mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    symbiose (suite)

Les écarts de salaire

Salaires dirigeants/salariés

riche pauvreLiberté, responsabilité, mérite

Les dernières décennies du vingtième siècle, ont été voué à la toute-puissance néo libérale. Cette suprématie a un sens pour l'unification de l'humanité, mais elle induit de nombreuses régressions ponctuelles.

Le creusement des écarts entre riches et pauvres est une de ces régressions visibles. Cet écartement a été rendu possible grâce à l'effondrement de l'esprit critique et l'esprit (syndicat, médias, penseurs) récupéré par le marché. Sans personnes pour les retenir, ce nouveau grand patronat mondial s'est constitué des fortunes colossales au détriment des états et de leurs employés.

Des justifications injustes

Pour justifier ces monstrueux écarts de salaires, ils utilisent des arguments tels que ceux-ci :

/la liberté de choisir son salaire
/ la prise de responsabilités
/ les heures de travail
/ la différence de potentiel, ou de motivation.

Chacun de ces arguments est une véritable escroquerie psychologique envers le peuple.

La responsabilité.

La différence de responsabilités est un des arguments employé par le patronat pour faire admettre ses nouveaux privilèges.
Si effectivement, la majorité des PDG actuels prenait véritablement leurs responsabilités envers leurs employés on pourrait croire en sa rhétorique. Si elle protégeait le monde ouvrier du point de vue psychique, moral, sanitaire et social, on pourrait l'écouter. Si les grands patrons privilégiaient l'humain sur la machine, le suivi sur la précarité (comme aux grandes heures du paternalisme), alors ils mériteraient effectivement un écart raisonnable de salaire. Mais ce n'est pas le cas.

Actuellement, ce sont les employés, les associations bénévoles, qui viennent en aide à la détresse humaine. Ce sont les assistances sociales, les amis, le voisinage, qui prend en charge le désespoir moral, sanitaire, social de l'ensemble ouvriers.

  • Parce qu'enfin, est-ce qu'aujourd'hui un patron du CAC 40 prend plus de responsabilités que les employés qui donnent vie à son entreprise ?
  • Est-ce qu'un monde entrepreneurial capable de manipuler la justice pour éviter des sanctions légitimes, prend plus de responsabilités qu'un voyou assumant ses choix et sa peine ?
  • Est ce qu'un monde de l'entreprise stressant ses employés par la menace de la précarisation (qu'il ne risque pas de subir lui-même), peut justifier de tels écarts de salaires avec ses ouvriers ?
  • Le chef d'entreprise qui emploie ou profite du travail des enfants dans le tiers-monde prends-il ses responsabilités ?
  • Le patron qui engendre en Occident ce que nous appelons le working poor, sans être sanctionné, prend-il ses responsabilités ?
  • Les années d'études d'un chirurgien esthétique devenu irresponsable et hors éthique par appât du gain, peuvent-elles justifier l'écart de salaires avec un ouvrier respectueux de sa tâche ?
  • Le médecin conscient des affections liées à la pollution, et conseillant au peuple d'éviter de sortir au lieu de dénoncer le système, prend-t-il ses responsabilités ? Justifie-t-il la hauteur de son salaire ?
  • Les journalistes vedettes acceptant de haut salaire pour propager cet ultra-libéralisme dévastateurs pour les acquis sociaux des plus pauvres, prend-il ses responsabilités ?
  • Un notable utilisant sa position, son intelligence ou son argent pour contourner les lois ou la morale humaine, peut-il justifier la disproportion de salaires avec une femme de ménage ?

Donc, sans une justice parfaite, la responsabilité ne peut plus justifier l'indécence des écarts de salaires.

Les heures de travail

homme asiatiqueUne autre excuse utilisée pour justifier les énormes écarts de salaire, consiste à avancer la différence des heures de travail. Mais cet argument est également fallacieux. En effet, même si un PDG donne douze heures par jour à son entreprise alors que ses ouvriers n'en font que huit, le travail global d'une journée est à son avantage. Les quatre heures de différence, aujourd'hui sont largement rattrapées par les mauvaises conditions de vie vécu par la plupart des salariés. Le PDG dispose de femme de ménage, de baby-sitter, de comptable, de cures de remise en forme, de week-end de détente... L'employé lui, doit s'occuper de ses enfants, régler ses problèmes domestiques, faire face au stress des fins de mois difficiles etc. Au final et sous le régime d'un libéralisme féroce, la quantité de travail, d'énergie, de stress dépensé et largement identique entre élites et employés.

Aucun gros écart de salaire ne peut donc se justifier par ce biais là.

