mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • bien mal
    délinquant suite

La prison doit aider le délinquant

Humaniser la punition

fauvismeUn long travail de réflexion.

Sans Cro-Magnon pas d'homme moderne et sans délinquant pas d'évolution de la justice.

Cette réalité devrait nous imposer un sérieux travail de réflexion sur notre comportement envers les humains qui transgressent la loi ou la morale. Elle nous recommande également de réfléchir aux causes de l'inflation actuelle de la délinquance (depuis l'arrivée de la toute-puissance libérale à la fin des années 80, nous sommes dans une période d'explosion de la violence).

Plusieurs facteurs sont à l'origine de la criminalité. Les valeurs émises par la société, les carences éducatives, l’injustice sociale, les inégalités, en sont quelques-uns.

Une véritable réflexion

La vision du délinquant et le traitement de la délinquance, doivent évoluer dans la société. Pour cela nous devons préalablement comprendre les véritables apports du transgressant à l'évolution humaine. Une fois ces apports bien saisis, on peut alors débuter un véritable travail d'humanisation de la justice, de la punition et des lieux d'enfermements. Les progrès dans les conditions de détention, doivent être au moins égaux aux progrès de la vie courante.

Les progrès sont visibles

Il est tout de même encourageant d'observer la bonne orientation prise par l'humanité dans ce sens. Le passé judiciaire avait une conscience basse et des instincts pervers puissants. Ce mélange détonant, poussait nos ancêtres à infliger des châtiments injustes et violents.

Torture, bannissement, mises à mort, formaient le quotidien de l'homme. Ces cruautés ravitaillaient l'implacable désir d'assujettir l'autre à ses volontés.

Aujourd'hui (l'évolution de l'esprit aidant), l'espèce humaine est parvenue à des condamnations plus humaines. Elles incluent à présent le concept de circonstances atténuantes. L'homme commence également à réfléchir aux causes profondes de la transgression.

Pas de double peine

philosophieSi la punition n'est pas aussi un droit et un honneur accordé au transgresseur je ne veux pas de votre punition dit le Zarathoustra de Nietzsche.
Cet aphorisme de Nietzsche est d'une extraordinaire profondeur. Il nous montre l'importance d'être juste avec le transgressant. Le coupable n'a pas à supporter en plus de son châtiment, le poids de la culpabilité religieuse. Le condamné n'a pas à subir en plus de l'enfermement, la vindicte populaire.

« Que celui qui n'a jamais fauté lui jette la première pierre » s'écria le Christ aux pharisiens. Un milliard de Chrétiens ont le devoir d'appliquer ces recommandations christiques. Ce milliard d'êtres humains devrait donc déjà s'abstenir de sur-juger tout être humain venant d'être condamné.

2001

Les preuves de la nécessité du délinquant

12345678


shakespear

Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur.
William Shakespeare

prison