d'imaginer qu'un système de libre-échange parfaitement juste et symbiotique puisse déjà s'imposer planétairement. Illusoire de penser qu'une pratique bienveillante, honnête et droite, respectueuse et possédant une vision humaniste, soit déjà réalisable. La puissance des pulsions humaines, la faiblesse de notre conscience, la mosaïque des intérêts et la tentation à la domination, en obscurcissent pour l'instant, même la vue. Pourtant l'humanité se dirige irrépressiblement vers ce type de fonctionnement symbiotique. C'est tout au moins la thèse défendue ici comme nous le verrons dans un prochain chapitre.

Du libéralisme oligarchique au libéralisme démocratique

L'ultra libéralisme pratiqué depuis vingt ans, satisfait et réjouit un petit nombre d'individus. Il délecte les libéraux agressifs et bien adaptés à la compétition internationale. Des êtres humains plutôt inconscients et sourds à la souffrance que leur système dérégulé inflige à la population vulnérable. C'est pourquoi ce modèle ne satisfait pas (sous sa forme actuelle) le plus grand nombre. Il maltraite une majorité humaine aspirant, au contraire, à l'action consciente, à la sécurité matérielle, à la dignité et à la paisibilité.

D'un autre côté, le libéralisme ne s'est pas imposé par hasard. Il a ses raisons d'être. Il stimule la liberté d'expression et de critique, deux qualités autorisant justement, une bonne évolution de cette doctrine (qualités inexistantes dans le communisme, d'où son échec).

L'émulation moteur de progrès

La compétition développe le progrès. Le progrès améliore l'objet, l'assainit, le rend à terme, sûr, judicieux et inoffensif. Ce n'est donc ni l'émulation ni l'objet qui pose un problème à l'humanité mais notre incompréhension de leur sens réel. Si la consommation représente un gain pour l'homme, la sur-consommation constitue un danger. Il semble donc nécessaire d'approfondir notre conscience pour saisir correctement cette phrase de Hegel : « l'homme est l'outil de quelque chose de plus élevé et de plus vaste qu'il réalise de façon inconsciente ».

Le spirituel > au matériel

L'égoïsme, le luxe, le pouvoir, l'objet, sont des matériaux de construction

Les choses et les actions de l'homme n'ont pas la signification vulgaire qu'on leur prête. L'égoïsme et l'égocentrisme sont des moteurs inconscients de la compétition. Mais le sens profond de la compétition, est de conduire progressivement l'humanité vers sa perfection.

  • Le luxe est considéré par les dominants comme un outil de distinction de leur classe. En réalité, le but de cette industrie est l'amélioration de l'objet.
  • Le désir irrépressible de pouvoir est utilisé par l'homme pour asseoir une certaine domination sur ses congénères. En réalité, ce désir est un des moteurs qui conduit l'espèce humaine vers sa perfection.
  • De la même manière, « l'objet » n'est pas le dieu proposé par le libéralisme. Il nous faut donc en rester maître. S'y soumettre, serait se soumettre à une matière que nous devons au contraire transcender.

En même temps, pour ne pas être, comme l'animal, soumis à la matière et à la nature, l'objet est nécessaire. Nous avons donc besoin de l'objet tout en oubliant sa présence. Nous pouvons et devons complexifier la technologie jusqu'à la rendre aussi parfaite et aussi intelligente qu'un organisme vivant. Seulement, elle doit rester notre alliée et non pas notre maître.

Si nous analysions le libéralisme en profondeur, nous verrions que certaines de ses obscénités et de ses crises ne sont pas seulement liées à un temps d'adaptation, mais à sa mécanique, à sa vision superficielle de l'existence, et aux « valeurs » qu'il est contraint d'exalter.

Solutions pour un libéralisme positif

Jean Jacques rousseauPar delà la nature spécifique de l'idéologie libérale, nous pouvons quand même limiter certains de ses effets négatifs. Il serait nécessaire pour cela, de maîtriser le marché. De le domestiquer à l'aide d'un système juridique, indépendant et incorruptible. De le faire surveiller par de puissantes organisations de consommateurs.

En regardant les choses de façon synthétique et humaine, la réflexion semble simple. La mondialisation est une nécessité et la compétition un des moteurs. Pour empêcher tout retour à un fonctionnement sauvage, les valeurs humaines sont notre seule sauvegarde. Nous n'avons donc, semble-t-il, le choix qu'entre deux idéologies :

  1. soit un libéralisme parfaitement maîtrisé et retrouvant sa véritable place dans la hiérarchie des valeurs,
  2. soit l'élévation au "symbiotisme", à l'échange conscient, juste, respectueux et motivé par une saine émulation.

Si nous laissions parler notre conscience et notre bon sens, le choix serait vite fait ... mais en sommes nous déjà capables ?

2002

symbiose

1234567891011121314


Honoré de Balzac écrivain Français du XIXeme siècle

Les hommes vous estiment en raison de votre utilité, sans tenir compte de votre valeur. Honoré de Balzac