La différence de potentiel

afriqueLa différence de potentiels est un autre prétexte exploité pour légitimer le monstrueux fossé creusé entre riches et pauvres. Pas plus que les autres, cet argument ne tient face à la raison humaine. En effet cette différence de potentiels, principalement basés aujourd'hui sur l'intelligence adaptative et l'éducation, est forcément injuste. En effet, personne n'est responsable de ses capacités, de son milieu ou pays de naissance. Et ces deux facteurs sont déterminants dans la différence de traitement.

Si un écart est justifiable pour organiser la société, la différence de potentiel est donc un argument irrecevable pour faire admettre l'énormité exponentielle des écarts de salaires.

La motivation

europe vieille femmeLe marché justifie également la différence de salaires par la motivation. Mais un ouvrier du bâtiment ou des services, si son œuvre n'est pas dévalorisée, n'est-il pas autant motivé qu'un chanteur célèbre ou qu'un patron d'industrie ? Et le « vrai » chanteur, le "vrai" pdg, changeraient-ils de travail si son salaire baissait ? Le désir profond de l'enfant d'exercer tel ou tel métier, devrait-il se faire en fonction du salaire ou en fonction d'un idéal ? N'y avait-il pas de vainqueurs dans l'antiquité, lorsque les jeux olympiques n'étaient pas rémunérés ? Dans un système où chacun serait conscient de l'œuvre à accomplir, cette œuvre ne suffirait-elle pas à motiver l'action ? Dans une entreprise de 100 personnes, si, du P.D.G. au balayeur, tous gagneraient 1500 euros/mensuels et seraient pareillement responsables de l'ensemble des individus et de l'entreprise, combien se plaindraient de ce système ? Qui globalement risque d'avoir des difficultés à accepter ce principe de symbiose ? Qui doit donc ouvrir sa conscience ?

Des écarts injustifiables

Le libéralisme fuit ses responsabilités

indeNous pouvons le constater, l'indécence des écarts de salaires ne peut pas se légitimer dans une humanité morale. La régulation des choix de carrière peut tout à fait se faire par le désir et la compétence. Mais il faut pour cela que chaque métier soit également valorisé (cela permettrait à chacun de s'engager dans un métier par vocation et non par cupidité).

A valorisation égale

A salaire et à valorisation égale, un chercheur passionné ne deviendrait pas maçon sous prétexte que la maçonnerie exige moins d'effort de réflexion. Pas plus qu'un maçon aimant son métier ne viserait la place du chercheur. Par contre, à salaire et à valorisation égal (ou juste), tous deux auraient le sentiment de travailler pour la même cause. Leurs relations seraient respectueuses, franches et détendues. Elles seraient sans vénération, condescendance ou distance, mais avec amour.

Des différences motrices

Nos différences physiques et psychiques ne sont pas là pour qu'une partie de l'humanité abuse de l'autre. Elles sont là pour construire ensemble l'humanité. Autrement dit, un salaire égal et universel pour tous, serait déjà viable pour la conscience humaine. Viable à condition que le sens de l’œuvre commune soit clairement exprimé et qu'il y ait un bon partage des responsabilités. Il n'y a, finalement, qu'une infime partie de l'humanité hostile à ce principe. Seule d'ailleurs cette petite partie des dominants considère l'égalité des salaires comme un facteur de démotivation. Ces leaders pensent cela, parce qu'eux seuls seraient réellement démotivés.

La création des hiérarchies

L'ensemble des différences discriminantes qu'utilise l'humanité pour évoluer, sont dépassables.

imaginons par exemple 40 personnes, qui ne se connaissent pas, se retrouvant en pleine mer, sur un navire en perdition. Le navire nécessite 40 personnes à divers postes pour naviguer et rejoindre une cote. Chaque tâche doit être exploitée au mieux, pour que le groupe puisse survivre. A mon sens, chaque individu trouverait rapidement la fonction où il serait le plus efficace. Chacun parviendrait à offrir à l'ensemble ses compétences, sans querelles égocentriques. Les organisateurs, les cérébraux et les musculaires se désigneraient d'office. Le pain serait partagé, chacun aurait à l'esprit le but à atteindre et la préservation d'autrui. Face à l'ultime danger, la richesse, l'élitisme toutes les valeurs superficielles n'ont plus aucun sens.

L'organisation, l'adaptation et la solidarité sont donc déjà inscrites dans chaque nature humaine. En conséquence, il nous faut sortir de notre pesanteur. Il nous faut faire un effort d'attention pour que notre esprit puisse prendre conscience du sens de notre présence au monde.

Texte écrit en 2001



le marché

12345


Jean François Khan

Après le salaire minimum, pourquoi ne pas instituer une rémunération maximum ?
Jean-François Kahn