mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • spiritualités

Le soufisme.

L'unité, la quête de l'extase, de la perfection.

Petits morceaux choisis.

Je vais maintenant raconter une vieille histoire. Comment la foi commença et grandit jusqu'à sa pleine perfection ; oui, et je raconterai encore comment ensuite elle s'est fanée jusqu'à ressembler à un vêtement décoloré. Après cela je vous réserve une vraie gemme de science, que vous pouvez acquérir si vous voulez bien prêter attention à mes paroles. Une connaissance débordante, pour décaper le cœur de la souillure et de la rouille, et le rendre net et brillant. Véridique et ma connaissance, nette et éloquente précieuse autant que perle et rubis de Grand prix. Par la grâce divine je montre la vérité, que Dieu lui-même m'enseigna parce que je vis, en ce siècle déconcertant au-delà de l'expression, cruel et terrible, où il nous faut, sans plus tarder une affirmation de notre foi, doublée de preuves rationnelles, l'islam a été magnifiquement célébré. Comme les deuillants louent leur très  cher disparu !
Ahmad ‘Asim Al-Antâkî 757 / 830  
Le soufisme, la mystique de l'islam A. J. Arberry

Sidbû Madyan

« Vous vous êtes emparés de ma raison ».

Vous vous êtes emparés de ma maison, De ma raison, de ma vue, de mon ouïe, de mon esprit, de mes entrailles, de tout moi-même.
Je me suis égaré dans votre extraordinaire beauté. Je ne sais plus où est ma place dans l'océan de la passion.
Vous m'avez conseillé de cacher mon secret, mais le débordement de mes larmes à tout dévoilé.
Lorsque ma patience est partie, lorsque ma résignation a pris fin, lorsque j'ai cessé de pouvoir goûter dans mon lit la douceur du sommeil,
je me suis présenté devant le cadi de l'amour., et je lui dit : mes amis m'ont traité avec rigueur et ils ont accusé mon amour d'imposture.
Pourtant, j'ai des témoins pour mon amour et les maîtres corroborent mes allégations lorsque je viens déclarer mon insomnie, mon amour, mon chagrin, ma tristesse, mon désir, mon amaigrissement, ma pâleur et mes larmes.
Étrange chose ! Je les cherche passionnément de tous côtés, et ils sont avec moi.
Mon œil les pleurs, alors qu'ils sont dans sa prunelle. Mon cœur se plaigne de la séparation, alors qu'ils sont entre mes bras.
S'ils me réclament les droits de l'amour, je suis le pauvre qui n'a rien à lui ni sur lui.
S'ils m'exilent dans les prisons du délaissement, je rentrerai chez eux par l'intercession de l'intercesseur.
Sidbû Madyan

L'homme parfait, le saint, le sage.

« L'homme parfait est la parfaite image de Dieu et contient en soi toutes les choses […] Il réunit en lui la forme de Dieu et la forme de l'univers. Lui seul révèle l'essence divine avec tous ses noms et attributs. Il est le miroir par lequel Dieu est révélé à lui-même et, par là, la cause finale de la création ». Ibn Arabî.

Intermédiaire entre Dieu et le monde, l'homme parfait peut donc être considéré comme détenant une double fonction : fonction totalisante des attributs divins, il capte l'image de Dieu et la renvoie : il est devenu au sens plein du terme, le « témoin » de Dieu. Eva de Vitray Meyerovitch

Rûmi, le retour

À chaque instant retenti de tous côtés l'appel de l'amour : nous allons vers le ciel, qui désire venir avec nous ?
nous avons été au ciel, nous avons été les amis des anges, et tous nous y retournerons, car c'est là notre patrie. Nous sommes plus élevés que le ciel, plus noble que les anges : pourquoi ne pas dépasser ? Notre but est la majesté suprême.
Qu'à donc à faire la perle fine avec le monde de la poussière ?
Pourquoi êtes-vous descendus ici ? Recharger vos bagages.
Qu'est-ce que ce lieu-ci ?
la chance nous accompagne, à nous de la sacrifier !
Le chef de notre caravane est Mustafâ, la gloire du monde.
Pourquoi tes yeux sont-ils tournés de ce côté pour cette vision ?
Comme les oiseaux de la mer, les hommes viennent de l'océan - l'océan de l'âme.
Comment, née de cette mer, l'oiseau ferait-il ici-bas sa demeure ?
Non, nous sommes des perles au sein de cette mer, c'est là que nous demeurons tous :
sinon, pourquoi la vague succède-t-elle à la vague qui vient de la mer de l'âme ?
La vague de « Ne suis-je pas » est venue, elle a brisé le vaisseau du corps : ;
et quand le vaisseau est brisé, la vision revient et l'union avec lui.
C'est le temps de l'union et de la vision, c'est le temps de la résurrection et de l'éternité ;
c'est le temps de la grâce et de la faveur, c'est l'océan de la pureté parfaite.
Le trésor des dons est advenu, l'éclat de la mer s'est manifesté, l'Aurore de la bénédiction s'est levé. L'aurore ? Non, la lumière de Dieu. Rûmi

Tous ces extraits sont tirés du livre « anthologie du soufisme » de Eva de Vitray-Meyerovitch

la cabale

123456789

René Guenon

René Guénon, né le 15 novembre 1886 à blois en France et mort le 7 janvier 1951 au Caire en Egypte, est un auteur français, ayant publié dix-sept ouvrages de son vivant (plus dix ouvrages regroupant divers articles ayant été publiés à titre posthume, soit au total vingt-sept titres) tous régulièrement réédités, qui ont trait, principalement, à la métaphysique, à l'ésotérisme et à la critique du monde moderne.

inscrivez vous

choose your