mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • bien mal
    délinquant suite

Évolution des interdits dans l'humanité

Le rôle du délinquant

affiche du film de Willy Rozier le bagnardPhilosophie et transgression, histoire de la loi.

Lorsque leurs regards se croisèrent, il n'y eut plus entre eux qu'une seule certitude, c'est que tout était décidé et que tous les interdits maintenant leur étaient indifférents. Robert Musil

Jurisprudence et morale sont la base du droit. Notre philosophie, entend par : « système des interdits », l'ensemble législatif, moral et éthique (laïques ou religieux), prohibant certains actes humains..

Sous le terme de « transgressant », nous qualifierons donc tout individu qui désobéit à la loi ou à la morale humaine. Dans un premier temps nous pouvons constater que nous sommes tous, à différente échelle, des transgressants.

Histoire du droit et des interdits

A partir du moment où notre espèce à exprimés ses premiers interdits, l'humanité s'est constituée. Dès l'instant ou ces interdits ont été institués et transmis aux descendants, l'histoire du droit débutait. Schématiquement, les interdits ont commencé par être des tabous (l'inceste, le pur et l'impur, le sacré, etc.). Ils concernaient alors une tribu particulière. Ces interdits ont ensuite évolué en morale. Ils se limitaient alors à la communauté religieuse (judaïsme, hindouisme, etc.). A partir de cette morale, ils migrent progressivement vers l'universel et le laïque. Dès lors, ils concernent l'ensemble humain.

Vers l'universalité

Depuis leur créations, le nombre d'interdits humains, n'a cessé d'augmenter, de s'ajuster et de s'universaliser. Entre les lois fondatrices de l'humanité et l'ensemble législatif actuel, la masse des interdits n'a cessé de grossir. Cette somme de contraintes, nous a permis d'acquérir une certaine maîtrise de nos comportements primaires (dans les nouvelles sociétés humaines par exemple, les hommes ont l'interdiction de spolier d'autres individus mêmes si ceux-ci leur sont subordonnés).

Bien sûr l'humanité n'a pas encore réglé tout ses problèmes de comportement. Le plus fort parvient encore à spolier le plus faible et bien souvent même, en s'aidant de la loi comme on peut le constater dans les nouvelles zones de non-droit. Des zones engendrés par la corruption et les guerres dont l'occident est encore bien souvent responsable.

Mais gardons à l'esprit que ce qui arrive dans l'humanité, est ce qui doit arriver, tout a sa logique et d'autres part, l'humanité se détache peu à peu de ces comportements primaires.

Un droit sous la responsabilité humaine

Le système des interdits n'est pas donné à l'humanité. C'est à l'homme de construire la loi et le droit. A lui de développer ces valeurs et de les conduire progressivement vers leur perfection. Tout homme peut d'ores et déjà imaginer un droit proche de la perfection. Il peut visualiser également une humanité capable de lui obéir le mieux possible. Une humanité ayant dépassé le stade actuel et ayant accédé à un système beaucoup plus symbiotique et coopératif.

D'ailleurs les grandes lignes d'un droit juste, universel et égalitaire, ont été tracées. Le célèbre impératif catégorique de Kant nous en donne l'orientation : « Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu puisses vouloir en même temps qu'elle devienne une loi universelle» ... La loi et le droit doivent donc devenir « universels ».

Texte écrit en 2000



transgression délinquance

12345678


emmanuel kant

La raison pure est pratique par elle seule et donne à l'homme une loi universelle que nous nommons la loi morale Emmanuel Kant