mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité

Les tendances humaines

Pulsions, instincts,

guillotinebesoins, tendances..

Le dessein des Méditations suivantes est d'abattre l'orgueil de l'esprit, et de le disposer à l'humilité. Malebranche

Le but de ce chapitre est d'étudier de façon sommaire les processus psychiques et physiques, relatifs aux pulsions*.

* Nous utilisons ici les termes d'instincts, de pulsions, de tendances, de besoins, de désirs, pour décrire des forces susceptibles de dominer la conscience, la volonté ou la raison.

Il s'agirait donc de comprendre l'implication de ces moteurs intimes dans les grandes idéologies de l'humanité. Autrement dit, les conséquences des pulsions humaines dans le libéralisme, le communisme où la démocratie appliqués. Ces forces bien souvent inconscientes, sont paradoxales. Elles poussent l'homme à agir* mais pervertissent parfois ses actions.

*et sont à ce titre de grands activateurs de l'évolution humaine

Le grands champs des tendances

Le champ des tendances est vaste. Il débute dans les instincts basiques (conservation, reproduction) et s'épanouie en tendances idéales et désintéressées.*

*générosité, entraide, altruisme, spiritualité, conscience morale.

Entre ces deux extrêmes on retrouve l'ensemble des tendances individuelles et sociales. L'instinct grégaire et maternel. L'attachement familial ou l'antagonisme. Le goût pour l'imitation, pour le communautarisme, pour la générosité ou l'égoïsme, en sont quelques-unes.

Tendances primaires et supérieures

Pour notre analyse, nous séparerons ces forces en deux groupes.

D'un côté les tendances primaires et étroites.
De l'autre les tendances supérieures et universelles.

  • D'un côté, les attitudes égoïstes et claniques. Comme la prédation, la domination, l'égocentrisme, la thésaurisation des privilèges, l'élitisme, la clanicité.
  • Et de l'autre, les inclinaisons ouvrant l'individu à la générosité et à l'universel. Le goût pour l'entraide, l'altruisme, la solidarité, l'universalisme etc.

De l'instinct animal

.. à la pulsion humaine

jean marc tonizzo oeuvre sur toile. Char et foretBaisse d'instinct, hausse de conscience

Deux éléments, le temps et la tendance au progrès, expliquent l'univers.... Ernest Renan

Ces deux types d'inclinaisons, égoïstes et altruistes, ne sont pas le patrimoine exclusif de l'homme. On les retrouve chez notre cousin primate mais avec une autre distribution.

Du monde animal

Dans le monde naturel, les forces primaires bénéficient d'une certaine liberté. Elles régentent une grande part des organisations sociales animales... Les dominants disposent d'un énorme pouvoir sur le reste de la troupe. Leur égocentrisme rencontre très peu de frein. Ils thésaurisent les privilèges souvent par la violence.

Du monde humain

L'homme au contraire, favorise (au moins conceptuellement) les tendances supérieures. Il vénère l'altruisme, la solidarité, la bonté etc. Il n'accepte ses pulsions primaires que par fatalité. C'est toute la force du phénomène humain. C'est ce qui fait de nous des hommes. Par cette inversion de valeurs, l'humanité s'est extrait de la nature. En dévalorisant les tendances primaires au profit des supérieures, le primate que nous étions s'est métamorphosé en homme.

écrits de 2001



évolution

1234567891011121314151617

 Henri Bergson, philosophe français, auteur de l'évolution créatrice, des deux sources de la morale et de la religion. Portrait photographique de profil

Seules, les sociétés humaines tiennent fixés devant leurs yeux les deux buts à atteindre. En lutte avec elles-mêmes et en guerre les unes avec les autres, elles cherchent visiblement, par le frottement et par le choc, à arrondir des angles, à user des antagonismes, à éliminer des contradictions, à faire que les volontés individuelles s'insèrent sans se déformer dans la volonté sociale et que les diverses sociétés entrent à leur tour, sans perdre leur originalité ni leur indépendance, dans une société plus vaste

Bergson

inscrivez vous

choose your