mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • les médias

Le Journalisme à l'ère du marché

Le peuple en danger

charlie whiteLe journalisme sous la loi du marché

Une analyse comparative des médias avant et après les années 80 serait sans doute pleine d'enseignement. Avant les années 80, la télévision était sous la domination du politique.. Depuis elle est passée sous l'influence du marché.

Le choix de vendre à partir des années 80, certaines chaînes de télé au marché, était sans doute chargé d'espoir. Les journalistes de l'époque, imaginaient certainement assister à la grande libération du journalisme. Ils pensaient accéder enfin à l'autonomie totale.

La liberté ne fut pas au rendez-vous

Malheureusement, 20 ans plus tard, le constat semble plutôt négatif. L'oppression du nouveau maître, même si elle est de velours, montre aujourd'hui son ouvrage.

Nécessaires contre-pouvoirs

La plupart des pouvoirs acceptent mal les contre-pouvoirs. Ils n'apprécient pas la critique. Les dictatures, les maffias, usent de violence pour l'a faire taire. Les démocraties précédentes utilisaient la censure. Les démocraties sous l'autorité du marché, pratiquent plus volontiers la corruption et la manipulation.

En quelques décennies, les grands patrons des médias ont fait régresser l'esprit critique. En douceur, ils ont muselé le milieu journalistique pour construire la télé qu'ils voulaient... Une télé à leur image. En peu de temps, les valeurs marchandes, ( vénalité, pouvoir, élitisme) ont investi la plus grande partie des mass médias. L'invendable était progressivement écarté de la télévision. Les valeurs humaines capables de maintenir l'humanité dans le sens de son évolution, se sont mise à régresser. Tout cela s'est produit insidieusement et sans préméditation. Comme une vigne sans soin, l'altruisme, la générosité, l'entraide, les belles vocations s'eteignent. Elles ont perdu leur position phare au profit des désirs, de l'égoïsme, et du narcissisme. Par exemple, les milliers d'associations qui œuvre chaque jour pour la paix, l'égalité, la solidarité, la fraternité, l'universalité, le partage, n'ont droit à aucun espace médiatique pour servir d'exemple. A l'inverse, le commerce gagne chaque jour plus de place. Il étend sa présence, son bruit et son agressivité dans l'esprit humain.

Sans contre pouvoir, l'expansionnisme du marché est naturellement exponentiel. Il est soumis à 2 comportements le poussant dans ce sens. La nécessité d'éliminer tout obstacle et l'agressivité inhérente à tout système soumis à la compétition féroce. Évidemment ces deux comportements s'expriment au détriment des bonnes conditions de vie du peuple. Seule une véritable liberté accordée aux médias parviendrait à maintenir le monde vénal dans ses justes limites. Ajoutez y un puissant système de défense des consommateurs et vous obtenez une maîtrise parfaites du libéralisme.

Télévision et compulsivité

Télé de masse, le grand bazar

Du journaliste au crieur de foire.

Je croirais vraiment à la liberté de la presse quand un journaliste pourra écrire ce qu'il pense vraiment de son journal. Dans son journal. Bedos

Les politiciens des années quatre-vingt ont offert les médias au système marchand. Depuis, les émissions vénales ont suivi une courbe ascendante. Le commerce a réussi à imposer des émissions, entièrement vouées à son propre culte (les télé achat par exemple). Après avoir transformé le spectateur en consommateur, il stimule tous les bas instincts. Il use de toutes les manipulations, pour abuser des gens vulnérables. Pour essorer le peuple il n'hésite pas à démocratiser le pire. A vulgariser ce qui faisait avant figure de vices comme les jeux d'argent.

L'évolution des animateurs a suivi ce même déclin vers le commercial. En une vingtaine d'années, le marché à réussi à réduire les journalistes présentateurs, au rang de VRP. Des VRP progressivement transformé en camelot. Ces nouveaux "vendeurs" doivent en effet, posséder l'art de manipuler les foules. Ils doivent par exemple, inciter les téléspectateurs à téléphoner à des numéros payants.

Un public décoratif

L'homme ordinaire, le « public », le citoyen, n'ayant rien à vendre, sa pensée n'intéresse pas le marché. Il est simplement utilisé en tant que décor. En tant qu'objet sexy ou objet à moquer devant ses propres « concitoyens ».

