mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • la mort

La victoire sur la mort

De la libération humaine

multischerSe délivrer des peurs

Nous troublons la vie par le soin de la mort ; l'une nous ennuie, l'autre nous effraye. Montaigne

Les chapitres précédents de notre philosophie, sont arrivés à quelques conclusions :

  • Il est possible de faire disparaître la présence inquiétante de la mort dans l'esprit humain.
  • Pour supprimer cette présence, l'humanité doit abolir la peur qu'elle génère.
  • L'extase anéantie toute angoisse, y compris l'angoisse d'être mortel.
  • La victoire sur la mort est donc possible à travers l'état extatique.
  • selon notre concept, l'humanité évolue progressivement vers l'extase*.
* la béatitude, le nirvana, l'ataraxie, le souverain bien, le bonheur suprême, bref, l'extase facile et pour tout êtres humains
  • Triompher de la mort, est donc la destinée de l'humanité.

Culture civilisation et gestion de la mort

Une recherche ancienne, vieille comme la conscience

La pensée de la mort nous trompe, car elle nous fait oublier de vivre. Vauvenargues

Au cours des temps, l'homme a inventé de nombreuses méthodes pour dépasser la peur de la mort. Des millénaires de recherche profondes ont offert aux diverses civilisations de nombreuses techniques. Aujourd'hui, on peut distinguer deux grandes postures face à la finitude.

  • D'un côté les sociétés fortement industrialisées. Elles ont un niveau de spiritualité faible et un nihilisme élevé.
  • De l'autre, les sociétés encore fortement spiritualisées (comme l'inde ou l'islam).

Influencé par les concepts scientifiques, l'occident ne peut penser la mort synonyme pour lui de néant négatif. Il vit un conflit de réalité et pratique le refoulement. Le monde fortement spiritualisé quand à lui, vit au contact de la mort. Il enseigne à ses enfants dès leur plus jeune âge, l'acceptation, la fatalité, le détachement.

Culture spiritualiste, culture matérialiste

  • Pour oublier sa condition de mortel, l'homme industriel s'enrobe d'oubli. Il s'enivre de divertissement, de compulsivité, d'hyper activité, de pulsion. Il travaille à l'accroissement de l'espérance de vie (ce qui est une bonne chose).. L'être fuit la réalité et vit dans l'inconscient (qui, nous semble-t-il, se croit immortel).
  • Pour transcender la mort, l'homme traditionnel vise à en détruire les foyers d'angoisses. Pour cela, il dévalue les attachements au temporel.

La première « technique » est relativement récente. Elle correspond à l'état d'esprit du monde industrialisé. La seconde, est préconisée par toutes les grandes philosophies et spiritualités du monde*.

*De l'hindouisme au zen du bouddhisme au judaïsme, de l'islam au christianisme,

Toutes proposent le détachement matériel comme art de vivre et apprentissage à mourir. Depuis quelques décennies en occident, la spiritualité est marginalisée. Les dernières populations encore fortement spirituelles sont reliées à l'hindouisme et à l'islam.

Le nihilisme rend la mort impensable

Le matérialisme découle de l'expansion fulgurante du progrès et de la science. Il induit naturellement une forte dose de nihilisme. Le nihilisme fait de l'au-delà un néant. Le néant fait de la mort, une étape difficile à penser. L'occident est donc contraint de développer des stratégies de fuite* (compulsivité, hyper activité).

*On peut en faire l'éloge d'ailleurs, pour rendre hommage au professeur Laborie.

Ce passage nihiliste a sa raison d'être. Il favorise la réforme des religions et la mise en route de la mondialisation. Et viendront ensuite d'autres temps, qui permettront le dépassement de la mort, comme il à été dit précédemment.



les diverses peurs

123456789101112131415

jean henry fabre

Tout finit afin que tout recommence, tout meurt afin que tout vive Jean Henri Fabre

Ce qui est intouchable, informe, impérissable, également insipide, stable, invariable, inodore, sans commencement ni fin, plus haut que le grand - celui qui perçoit cela est libéré de la bouche de la mort Les Upanishad

Il n'y a pas de mauvaise mort après une bonne vie. Saint augustin

Qui fait confiance au non savoir entre dans la ténèbre aveugle et dans ténèbre plus épaisse celui la qui fait confiance au savoir
C’est que cela est différent du savoir et du non savoir ainsi que ‘ont dit les prophètes dont nous suivons les enseignement
Le non savoir et le savoir cela est les 2 a la fois qui le sait passera la mort grâce au savoir et par le non savoir gagnera l’éternité

Quand on a pas d'imagination, mourir c'est peu de choses, quand on en a, mourir c'est trop. Louis Ferdinand Céline

inscrivez vous

choose your