mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • textes philosophiques 1

Hugues-Félicité Robert de Lamennais

Essai sur l'indifférence

LamennaisIntroduction

Le siècle le plus malade n'est pas celui qui se passionne pour l'erreur, mais le siècle qui néglige, qui dédaigne la vérité. Il y a encore de la force, et par conséquent de l'espoir, là où l'on aperçoit de violents transports : mais lorsque tout mouvement est éteint, lorsque le pouls a cessé de battre, que le froid a gagné le coeur, qu'attendre alors, qu'une prochaine et inévitable dissolution ?

En vain l'on essaierait de se dissimuler, la société en Europe s'avance rapidement vers ce terme fatal. Les bruits qui gronde dans son sein, les secousses qui l'ébranlent, ne sont pas le plus effrayant symptôme qu'elle offre à l'observateur : mais cette indifférence léthargique où nous la voyons tomber, ce profond assoupissement, qui l'en tirera ? Qui soufflera sur ces ossements arides pour les ranimer ? Le bien, le mal, l'arbre qui donne la vie et celui qui produit la mort, nourris par le même sol, croissent au milieu des peuples qui, sans lever la tête, passent, étendent la main, et saisissent leurs fruits au hasard. Religion, morale, honneur, devoirs, les principes les plus sacrés comme les plus nobles sentiments, ne sont plus qu'une espèce de rêve, de brillants et léger fantôme qui se joue un moment dans le lointain de la pensée, pour disparaître bientôt sans retour. Non, jamais rien de semblable ne s'était vu, n'aurait pu même s'imaginer. Il a fallu de long et persévérants efforts, une lutte infatigable de l'homme contre sa conscience et sa raison, pour parvenir enfin à cette brutale insouciance. Arrêtez un moment vos regards sur ce roi de la création : quel avilissement incompréhensible ! Son esprit affaissé n'est à l'aise que dans les ténèbres. Ignorée est sa joie, sa paix, sa félicité ; il a perdu jusqu'au désir de connaître ce qui l'intéresse le plus. Contemplant avec un égal dégoût, la vérité et l'erreur, il affecte de croire qu'on ne le saurai discerner, afin de les confondre dans un commun mépris ; dernier excès de dépravation intellectuelle où il lui soit donné d'arriver :Cum in Profundum venerit contemnit.

Or, quand on vient à considérer ce prodigieux égarements, on éprouve je ne sais quel indicible pitié pour la nature humaine. Car se peut-il concevoir de condition plus misérable que celle d'un être également ignorant de ses devoirs et de ses destinées ; et un plus étrange renversement de la raison, que de mettre son bonheur et son orgueil dans cette ignorance même, qui devrait être bien plutôt le sujet d'un inconsolable gémissement.

Essai sur l'indifférence en matière de religion. Par l'Abbé F. DE LA MENNAIS.
Introduction.

Paris de Belin Mandar et Devaux 1828

 

 

1234567891011121314151617181920212223242526

La force qui façonne les images des choses, cette force qu'on nomme imagination, à l'instant même où elle engendre et procrée de nouvelles formes, affirme et confirme la divinité même de son origine.
Les Discours

Il y eut d'abord les forêts, puis les huttes, ensuite les villages, après les villes, enfin les académies.
La Science nouvelle (1725)

Giambattista Vico

inscrivez vous

choose your