mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • la mort

La mort, l'Amour, le nirvana

Mourir dans l'extase

L'humanité vaincra la mort

Sois juste et irréprochable. Instruis-toi et tu arriveras à connaître l'unité de la nature, à savoir que partout dans l'univers la matière et l'esprit sont des aspects différents d'une même réalité. Fais triompher ce qu'il y a de meilleur en toi, l'Esprit. Alors, quand tu abandonneras ton corps mortel, tu revêtiras toi-même la forme d'un dieu immortel. Pythagore

Lorsque nous sommes là, la mort n'est pas, lorsque la mort est, nous ne sommes plus, nous écrit Epicure. Autrement dit : Quand nous sommes en vie la mort n'existe que par l'imagination que l'on s'en fait.

La mort, une peur à résoudre

Nous voici donc arrivés au seuil de notre théorie*.

*A la lisière d'un événement qu'hormis quelques sages, nous redoutons tous.

Nous redoutons la mort, essentiellement par l'inconnu qu'elle impose. Cette inconnue interroge l'homme mais pas seulement. Il suffit d'observer le comportement pathétique des chimpanzés devant une de leurs dépouilles ou l'angoissante curiosité d'une troupe d'éléphants inspectant le crâne décharné d'un congénère, pour comprendre que cette inquiétude déborde bien sur le phénomène humain. Ce qui fait, part contre, la spécificité humaine, c'est l'intérêt particulier attribué par l'homme à cet événement. L'influence secrète de la mort, stimule la créativité et la réflexion de l'humanité.

Indépassable ou dépassable horizon ?

Pour beaucoup de penseurs occidentaux actuels, la mort paraît représenter un horizon impensable, indéfinissable et indépassable. La philosophie n'aurait aucune véritable prise sur cette profondeur sans fond.

On peut douter que le problème de la mort soit à proprement parler un problème philosophique écrit Jankélévitch (La mort). Si on considère ce problème objectivement et d'un point de vue général, on ne voit guère ce que pourrait être une « métaphysique » de la mort ; mais par contre on se représente fort bien une physique de la mort.

Je ne sais pas si Jankélévitch développe finalement une métaphysique de la mort. Un internaute avisé apportera peut-être la réponse. Je pense ici, qu'il est envisageable d'en concevoir une. Il me semble possible d'établir une recherche rationnelle sur les fondements de ce « principe dernier ». L'investigation me paraît même indispensable pour anéantir définitivement « l'obstacle à toute sérénité » que représente la mort.

Face à la mort

Occident et Orient

kali la noire, déesse du tempsDeux sociétés face à l'événement ultime.

Toute culture est un dépassement de la mort, non parce qu'elle la nie (la fuir, c'est encore y penser), mais parce que l'homme ne peut vivre sans l'avoir assumée, intégrée, sans l'avoir interprétée.

La mort n'est pas ce qui fait échec à la culture ; elle est ce qui fait surgir la culture comme échec à l'échec, comme affirmation de la vie malgré la mort, contre la mort.
On ne dira pourtant que la mort donne un sens à la vie. La formule serait trop commode. Après tout, la vie qui s'angoisse, qui cherche à gagner du temps, qui déplore d'avoir à se perdre n'a pas la garantie que le sens l'emporte sur le non-sens - Universalis

Il y a plusieurs façons d'aborder la question de la mort.

  • L'occulter à la manière de l'occident matérialiste. Masquer sa présence par quelques stratégies de fuites (dissimulation du mort, compulsivité, divertissement, superficialité, suractivité etc.).
  • Ou bien apprendre, dès le plus jeune âge, à se résigner et à l'accepter. C'est ce que font les sociétés encore fortement spiritualisées comme l'hindouisme ou l'islam.

Chacune des deux solutions correspond à son type de culture. Il est normal de l'occulter quand l'au delà n'offre qu'un néant éternel. Quand le système propose de satisfaire les plaisirs en flot permanent (le marché occidental). Et il est également normal d'apprendre à se résigner quand les morts jalonnent la vie des vivants. Quand l'au delà promet plus de satisfaction que le « là ». Quand l'existence se résume à un puits de déceptions.

