mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • la mort
    histoire du deuil

La mort pré historique

Le deuil impossible

neanderthal, repproduction cireAux orées de la spiritualité

La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles : On a beau la prier, La cruelle qu'elle est, se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. François de Malherbe

Il semble impossible de déterminer objectivement le moment auquel l'humanité s'est radicalement distinguée des autres primates.

Même archaïques, la bipédie, l'utilisation des outils ou le langage, existent déjà chez nos cousins singes (il est donc difficile de dire à quel moment l'homme s'est clairement séparé des lois de la nature).

Pour les scientifiques, une des étapes majeures de notre évolution, est apparue avec les premières sépultures (il y a environ 100 000 ans). Quand l'homme a posé ses premiers rites, créé ses premiers dieux, il s'est alors éloigné de la nature. Quand nos ancêtres se sont mis à concevoir les premières formes d'au-delà, ils ont fondé le socle de notre espèce.

La mort physique refusée

L'horreur absolue de la non-existence. La mort ne rentre dans aucun schéma. Il n'y a pas d'explication à la mort. Elle entre, elle vous arrête au milieu d'une phrase : "Non, c'est fini" et claque la porte. Anthony Burges

Progressivement la conscience humaine a émergée. L'homme prenait alors conscience de certaines réalités, comme celle d'être mortel. Le choc à dût être rude. Son esprit n'étant plus protégé par l'insouciante immédiateté de la nature ni cuirassé par l'inconscient et la rationalité.

Le sage concept de l'au-delà

Les connaissances manquaient à nos ancêtres démunis face à la grande énigme de la disparition. Dans sa grande intelligence (et sans doute sous la poussé de l'angoisse), l'espèce humaine découvrait ou concevait alors l'au-delà. Elle à révélé ou s'est créé un monde double. D'un côté celui des vivants, de l'autre le royaume des ancêtres. Vers ce dernier, le défunt migrait corps et âme, après sa disparition.

Dans l'esprit de l'homme d'alors, mourir équivalait à passer intégralement dans un autre monde. Cette innovation tribale est à l'origine des conceptions religieuses successives.

Explication de l'évolution de la conception de la mort chez l'homme

2000

période religieuse

12345

François Villon

François Villon (1431)

La Ballade Des Pendus

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir desdain, quoy que fusmes occiz
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas le sens rassiz;
Excusez nous, puis que sommes transsis,
Envers le filz de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale fouldre
Nous sommes mors, ame ne nous harie;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre!