mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • textes philosophiques

Thomas Hobbes.

Le léviathan. De l'homme.

Thomas Hobbes, Auteur du LéviathanChapitre I : De la sensation.

Je considérerai les pensées de l'homme d'abord séparément, puis dans leur enchaînement, leur dépendance les unes à l'égard des autres. Séparément, elles sont chacune une représentation, une apparition de quelque qualité ou de quelque autre accident en dehors de nous, qui est communément appelé un objet; lequel objet exerce un effet sur les yeux, les oreilles, et les autres parties du corps humain, et par cette diversité d'excitations, produit une diversité d'apparitions.
 
L'origine de toutes nos pensées est ce que nous appelons SENSATION, (car il n'est nulle conception dans l'esprit humain qui n'ait été d'abord, totalement ou par parties, causée au niveau des organes de la sensation). Les autres dérivent de cette origine.
 
Connaître la cause naturelle de la sensation n'est pas vraiment nécessaire au travail que nous entreprenons maintenant, et j'amplement écrit ailleurs sur la question. Néanmoins, afin de compléter chaque partie de la présente méthode, j'expliquerai ici brièvement le même point.
 
La cause de la sensation est le corps extérieur, qui presse l'organe propre à chaque sensation, ou immédiatement, comme dans le goût et le toucher, ou médiatement, comme dans la vue, l'ouïe ou l'odorat; laquelle pression, par l'intermédiaire des nerfs et autres fils et membranes du corps, se propage intérieurement jusqu'au cerveau et jusqu'au cœur, et cause là une résistance, une contre-pression, un effort du cœur pour se délivrer; lequel effort, parce qu'extérieur, semble être quelque chose en dehors. Et ce semblant, ce phantasme est ce que les hommes appellent sensation, et il consiste, pour l’œil en une lumière ou une couleur d'une certaine forme, pour l'oreille en un son, pour les narines en une odeur, pour la langue et le palais en une saveur, et pour le reste du corps en chaleur, froid, dureté, mollesse, et de pareilles autres qualités que nous pouvons discerner par le toucher. Toutes ces qualités appelées sensibles ne sont dans l'objet qui les cause que de nombreux mouvements différents de la matière, par lesquels l'objet presse diversement nos organes. En nous, dont les organes sont pressés, il n'y a rien d'autre que différents mouvements (car le mouvement ne produit que du mouvement). Mais leur apparition en nous est phantasme, de la même façon quand nous sommes éveillés que quand nous rêvons. De même que si l'on presse, frotte ou frappe l’œil, cela nous fait imaginer une lumière, de même que si l'on presse l'oreille se produit un vacarme, de même font les corps que nous voyons, qui produisent de façon semblable une action vive, quoique nous ne nous en apercevions pas. Car si ces couleurs et ces sons étaient dans les corps, dans les objets qui les causent, ils ne pourraient pas en être séparés, comme nous voyons qu'ils le sont dans les miroirs et par réflexion dans les échos, où nous savons que la chose que nous voyons est à un endroit, l'apparition à un autre endroit. Et quoiqu'à une certaine distance, l'objet réel, véritable, semble revêtu du phantasme qu'il fait naître en nous, pourtant, toujours, l'objet est une chose, l'image ou phantasme une autre. Ainsi, cette sensation, dans tous les cas, n'est rien d'autre que le phantasme originaire causé (comme je l'ai dit) par la pression, par le mouvement des choses extérieures sur nos yeux, nos oreilles et les autres organes destinés à cela.
 
Mais les écoles philosophiques, dans toutes les universités de la Chrétienté, se fondent sur certains textes d'Aristote et enseignent une autre doctrine. Elles disent, pour la cause de la vision, que la chose vue envoie de toutes parts une espèce visible, en Anglais, une représentation, une apparition, un aspect visibles ou un être vu, dont la réception dans l’œil est la vision. Et, en ce qui concerne la cause de l'audition, que la chose entendue envoie une espèce audible, qui est un aspect audible, un être vu audible qui, entrant dans l'oreille, constitue l'audition. Mieux! Pour la cause de la compréhension, de même, ils disent que la chose entendue envoie une espèce intelligible, qui est un être vu intelligible qui, entrant dans l'entendement, constitue le fait d'entendre. Je ne dis pas cela pour désapprouver l'usage des universités, mais, comme je dois ci-dessous parler de leur fonction dans la République, je dois vous montrer, dans toutes les occasions que nous rencontrons, quelles choses doivent y être amendées, et parmi elles il en est une : la fréquence de paroles sans signification.

 

Hobbes suite imagination

 

D'autres extraits d'auteurs :

Apulée, l'âne d'orAristote éthique à NicomaqueAristote paraphraseBoèce, consolation philosophiqueBreton conjonction, Port-au-Prince HaïtiAuguste Comte, catéchisme positivisteConfuciusEmmanuel Kant, CosmopolitiqueDe coulanges, la cité antiqueNicolas de Cusa, De la docte ignoranceDarwin, l'origine des espècesRené Descartes, lettre à Christine de Suède … René Descartes, discours de la méthodeChesneau Du Marsais, le philosopheépictète le manuelépicure lettre a Ménécéeépicure et l'épicurisme Lengrand

123456789101112131415161718192021222324252627282930313233343536373839404142434445464748495051525354555657585960616263646566676869707172737475767778798081828384858687888990919293949596979899100101102103104105106107108109110111112113114115116117118119120121122123124125126

Hobbes, philosophe anglais concepteurs de l'état de nature

Thomas Hobbes (5 avril 1588 à Westport, Angleterre – 4 décembre 1679 à Hardwick Hall dans le Derbyshire en Angleterre) est un philosophe matérialiste-nominaliste anglais. Son œuvre majeure, le Léviathan, eut une influence considérable sur la philosophie politique moderne, par sa conceptualisation de l'État de nature anarchique et du contrat social qui fonde les bases de la société civile. Paradoxalement, le Léviathan eut une influence considérable sur l'émergence du libéralisme et de la pensée économique libérale du xxe siècle - notamment la théorie des jeux, le concept du dilemme du prisonnier étant souvent attribué à Hobbes à titre posthume. La portée de l'œuvre de Hobbes et sa conceptualisation de l'État d'Anarchie eut également une influence sur l'étude des relations internationales et de son courant rationaliste dominant : le réalisme.

Biographie extraite du site Wikipédia

inscrivez vous

choose your