Des solutions existent

Pour apporter quelques nouvelles clés, nous utiliserons ici les qualités des deux cultures. Nous appliquerons la logique occidentale aux expériences mystiques orientales visant à transcender la mort. En somme, nous profiterons de la métaphysique pour tenter d'expliquer les mécanismes du nirvana et de l'extase. Pour Décortiquer les logiques de ce phénomène. Pour en éclairer certains processus et en résoudre quelques mystères.

Mourir et extase

L'extinction contre l'extinction

Gérome Bosch peinture, Le paradis fragmentDieu ne fit la mort que pour des raisons de commodité. Avicenne

Selon notre hypothèse, la mort est un événement dépassable. Elle sera un jour Dépassé. L'humanité parviendra, nous en sommes convaincus, à déchiffrer entièrement ses mystères. Notre espèce comprendra le sens de sa présence terrestre. Elle généralisera les moyens de la transcender. L'homme apprendra* à vivre cet ultime événement dans la plus grande sérénité.

* et il généralisera cette découverte

Pour développer ce concepts, nous partirons de quelques postulats. Lorsque nous sommes vivants, la mort existe uniquement par l'idée que l'on s'en fait. Si la mort n'abordait pas la conscience, ni consciemment ni inconsciemment, elle disparaîtrait. Si elle abordait notre conscience, mais uniquement de façon positive, toutes les angoisses qu'elle engendre aujourd'hui, disparaîtraient.

Une présence à gérer

La mort est une réalité qui accompagne la vie des hommes. Elle aborde donc nécessairement, un jour ou l'autre, la conscience. Sa présence ne peut donc pas concrètement être occultée. Le but n'est donc pas de l'oublié mais d'anéantir la peur qu'elle engendre dans notre imaginaire. Une peur qui rend cet événement anxiogène. Ces peurs sont le résultat de nos attachements. Les grandes spiritualités asiatiques* ont offert à l'humanité des techniques pour se détacher de tous ces attachements.

*hindouisme, bouddhisme, taoïsme, zen etc., mais les religions monothéistes aussi.

Toutes les grandes spiritualités l'affirment : Le détachement complet aux êtres et aux choses, permet d'atteindre un état d'extase invariable et indépassable. Cet état subliminal, est appelé, suivant les communautés : béatitude, nirvana, extase, éveil, délivrance, ataraxie, etc. Dans cette posture extatique la peur de la mort disparaît complètement.

L'extase est supérieure à la mort

Ainsi, une chose domine* la mort : c'est l'état d'extase, de béatitude, de nirvana.

*Nous pouvons ici mesurer la merveilleuse bienveillance d'un principe créateur qui a mis au service de ses créatures un moyen de dépasser son événement le plus dramatique.

Donc, si nous parvenions à ne jamais penser à la mort, ni consciemment ni inconsciemment, ou à ne jamais y penser négativement, mourir deviendrait aussi simple et innocent qu'un endormissement (aussi simple qu'un départ vers la sieste). En résumé, l'humanité a les moyens de dépasser la mort. Elle a les capacités de la transcender. De la rendre tout à fait inoffensive.... Et selon notre philosophie, un jour la philosophie, l'offrira à nos descendants, comme un beaux cadeaux.



ego extase

123456789101112131415

Seneque, Buste ancien

Nous n'avons pas trop peu de temps, nous en perdons beaucoup. La vie est assez longue et suffirait à l'accomplissement des plus grandes entreprises, si tous les moments en étaient bien employés. Mais quand elle s'est écoulée dans les plaisirs et dans l'indolence, sans que rien d'utile en ait marqué l'emploi, le dernier, l'inévitable moment vient enfin nous presser : et cette vie que nous n'avions vue marcher, la voilà passée.

Sénèque

inscrivez vous

choose your