mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil

Philosophie du temps

Le temps, une réalité contestable

les riches heures du duc de berryPassé, immédiat, futur

Le temps n'est pas moins pollué que l'espace : je viens de passer un sale quart d'heure. » Roland Topor

Le temps est fondamental à l'évolution humaine mais cela ne veut pas dire qu'il soit une réalité. D'ailleurs, lorsque nous décidons de nous mesurer à sa réalité, nous sommes rapidement confronté à un problème.

Au niveau de l'expérience sensible, le temps semble effectivement avoir une consistance. Le monde change, les saisons passent, mon corps se transforme et tout cela nous pouvons l'attribuer au temps. Mais lorsque nous essayons d'en palper la réalité, rien de tangible ne semble pouvoir le faire exister réellement.
Où est-elle l'heure qui vient de passer ? Où réside l'année écoulée ? A quel endroit se tient, demain qui se profile ?

  • Le Passé est passé, il ne peut exister concrètement.
    Lorsqu'il existait concrètement, il s'appelait présent.
  • Le futur n'existe pas non plus concrètement.
    Quand il existera concrètement, il s'appellera présent.

Passé et futur, sont donc des constructions mentales.

Si l'existence du temps est relative à l'existence du passé et du futur, et si le passé et le futur n'existent pas de manière concrète, le temps n'existe pas de manière concrète.

D'autre part, il nous est impossible d'être concrètement en même temps dans le passé et le présent. Et c'est la même chose en ce qui concerne le futur. Nous ne pouvons pas non plus être concrètement, en même temps dans le présent et le futur à la fois.
Donc nous ne pouvons être que dans le présent.

Autrement dit, concrètement, le temps n'existe pas pour un individu. S'il existe, c'est pour l'humanité toute entière, pour l'extériorité. Seulement, ce qui est extérieur à moi-même, comme l'a très bien montré René Descartes, est hors des limites de ce que je peux réellement prouver (je pense donc je suis telle est ma seule certitude) et le processus n'a aucune raison de différer pour les autres individus, et au-delà pour l'humanité.

Si l'humanité ou l'univers existe, les minutes précédant leur présence, n'ont pas plus de réalité que les miennes. Et c'est la même chose pour leur futur.

Si donc, le passé et le futur n'existent pas, et si l'homme constructeur passe la plupart de « son temps » dans ces deux notions fugitives, l'homme constructeur, la plupart du temps, « n'existe pas » (au sens « d'exister pleinement », comme nous pouvons le dire de l'extatique aux contacts permanents du présent).

An 2002

La difficulté d'être