mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • la mort
    histoire du deuil

L'épreuve de la mort dépassée

Du deuil impossible, au deuil réalisé

hindouisme, un sage en priereL'évolution vers la liberté

Nous étions des primates naturels. Nous sommes des hommes constructeurs. Nous allons vers l'humain accompli. Entre ces 3 étapes, la façon d'accueillir la mort suit une courbe ascendante.

  • Au début, nous étions des primates naturels. La mort était alors toute puissante dans nos esprits. Son danger frappait nos instincts. La fatalité passive était la seule réponse.
  • La société humaine s'est ensuite constitué en tribu (la période chamanique). Dans cette période, le mort passe dans l'au-delà avec son corps (et toutes ses affaires pour ainsi dire).
  • Il vient ensuite la période religieuse. Pour cette période spirituelle, c'est l'esprit qui passe dans l'au-delà. Le corps est un simple véhicule de l'âme.
  • Dans la période scientifique et nihiliste suivante* l'au-delà n'existe pas. N'y le corps ni l'esprit ne passe de frontière au moment du décès. La mort ne peut être pensée avec quelques sérénité. L'esprit matérialiste se raccroche à des restes de croyances pendant que la suractivité permet d'oublier la présence de la fin.
*caractéristique du monde occidental actuel

Nous pouvons donc considérer cette dernière période, comme la période du deuil total. Cette période de deuil total se sépare elle-même en deux grandes étapes. Il y a la face actuelle dans laquelle le deuil est inacceptable, donc bifurqué. Et la phase suivante d'un deuil total mais cette fois-ci réalisé, admis, et dépassé. Dans cette ultime phase, la mort, d'une certaine manière, sera vaincue. L'épreuve du deuil n'aura alors plus lieu d'exister.

Le deuil total inacceptable

Pendant la période scientifique le divin est tout simplement marginalisé. Sans divin, il est impossible de concevoir un au-delà. Et sans au-delà, il est difficile de donner un sens à la création. Ce passage par l'athéisme devait s'imposer à l'Occident. Il est le fruit du matérialisme et de l'explosion de nos connaissances. Mais il n'a fournit aucun remède à l'angoisse découlant de la mort de Dieu (si ce n'est l'ultra libéralisme). L'homme moderne doit donc contourner ce désarroi par des stratégies d'assourdissement. Fausse insouciance, hyper activité, hyper distraction, compulsivité, quête de pouvoir, bref, par la satisfaction des pulsions primaires...

L'être humain industrialisé est alors obligé de nier la réalité même de sa mort*.

*ou de se bricoler une après-mort quasiment polythéistes et suffisamment confortable.

Le deuil accompli

Après cette période d'occultation, viendra selon nous, la période du deuil accompli. L'humanité sera alors parvenu à transcender la mort. A la comprendre et à la dépasser grâce à l'expérience extatique. La question de l'au-delà*, disparaîtra tout simplement des préoccupations humaines. Elle sera rapatriée dans un monde phénoménal devenu pleinement spirituel.

*insoluble pour l'homme comme pour la science,

Autrement dit, l'humanité future, à travers la béatitude, le nirvana ou l'extase, fera l'expérience du divin sur terre. Et à travers l'expérience extatique l'homme anéantira la pensée même de la mort, Donc la mort elle-même.

Nous sommes dans la première phase de ce deuil total, orientés vers la seconde.

Schema retraçant l'évolution du rapport de l'homme à la mort. Pourquoi l'homme vaincra la mort

la victoire future de l'humanité sur la mort

12345

François Villon, gravure noir et blanc

François Villon (1431)

La Ballade Des Pendus

Frères humains qui après nous vivez N'ayez les cœurs contre nous endurciz, Car, ce pitié de nous pauvres avez, Dieu en aura plus tost de vous merciz. Vous nous voyez ci, attachés cinq, six Quant de la chair, que trop avons nourrie, Elle est piéca devorée et pourrie, Et nous les os, devenons cendre et pouldre. De nostre mal personne ne s'en rie: Mais priez Dieu que tous nous veuille absouldre!

Se frères vous clamons, pas n'en devez Avoir desdain, quoy que fusmes occiz Par justice. Toutefois, vous savez Que tous hommes n'ont pas le sens rassiz; Excusez nous, puis que sommes transsis, Envers le filz de la Vierge Marie, Que sa grâce ne soit pour nous tarie, Nous préservant de l'infernale fouldre Nous sommes mors, ame ne nous harie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

La pluye nous a débuez et lavez, Et le soleil desséchez et noirciz: Pies, corbeaulx nous ont les yeulx cavez Et arraché la barbe et les sourciz. Jamais nul temps nous ne sommes assis; Puis ca, puis là, comme le vent varie, A son plaisir sans cesser nous charie, Plus becquetez d'oiseaulx que dez à couldre. Ne soyez donc de nostre confrarie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

Prince Jhésus, qui sur tous a maistrie, Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie: A luy n'avons que faire ne que souldre. Hommes, icy n'a point de mocquerie; Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!

inscrivez vous

choose your