mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • philosophies
    colonisation suite

Du colonialisme

Dépendance et indépendance

Photo Antoine Tonizzo

Le colon et l'indigène

L'encyclopédie philosophique universelle définit le fait colonial comme ceci : relation de dépendance économique, politique et culturelle qu'impose une société à une autre. Nous disposons d'assez de recul à présent pour dire de cette dépendance qu'elle est à double sens. Au moins en ce qui concerne les colonies d'exploitations. Comme pour la dialectique maître / esclave de Hegel, la meilleur position n'est pas forcément celle qu'on imagine. Non seulement la puissance des puissances coloniales dépend du colonisé, mais son état d'esprit également.

L'obligation à la mauvaise foi

Pour maintenir un système colonial il faut en effet, se doter d'une mentalité de maître. Autrement dit, une mentalité narcissique permettant de mépriser ceux qui doivent être considérés comme inférieurs. C'est ainsi que s'imposent de telles organisations sociales*. Mais bien évidemment, cet état d'esprit rentre contredit les fondements moraux et spirituels de l'humanité. Il oblige donc à une certaine mauvaise foi comme l'explique Jean Paul Sartre.

*Je parle bien entendu de l'ambiance dominante de la colonisation. De nombreux colons avaient l'esprit progressiste, coopérant et ouvert. Malheureusement ce n'est pas cet état d'esprit qui s'est imposé.

2003

introduction

1234567

lotin sculpture


« Le courage consiste à ne pas craindre la mort. Or, comme la mort est la séparation de l'âme d'avec le corps, cette séparation ne saurait effrayer celui qui aime à être seul. » Plotin, Ennéades, IIIe s. apr. J.-C.

inscrivez vous

choose your