mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • textes philosophiques

Carl Jung

De l'inconscient

Carl Jung, medecin, psychiatre, psycologue suisseL'inconscient n'est pas un monstre démoniaque

"L'inconscient n'est pas un monstre démoniaque, c'est un organisme naturel, totalement indifférent au point de vue moral, esthétique et intellectuel, qui ne devient réellement dangereux que lorsque notre attitude consciente à son égard est désespérément obtuse. Dans la mesure ou nous le réprimons, son danger augmente. Mais au moment ou le patient commence a assimiler les contenus qui lui étaient alors précédemment inconscients, son danger décroît. La dissociation de la personnalité, la division angoissée des effets diurnes et nocturnes de la psyché, cessent avec l'assimilation progressive de l'inconscient."

(...)

"Nous comprenons toujours autrui comme nous nous comprenons nous-mêmes, ou du moins comme nous cherchons à nous comprendre. Ce que nous ne comprenons pas en nous-mêmes, nous ne le comprenons pas chez les autres et inversement. Ainsi, pour des raisons dont on n'a que l'embarras du choix, l'image d'autrui que nous portons en nous est en général hautement subjective. Comme l'on sait, même une connaissance intime ne saurait impliquer une appréciation d'autrui à son exacte valeur."

(...)

"Il est communément suppose, a tort, que les contenus de l'inconscient sont pourvus d'une seule signification et sont immuablement marques d'un signe plus et d'une signe moins. A mon avis, il s'agit d'un point de vue naïf. La psyché est un système autoregulateur qui, a l'instar du corps, s'applique a conserver a tout prix son équilibre. Chaque processus qui va trop loin suscite immédiatement et inévitablement des compensations, sans lesquelles il n'y aurait ni métabolisme normal, psyché normale. En ce sens, nous pouvons considérer la théorie de compensation comme une loi fondamentale du comportement psychique. Un trop peu d'un cote résultera en un trop grand de l'autre. De même, la relation entre conscient et inconscient est compensatoire. C'est l'une des règles les plus éprouvées de l'interprétation des rêves. Lorsque nous décidons d'interpréter un rêve, il est toujours utile de se demander: quelle attitude consciente vient-il compenser?"

(...)

"Sous la pression d'un abaissement extrême du niveau mental, la totalité psychique s'effondre et se fractionne en complexes multiples, et le Moi cesse, de ce fait, de jouer son rôle. Tous ces complexes endossent alors un caractère personnel unique et, leur volonté de puissance s'affaiblissant, leur mesure se relâche et commence a perdre leur emprise au travers des circonstances, des humeurs et des pensées. Il devient alors évident qu'avec un tel état d'esprit, ces éléments effrénés de la psyché du patient acquièrent alors un certain degré d'autonomie."

(...)

"Les exigences de l'inconscient jouent d'abord le rôle paralysant d'un poison dirige a l'encontre de la vitalité et des ressources d'un homme. On pourrait penser qu'il s'agit d'un démon hostile qui dérobe l'homme de son énergie, mais en réalité, c'est son propre inconscient dont les inclinations étrangères commencent a enrayer les efforts effrontés de l'esprit conscient. La cause de ce processus est souvent extrêmement obscure, d'autant plus qu'elle est souvent compliquée par toutes sortes de facteurs externes et de raisons subsidiaires, telles que des difficultés dans le travail, des déceptions, des échecs, des insuffisances liées a l'age, des problèmes familiaux."

(...)

"L'élaboration et l'inception de cette personnalité supérieure est ce que l'on entend a travers les textes immémoriaux, quand il est question de 'fruit sacre', de 'corps de diamant' ou de toute autre substance incorruptible. Psychologiquement, ces expressions symbolisent un état d'esprit s'élevant par-delà la portée des implications émotionnelles et des chocs violents -une conscience qui se détachent du monde. J'ai mes raisons d'y croire, mais je pense que cette nouvelle attitude surgit après la mi-vie et constitue une préparation a la mort. La mort en effet, est psychologiquement aussi importante que la vie, et toute comme elle, en fait partie intégrante. Considérée correctement sous une perspective psychologique, la mort n'est pas un terme mais un but, et l'inclination de la vie vers elle, commence des qu'elle en a dépasse son apogée."

(...)

"L'homme qui s'engage dans la seconde moitié de la vie s'inclinera forcement vers la culture; les forces de son organisme s'affaiblissant, elles le laisseront ainsi subordonner ses instincts a des fins culturelles. Bien des hommes sont alors annihiles durant cette transition de la sphère biologique a la sphère culturelle, et notre éducation collective n'y prévoit pratiquement aucun recours. Seulement préoccupes par l'éducation de notre enfant, nous négligeons celle de l'adulte, dont il est toujours présume (mais pour quel motif, peut-on se demander ?) qu'il n'en a plus besoin. On assiste a une absence presque totale de direction lors de cette transformation énergétique d'une forme biologique vers une forme culturelle, et ce processus étant individuel, il ne peut être fortifie par des règles et des maximes générales. Cette transformation se réalise seulement au moyen de symboles."

(...)

"Il en est autrement d'un homme dans la seconde partie de sa vie; il n'éprouve alors plus le besoin d'éduquer sa volonté consciente, mais plutôt celui de comprendre le sens de son existence personnelle, et pour se faire, il doit découvrir l'etre intérieur qui lui est propre. Le statut social n'est ainsi plus un objectif pour lui, même s'il ne refuse pas entièrement pour autant sa désirabilité. Pleinement conscient du peu d'importance sociale dérivée de son processus évolutif, il la ressent plutôt comme une façon de travailler sur lui-même, a son propre avantage. Cette activité le libère inexorablement de ses addictions pathologiques, il en acquiert ainsi la stabilité intérieure et une confiance nouvelle en lui-même. Ce sont ces dernières réalisations qui pourvoient maintenant au bien de l'existence sociale de cet homme; car un individu intérieurement stable et confiant en lui-même s'avèrera toujours plus compétent dans ses devoirs sociaux, qu'un autre qui, lui, serait en mauvais équilibre avec l'inconscient." CARL JUNG

 

Peter Singer

Extraits de philosophes

Marx, Meslier, More, Nietzsche gai savoir, Nietzsche grec, Parménide, Pascal, Pindare, Platon banquet, Platon hippias maj, Platon lettre, Platon lois, Platon phedre, Platon socrate, Platon sophiste, Platon theetete, Plotin l'un, Pythagore, Rosset, Rousseau promenade, Rousseau reverie, Rousseau Emile, Saint Anselme, St Anselme 1Saint Anselme 2, Saint Augustin, Saint Thomas mal, Saint thomas dieu, Sartre, Shopenhauer, Seneque, Spinoza amour, Spinoza appendice, Spinoza dieu, Steiner, Rabindranah Tagore, Tocqueville. Tao

123456789101112131415161718192021222324252627282930313233343536373839404142434445464748495051525354555657585960616263646566676869707172737475767778798081828384858687888990919293949596979899100101102103104105106107108109110111112113114115116117118119120121122123124125126
 

choose your