mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • la mort
    victoire future

La mort et ses peurs

L'angoisse de la souffrance

bucherLa souffrance psychique

Comprendre la mort sert à comprendre la vie

Face à la mort, les êtres humains ne se comportent pas tous de la même façon. Certains la redoute quand d'autres l'affrontent avec calme et sérénité. Le récit de Platon sur la mort de Socrate ou les propositions des stoïciens, sont quelques exemples de ces morts sereines. L'extinction de Siddhārtha Gautama également. Le Bouddha épuisé se fait déposer au milieu de deux arbres jumeaux. Il s'allonge pleinement conscient, face au soleil couchant, tête au nord, sur le côté droit, la jambe gauche allongée sur la droite. Il rassemble ses disciples et leur demande s'ils n'ont plus d'incertitudes touchant à la Loi et à la Discipline.

Ses dernières paroles furent : ô moines, travaillez à votre propre libération. La où il n'y a rien, où rien ne peut être été saisi, c'est l'ile ultime. Je l'appelle nirvana. Extinction complète de la vieillesse et de la mort. ».

Ces sages montrent donc qu'il est possible d'anéantir l'angoisse de se savoir mortel. Possible, grâce au détachement, d'éteindre toute souffrance psychique.

La peur de la souffrance physique

La peur de souffrir physiquement peut également être une raison d'appréhender la mort. Ici, c'est l'Occident qui se charge, en grande partie, de répondre à cette appréhension. Nous sommes entré dans le temps des grands combats contre tout type de souffrance physique. Sur ce point, les recherches médicales et pharmaceutiques ont fait des progrès considérables. Depuis quelques décennies, elles fournissent à la plus grande partie de l'Occident, la possibilité d'une mort sans douleur.

S'allier pour dépasser la mort

Nous le voyons, l'avenir a les moyens d'agir sur ces deux grandes peurs. A l'allure où le monde évolue, l'humanité parviendra à réunir les connaissances traditionnelles et les progrès scientifiques. Elle alliera les connaissances acquises par les spiritualités asiatiques et les découvertes médicales occidentales. Elle vaincra psychiquement les angoisses liées à la finitude tout en offrant la possibilité d'une mort sans douleur. Pour l'instant, le monde Occidental, est encore trop narcissique pour établir des échanges horizontaux. Trop narcissique pour accepter la collaboration des autres cultures. Il ne semble pas encore capable d'intégrer paisiblement les connaissances des autres civilisations*.

*connaissances du monde Oriental en l'occurrence, à propos de la mort.

Curieusement d'ailleurs, la question principale de l'homme (la mort) est très peu réfléchie par l'Occident. On s'occupe de faire évoluer une quantité de choses, sauf cet événement unique. Il serait intéressant, me semble-t-il, de se poser la question.

L'avenir est à la coopération égalitariste

Évidemment, l'avenir dépassera cette ère narcissique. La recherche médicale continuera d'améliorer ses produits et ses techniques pour des morts sans souffrances. Les religions occidentales en finiront également avec leurs tabous macabres (l'idée de l'enfer par exemple). Les liens entre Orient et Occident se tisseront tout à fait. On commence à comprendre d'ailleurs, l'importance et l'intérêt de la coopération respectueuse. L'humanité grâce à tout cela, parviendra à offrir à l'homme, une fin sans douleur physique ni psychique.

angoisse de quitter les êtres

1234567


sartre

Être mort, c'est être en proie aux vivants
Jean-Paul Sartre