mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    le marché (suite)

Les effets pervers du marché

Tant de monde en prison sous les lois du marché

Michel ange le prophete Marché et valeurs réactionnaires

Tant que nous laisserons les clefs du système des valeurs au seul marché, il imposera ses pulsions, distendra l'humanité tandis que les groupes d'entraides s'épuiseront à en soigner les conséquences.

Le marché donne de mauvais exemples à suivre. Le peuple, fonctionnant par mimétisme, s'y engouffre, s'y perd, puis prend conscience et finit par s'entraide pour tâcher d'en sortir.

Prenons un exemple en 10 étapes :

  1. Certains pans du marché profitant des lacunes du droit international, transgresse la morale et les lois humaines pour arriver à leurs fins.
  2. Parce qu'ils dominent les oppositions (médias, justice, syndicats, politiques), leurs ravages sont « minimisées » par les journalistes.
  3. Sans dénonciation médiatique, l'opinion publique ne peut pas jouer son rôle de critique et de boycotteur.
  4. Dans le même temps, les journalistes sur-valorisent les "valeurs" du marché et les donnent en exemple. C'est le cas du goût du luxe, du pouvoir, de la fortune, de l'égocentrisme, de l'argent facile, de l'égoïsme. Ils montrent également l'image de leur quasi impunité.
  5. Le peuple fonctionne par mimétisme (et le marché le sait trop bien à présent). Pour accéder à ces nouveaux goûts, la partie fragile du peuple, cherche donc à s'identifier à l'élite transgressante...
  6. Elle en oublie ses valeurs humaines traditionnelles et transgresse pour accéder au luxe.
  7. Le juge sanctionne le peuple et l'entasse dans les prisons.
  8. Au bout de la chaîne, les services sociaux et les groupes d'entraide tentent de réparer les dégâts causés par ces valeurs sur le peuple.
  9. Devant ces injustices, le système judiciaire est pris entre deux feux. Accepter un certain laxisme envers les transgressions du peuple pour rétablir une pseudo justice face aux élites impunies ou durcir les sanctions contre le prolétariat en transformant lentement la démocratie en dictature de velours ...
    Après être passé par la première version, nous évoluons vers la seconde. La justice a dû accorder une certaine impunité aux infractions du peuple. Le délit s'érige donc en système (pourrissant la vie des plus pauvres). Ce mécanisme a empêché le transgressant et sa victime de comprendre le sens de l'humanité, a forcé à la récidive (plus chèrement payée), et a accentué progressivement le sentiment d'insécurité (récupéré par les pensées extrémistes friandes des effets).
  10. Les médias, incapables d'analyser ou de remettre en cause les valeurs du marché, s'attaquent aux effets plutôt qu'aux causes.

Ce principe n'a que deux finalités :

  1. révolte et répression à outrance...
  2. ou régression à l'état sauvage

Le marché, puissant et coalisé

Maîtriser la toute puissance du marché

« Jamais le regard des hommes n'a été aussi avide qu'aujourd'hui car l'art s'est retiré de lui » René Huygue.

Nous ne pouvons plus faire semblant d'ignorer trois choses :

1/ Le marché est de plus en plus puissant et coalisé (ce qui pourrait être une bonne chose). Ses projets visent une quête personnelle et inconsciente et non pas prioritairement le bien de l'humanité. Ce n'est pas un acte délibéré, il est tout simplement victime de ses pulsions. Deux constatations alors s'imposent. Nous ne pouvons pas faire confiance à ses propositions d'itinéraires. Son influence sur les rouages de la société (politique, scientifique, juridique, média) pose également un problème à l'humanité.

2/ Le marché devenu trop puissants, ses transgressions éthiques et juridiques restent bien souvent impunies. Il sait utiliser les travers politiques (basés sur la rivalité de partis), la corruption, l'influence, l'intimidation, voire la violence, pour arriver a ses fins.

3/ Et enfin, nous ne pouvons plus faire semblant d'ignorer une chose essentiel. Les médias sont devenus l'éducateur principal de l'humanité. A ce titre, ils doivent être absolument indépendant des influences politiques et mercantile. Les journalistes doivent être pleinement conscients de leur empreinte fondamentale dans le changement des valeurs de la société. Ils ont la responsabilité d'être justes et impartiaux. De se conformer à l'éthique humaine démocratique. D'offrir la parole au peuple autant qu'à l'élite, aux valeurs humaines autant qu'aux valeurs commerciales.

an 2001



l'évolution par accident

12345


Jacques Lacan psychanaliste Français

C'est d'abord dans l'autre que le sujet s'identifie. Jacques Lacan