mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • les médias
    valeurs (suite)

Une rhétorique narcissique

Le discours de la télévision,

Socrate_rhethoriqueune rhétorique des médias centrée sur l'occident

La télévision est un instrument majeur de pouvoir. Elle doit demeurer une arme essentielle de la citoyenneté. Laure Adler

Du blanc particulier, du noir particulier et rien entre. Le vocabulaire médiatique à l'ère du marché est calqué sur la vision manichéenne des maîtres du monde. Depuis quelques décennies, la supériorité de la culture occidentale flotte aux vents des télévisions d'influences*.

*Les valeurs des autres civilisations sont ignorées ou dégradées.

Bien souvent, le point de vue des autres composantes de l'humanité est occulté (les peuples premiers), incompris (l'hindouisme) ou discriminé (l'islam). Lors des reportages dans les pays pauvres, la parole autochtones est ignorée au profit du discours du journaliste occidental. Et ces commentaires, la plupart du temps, sont partisans. Ils manquent de l'empathie nécessaire pour montrer la vie, la joie et la souffrance telles qu'elles sont véritablement vécues. La publicité participe elle aussi à ce discours occidentalocentrique. Elle dévalorise bien souvent les autres cultures*.

* comme cette pub d'une marque Européenne de voiture qui laisse supposer que la grandeur de l'âme indienne est d'espérer la transformation de sa voiture en voiture occidentale.

L'orgueil des médias occidentaux

Ce nouveau chauvinisme médiatique, soutient indirectement la logique de la domination et de la violence. Au lieu de supporter la diplomatie, la conscience et la paix il discrédité sa profession et jeté un voile d'absurdité sur le monde. Le discours manichéen est déjà insupportable dans un combat à égalité. Mais quand en plus il fait de l'oppressé un oppresseur, plus aucune âme sensible ne peut comprendre.
Acceptant de servir les intentions des puissants, le langage journalistique se militarise. Il construit des ennemis et de l'insécurité. Il se range du côté de la police et minimise les bavures, les excès et les transgressions des uns et des autres.

Torture, vente d'arme...

Le silence des médias a permis, par exemple, de faire admettre la présence d'un certain degré de torture issus du monde occidental. Il maltraite de ce fait les 2000 ans par lesquels la philosophie et la religion luttent pour imposer le contraire. La faiblesse médiatique a également contribué à la dégradation progressive des relations entre la police et le monde des banlieues. Son narcissisme et son l'élitisme rhétorique a oublié la banlieue pendant des décennies. A cause de cette négligence, la violence et l'irrespect entre la police et les jeunes est parvenue à son comble.

La normalisation du pire

La simplicité des termes employés pour qualifier certaines exactions des puissants, finissent par normaliser l'épouvantable. C'est le cas par exemple, lorsque les journalistes parlent du trafic d'armes en Afrique. Ils semblent ne pas imaginer les dégâts causés par chacune de ces armes. S'ils en avaient conscience, ce qu'ils appellent trafic d'armes avec l'Afrique, deviendrait : Incitation et participation au meurtre de masse par personne vulnérable interposée. Ce type de présentation rendrait moralement responsables les constructeurs et les vendeurs d'armes occidentaux de chaque mort africain, tué par une arme issue de l'Occident. La société occidentale exige de chacun de ses citoyens le principe de responsabilité. Si une personne cause la mort d'un de ses semblables, il doit en assumer les conséquences. Et curieusement, ce principe semble faire défaut aux marchands d'armes. En ne montrant pas suffisamment les conséquences, les médias déresponsabilisent leurs auteurs et vulgarisent le crime.

Crime envers la générosité humaine

Ce qu'ils appellent détournement de fonds humanitaires, devrait s'appeler crimes contre les valeurs de l'humanité. En effet, ce type de malversation met en péril la générosité et la solidarité humaines, deux valeurs fondamentales de l'humanité.
Ce qu'ils appellent détournement de fonds publics par un homme politique, devrait s'appeler atteinte à la démocratie par une personne chargée de la défendre etc.

Nous avons à présent les moyens d'élever notre conscience, de l'effet à sa cause et de l'acte en amont jusqu'à son résultat. En exerçant cette pression, nous pourrons retrouver la morale et l'éthique humaine. Il est scandaleux en effet, de responsabiliser avec autant de zèle la population pauvre (elle occupe la plupart des places en prison) en accordant une quasi-impunité aux grands malfaiteurs de l'humanité (par exemple ceux qui constellent le monde d'armes, de mines et de bombes anti personnelles).

Médias, peuple et pouvoir

Un système absurde et fou

La machine a fabriquer des schizophrénie

Une bonne partie des médias ne remplit plus son rôle. Pire, la télévision fabrique un système schizophrénique qui soigne la souffrance tout en alimentant les causes.

  • D'un côté, le marché épuise le peuple par la compétition sauvage et effrénée à laquelle il le soumet. Il développe l'insécurité matérielle, le stress, et les pathologies qui vont avec.
  • De l'autre, le média sponsorise ce néo-libéralisme féroce. Il passe sous silence ses grandes dérives et accentue ses défauts.
  • Et d'un troisième, le discours télévisuel prétend soigner les maux que le marché inflige. Les animateurs disent qu'ils nous font du bien en vidant nos esprits par des émissions toujours plus abrutissantes et déconscientisantes.

Et au final, le stress dans lequel le marché actuel place l'homme, l'empêche d'atteindre sa conscience pour pouvoir nous s'en libérer*.

*Comme en appui à ce système naturellement conditionnée à faire des esclaves, la télévision populaire empêche de plus en plus l'homme de penser à son sort.

Année 2002

l'impérialisme de la télévision

123456



La vie n'imite pas l'art, elle imite la mauvaise télévision.
Woody allen

inscrivez vous

choose your