mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

Sommaire

Devant tant de violences et de comportements génocidaires, l'homme sensible à l'affect écorché, imagine son monde livré à l'absurde et au chaos, irrésistiblement vouée à son propre désastre.

Ce travail vise précisément à démontrer l'inverse. Il cherche à éclairer, par delà notre incontestable inhumanité et l'agressivité puérile de nos sentiments primaires, l'attraction naturelle et irrésistible de notre espèce vers son seuil indépassable de perfection.

Lorsque nous étions des primates naturels vivant hors du temps culturel, notre esprit baignait dans une sorte d'inconscience et d'immédiateté.

  • Progressivement notre espèce a acquis la notion de temps et la faculté psychique de projeter sciemment son esprit dans le passé et l'avenir.
  • Elle a également développé la faculté d'amasser et de transmettre son savoir, ses connaissances.
  • Ces artifices mentaux et techniques nous ont ouvert l'accès à la culture à la civilité et au progrès et l'évolution de ces deux données fondamentales.
  • Façonnés par ces outils culturels, certains traits de notre primatitude (agressions, ségregations, toute puissance, violence) s'amoidrissent peu à peu au profit de certains comportements plus pacifiques, créatifs et sociaux.
  • A terme, la culture, la technique et l'éducation, parviendront à libérer l'homme des contingences de la nature, des questions profondes et des pulsions agressive, ces trois obstacles sont responsables de l'ensemble des dangers, des tourments, des inquiètudes, des violences et de l'oppression de l'homme par l'homme.
  • Une fois libérée des exigences de son environnement, de son questionnent, et de ses instincts violents, l'humanité aura atteint la paix, la sérénité et l'insouciance.
  • Cet état de paix, de sérénité, de quiètude, les philosophes et les mystiques emploient differents termes pour le qualifier.... Certains l'appellent béatitude, d'autres nirvana, bonheur suprême, extase, ataraxie, joie...

Telle est la perfection qui attend selon nous, notre humanité.

Paradoxalement, cet état extatique ramène l'état d'esprit de l'expériementateur dans un présent absolu, l'homme béat se trouve libéré du temps culturel qu'utilise l'homme courant pour construire son monde.

  • Il s'agirait donc d'une sorte de retour à l'inconscience et à l'immédiateté, une sorte de retour à la naïveté de nos origines naturelles.
  • Seulement, entre l'état d'esprit sans temps du primate naturel et l'état d'esprit sans temps de l'extatique, l'évolution du psychisme aura délivrée l'humanité de ses pulsions, de ses dangers et de ses questionnements, bref de tout ce qui empêche l'esprit de notre cousin singe, baignant pourtant dans l'inconscience et l'immédiateté, d'accéder à la béatitude.

philosophie, théologie, extase

Dans le premier chapitre, de l'animal à l'homme, nous verrons que l'ensemble des activités humaines semble orientée vers 3 finalités principales :

  1. Convertir un animal s'affirmant au détriment d'autrui, en humain totalement respectueux de ses semblables.
  2. Adapter idéalement l'homme à son monde en anéantissant progressivement l'ensemble des dangers qu'ils représentent pour lui.
  3. Résoudre progressivement tout ses questionnements - d'où venons-nous, qui sommes nous, où allons nous -

Le second chapitre de l'homme à l'humain, montrera que la maîtrise progressive de ces 3 points fondamentaux (comportement, environnement et questionnements) les dirige chacun vers leur perfection (sociale, technique et intellectuelle) et l'ensemble est destiné à une perfection psychique supérieure ultime dont un des points d'orgues serait : la facile accession pour tout les êtres humains, à l'étatextatique.

Le troisième chapitre intitulé l'évolution vers le bonheur, essayera de rassembler toutes les réflexions téléologiques qui optent pour une évolution positive Nous essaierons également de rassembler toutes les connaissances accumulées à propos de la béatitude, du nirvana, de l'extase.

Le quatrième chapitre, l'amour est dans l'atome vise à démontrer qu'il y a un lien de cause à effet entre la sensation béate et la structure intime et immatérielle de la matière (quarks, boson etc) à l'origine de l'univers et de l'humain.

Dans le cinquième chapitre ; la conscience, nous essayerons d'établir le lieu de la relation entre l'essence amour et le ressenti béat..

Le sixième chapitre que nous avons intitulé : destinée hasard, cherche à affirmer qu'il n'y a pas de hasard dans le déroulement des choses.
Tout ce qui se produit dans l'humanité, bien et mal compris, a donc une raison d'être, un sens et participe à la montée de notre espèce vers sa perfection.

Le septième chapitre ; le langage du vivant avancera l'idée que la vie a un langage que nous devons apprendre à lire et à écouter.

Les huitième et neuvième chapitres humanité et médias marquent l'implication de cette théorie dans le domaine politique et social.
Ils traitent des tendances primaires et de leurs conséquences dans la vie de l'homme constructeur.

Enfin, dans le dernier chapitre, la mort nous essaierons de démontrer pourquoi le passage de la vie à la mort (du biologique à l'atomique) rencontre forcément l'état de béatitude.

Les siècles avenir verront «  la destruction des inégalités entre nations, les progrès de l'égalité dans un même peuple et le perfectionnement réel de l'homme. » Condorcet.

l'ascête, béatitude

La philosophie et la science de toutes les choses possibles, et elle enseigne comment et pourquoi elles sont possibles ». Christian Wolf, 1679, Breslau

atome
cerveau, psychisme