L'esprit supérieur négligé

La spiritualité laïque (l'altruisme le pacifisme, la philosophie, etc.) ou religieuse, ne trouve qu'un espace restreint dans les médias. Même la solidarité, pour le peu qu'elle soit sollicitée, concerne dans un premier temps le marché . Comme si le flux des dons ne pouvait être orienté que dans un seul sens ; du peuple vers l'élite et jamais de l'élite vers le peuple. La télévision pourrait très bien imaginer des sortes de téléthons où il serait question de temps offert aux plus pauvres. D'éducation, d'amour, de chaleur humaine, de partage entre ceux qui en ont les moyens et ceux qui en manquent.

Télévision et abus du peuple

La télévision est le premier pouvoir en France, et non le quatrième. Valéry Giscard d'Estaing

Instinctivement, sa prise de contrôle de la télévision, le marché a progressivement remplacé les valeurs populaires par celles de l'élite. Le narcissisme, l'élitisme, la superficialité, se sont imposés et la dégradation de l'image du peuple aussi. L'âme humaine n'est pas celle du sain. La plupart des êtres humains, recèle un peu de perversité, de vénalité, d'obsession, d'élitisme, de goût du pouvoir et d'égoïsme. Seulement, le peuple n'était pas fier de ces défauts. Il tâchait au contraire de les corriger. Pour l'élite élitiste, éduquée bien souvent à l'aide de ce genre de pulsions, il s'agit de qualités. Souvenons-nous par exemple des années 90 ou la télé essayait de convaincre le peuple qu'il n'y avait pas de mal à gagner beaucoup d'argent. Qu'il ne fallait pas avoir honte d'être ultra riche etc.

Les anti morales

Ces anti-morales (données pour des morales), n'ont pas réellement pris dans l'esprit populaire. Mais la valorisation systématique des pulsions, a des répercussions sur le comportement et les valeurs du peuple. Un peuple dont nous savons qu'il fonctionne par mimétisme. La puissance de l'influence de ces pulsions sur l'humanité, on la retrouve par exemple chez les chanteurs engagés actuels, autrement dit les rappeurs. Ces équivalent de Brel ou Ferré, ont été élevé aux pieds d'une télé qui, depuis les années 80, stimule le goût du pouvoir, de la domination, de la toute-puissance, du luxe, de l'égoïsme, de l'élitisme, de l'esprit de clan. Pas étonnant donc que la plupart d'entres eux plongent irrémédiablement dans ces valeurs élitistes lorsqu'ils sont reconnus. Pas étonnant qu'ils singent tous les travers des dominants (grosses voitures, attitude de mac, mépris des femmes). Progressivement le peuple prend pour modèle le comportement de cette fraction de l'élite motivée par un désir égoïste. Une élite inconsciente, qui utilise la télévision pour promouvoir ses produits ou elle-même. La logique de l'évolution, conduit en principe l'homme, de l'animalité vers toujours plus d'humanité. Ce serait donc à cette petite élite égocentrique de prendre exemple sur l'universalisme du peuple.

Les bels exemples du peuple

D'ailleurs, lorsque la télévision donne la parole aux citoyens, ces derniers ne cherchent pas à faire leur propre promotion. La plupart du temps ils parlent au nom des plus défavorisés ou bien de l'ensemble de la société. L'élite égoïste au contraire, utilise principalement le « je » égocentrique. Il parle en son nom propre, et de choses qui le concerne personnellement ou concerne son « clan ». Le peuple utilise bien souvent le « on » où le «  nous ». Il parle au nom du groupe. Son désir est de faire évoluer des choses de façon plus globale et universelle. Et si, depuis quelque temps, nous voyons des gens « ordinaires » utiliser le petit écran pour envoyer des messages personnels et claniques (des « bonjours à leur maman ») c'est essentiellement par mimétisme négatif... Ils reproduisent une pratique répandu chez les présentateurs et animateurs de télévision. Ainsi, l'état d'esprit dominant modifie progressivement l'état d'esprit populaire. un état d'esprit qui, jusqu'à présent ne confondait pas la télévision avec un jouet personnel. Un état d'esprit éloigné de la vénalité avec au contraire un sens aigu de la solidarité.

2001

médias élitisme

12345678910111213

Journalisme et mass média, medias, media

instants gagnants

Tentez vite votre chance afin de gagner
des DVD, des CD, des jeux vidéo
et des BD

Ne pas oublier de jouer au mémory
Caméra Café pour gagner des TicTac

inscrivez vous

choose your