mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • philosophies

L’American way of life

L'impossible lâcher prise..

... jusqu'à la dernière minute.

architecture

L’American way of life is not negociable. Cette phrase populiste et radicale prononcée par George HW Bush en 1992 au sommet de Rio, a éclairé l'isolement psychique dans lequel ces gouvernements allaient maintenir la société américaine pendant quelque temps.
Cette insonorisation est liée à l'histoire et aux valeurs profondes des Etats-Unis.  Mais elle découle également de la mainmise des dominants réactionnaires sur le système des valeurs. Tant que la vision primaire sera dominante, (aujourd'hui avec la Fox) la mentalité du peuple ne pourra évoluer en douceur. L'orgueil, la suffisance, le désir de domination, l'égoïsme, la négation d'autrui, le tempérament guerrier, le racisme primaire, régressent alors, mais par de grandes secousses. L'évolution se déroule par la violence et l'immolation de ses meilleurs éléments.

Le sacrifices des inspirés

En échange de l'unification, de la fin de la ségrégation et de l'ouverture sur le monde, Abraham Lincoln, Martin Luther King où Kennedy, ont dû jeté en pâture leur vie aux lions du conservatisme. L'Amérique est extrêmement riche en penseurs universels et progressistes, en humanistes bienveillants du genre Obama. Mais leur voix est brouillée par la puissance des conservateurs. Ce sont eux qui s'imposent bien souvent dans l'opinion publique et construisent cet état d'esprit particulier. Mais cette mentalité ne survivra sans doute pas à l'humanité future. Les sociétés les plus conscientes, les plus ouvertes, les plus souples psychologiquement, auront un avantage sur les traditionalistes. Les plus curieux d'autrui, les plus aptes à l'écoute et à la justice, prendront progressivement toutes les rênes du marché.

De la guerre.

La rencontre par la violence. Le narcissisme occidental

Curieusement, l'évolution humaine finit toujours par ouvrir les esprits, même les plus hermétiques. Lorsqu'une nation est trop inconsciente et fermée pour rencontrer intelligemment d'autres cultures, la guerre s'en charge.

Ce fut le cas des États-Unis avec le Vietnam.

Toute une génération de jeunes provinciaux américains, pleins de préjugés et d'ignorances, ont découvert à travers l’affrontement l'existence de la civilisation asiatique. Des millions de jeunes soldats sont revenus de ce conflit après y avoir souffert et compris l'unicité du genre humain. Ces hommes, sont revenus avec un autre état d'esprit. Ils sont revenus moins crédules envers la propagande de l’état,  plus tolérant envers les autres cultures. Ils ont alors pu adhérer à des valeurs plus universelles. Adhérer à la vision des hippies, née de l’écœurement et du rejet de cette guerre. Autrement dit, de la plus terrible des violences, celle du Vietnam, un nouveau niveau de conscience, devait apparaître. D'un terrible massacre, la société américaine devait dévaluer un peu les idées préconçues avec lesquels elle avait été éduquée.

C'est le cas de l'Irak

Mai 68 est né de ces surdités. C'est le fruit de la confrontation entre occident et Orient. Cette révolution culturelle est montée dans la jeunesse française à la sortie d'une guerre cruelle et inutile. Celle de la guerre d'Algérie.

L'envahissement de l'Irak et de l'Afghanistan découle exactement du même principe. Les dirigeants US, trop chargés en testostérone, sont incapables de rencontrer le monde musulman sur un pied d'égalité. Ils ne peuvent avancer vers lui qu'avec un désir de domination et de prédation. Ce faisant, ils envoient une nouvelle génération d'Américains au contact d'un monde dont ils ignorent tout. Cette jeunesse s’en va-t-en-guerre, chargé d’idées préconçues et de stéréotypes inspirés par les traditionalistes américaines. De cette confrontation archaïque, la plus grande majorité des soldats reviendront avec une vision différente du monde musulman. La plupart d'entre eux rentreront avec le doute de la véracité de ce que leur ont dit leurs dominants leurs dirigeants donc de la valeur de leurs paroles. La plupart d'entre eux, en comprendront la beauté, la profondeur, la mystique. Voilà comment se passe les rencontres de masse à partir des sociétés comme la société américaine.

Un retard mental

La violence de l'adolescence occidentale. L'agressivité prédatrice

Cette incapacité à communiquer autrement que par la confrontation est propre à l'adolescence. C'est la spécialité de la jeunesse quand elle à des difficultés à communiquer et à maîtriser ses velléités de domination. La faiblesse de vocabulaire mélangé à une tendance à l'agressivité conduite à des prises de contact violente entre individus.

L'approche étiologique décrit la violence comme une maladie due à un retard dans le développement psychologique et à une défaillance de l'influence normative de la société. Je crois que c'est valable pour certains jeunes de banlieue à l'expression limitée, comme pour la plus grande partie des dominants du monde occidental.

Incapable d'établir des échanges honnête et loyaux

Si les puissants occidentaux avaient eu un esprit plus développé, il n'aurait pas eu besoin de violence pour acquérir les matières premières détenues par le monde arabe et dont ils avaient besoin. Un échange loyal, une diplomatie bienveillante, l'amitié et l'entraide, auraient été milles fois plus profitables à l'Occident et bien sur à l'Orient. Si l'Occident avait su établir des relations fraternelles et coopérantes avec la civilisation musulmane, au lieu de relations colonialistes et abusantes, c’est le tourisme qui aurait permis la rencontre de ces 2 civilisations et non pas la guerre.

le sens de l'humanité

12345678910111213141516171819202122232425262728293031323334353637383940

kandinsky

Toute science commence comme philosophie et se termine en art.

Will Durant Extrait de histoire de la philosophie

inscrivez vous

choose your