mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • Sages

Nicolas de Cues

La sagesse selon l'idiot

Attribué a Jean Metsys

Livre premier

Un homme simple et pauvre aborda un orateur très riche sur le forum romain et, avec un sourire malicieux, lui adressa ces paroles. A voir tes grands airs, je m'etonne : tu t'épuises par une lecture assidue, à lire d'inombrables livres et tu n'as pas encore été conduit à l'humilité ! Cela vient certainement du fait que le "savoir" "de ce monde', dans lequel tu penses être plus avancé que les autres, est une "bouffenerie" "pour Dieu" et par suite t'"enfle de vent". Alors que le véritable savoir rend humble. J'aimerais que tu te tournes vers lui, car là est le trèsor de joie.

L'orateur Quelle est cette présompsion, homme pauvre, simple et profondément ignorant, qui te fait faire si peu de cas de l'étude des textes, sans laquelle personne ne progresse ?

L'idiot :Ce n'est pas grand orateur, la présomption qui m'empêche de me taire, mais la charité. Car je te vois adonné à la recherche de la sagesse au prix d'un labeur tout à fait vain.Si je pouvais t'en détourner, afin que toi aussi tu mesures ton erreur., tu te réjouirais je penses d'avoir échappé à un piège trivial.Ce qui t'a attiré c'est l'opinion de ceux qui font autorité, de sorte que tu es comme un cheval de nature libre, mais étriotement attaché par un licou à une mangeoire ou il ne mange rien d'autre que ce qui lui est fourni. Car ton intellect, bridé par l'autorité de ceux qui écrivent, se nourrit d'un fourrage étranger et non naturel.

L'orateur : Si ce n'est pas dans les livres des sages que se trouve le fourrage de la sagesse, où donc est-il ?

L'idiot : Je ne dis pas qu'il n'y ait pas , mais je dis qu'on ne l'y trouve pas à l'état naturel. De fait, ceux qui, les premiers, se sont consacré à écrire sur la sagesse, n'ont pas reçu les supplements de fourrage des livres qui n'étaient pas encore ; en revanche, ils étaient conduit par un aliment naturel "vers l'homme parfait". Et ces gens l'emportent de beaucoup en sagesse sur ceux qui pensent avoir progressé grace aux livres.

L'orateur : Quique peut-être certaines choses puissent être sues sans l'étude des textes, ce pendant les choses difficiles et importantes, pas du tout, vu que les savoirs ont progressés par accumulation.

L'idiot : C'est bien ce que je disais. Il est évident que tu es conduit par ceux qui font autorité et que tu es trompé. Quelqu'un à écrit cette phrase et tu le crois. Alors que moi,je te dis que la "sagesse" crie ouvertement "sur les places publiques" et que son criest qu'elle même habite "au sommet des hauteurs".

L'orateur : A ce que j'endends, bien que tu sois un homme simple, tu penses avoir la faculté de juger ?

L'idiot : Là est peut-être la différence entre toi et moi. Toi tu penses possèder le savoir, alors que tu ne l'as pas : de là ton orgueil. Tandis que moi, je connais que je suis un homme simple ; de là mon humilité. En celà peut-être suis-je plus savant.

L'orateur : Comment peux-tu avoir été amené à la conscience de ton ignorance, alors que tu es un homme simple ?

L'idiot : Non par tes livres, mais par ceux de Dieu.

Ignor.

ant, Ignarus, Illiteratus, Simplex, Rusticus, Candidus, la simplicité s'accorde avec l'humilité, vertues evangéliques essentielles

Nicolas de Cues Idiota de Sapienta. Hermann philosophie.

Bu Saint Etienne
le 13 decembre 2016

vers >>>> Averroès

12345678
inscrivez vous

choose your