France English Português Contactez nous

facebook petite icone bleue
twitter petite icone
flux rss, icone
mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • animal homme
    la maitrise du comportement

Comportement humain et conscience morale

La voix intime qui parle

René Magritte, peintre surréaliste Belge - Golconte, Du singe à l'homme

La maîtrise des pulsions développe la conscience morale.

Nous étions des primates naturels, nous sommes des hommes constructeurs nous allons vers l'humain accompli. Telle est la base de notre philosophie.
Selon, l'anthropologie, l'humanité est née dans un monde dépourvu de lois orales et écrites - la nature. Notre espèce s'est extrait de cet espace naturel et s'est construit un espace culturel, d'ou elle s'est mise a créer les lois, le droit, la morale, l'éthique pour les faire évoluer jusqu'au point où elles en sont à présent.

Une conscience morale en évolution

Depuis leur origine, ces règles de conduite, sont en évolution. Elles sont aujourd'hui beaucoup plus restrictives qu'à leur début, et bien moins qu'elles ne le seront dans le futur. Nous pensons ici, qu'à terme, l'évolution de ces contraintes, éliminera chez l'homme toutes ses possibilités d'abuser autrui.

De la conscience

À l'origine ; les interdits

Jerome Bosch, 1450-1516 peintre, primitif Flamand - detail du portement de croix Tu ne tueras point

" La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions". Sigmund Freud

A partir du moment où les hommes se sont « inventé » des interdits, ils n'ont cessé de vouloir les contourner pour assouvir leur désir. Ce petit jeu du chat et de la souris, est en réalité, une puissante machine à civiliser.

  • D'un côté, la force de certaines de nos pulsions, contraint l'homme à contourner les lois pour les assouvir, obligeant notre espèce à imaginer de nouvelles clauses, ou à améliorer le droit et son système de punition.
  • De l'autre, l'être humain, qui, parce qu'il est éduqué et parce qu'il craint les sanctions, est contraint d'apprendre à gérer de mieux en mieux ses tendances transgressantes. Et ainsi, le genre humain, en maîtrisant de mieux en mieux ses pulsions, développe de plus en plus sa volonté et sa conscience morale.

Les valeurs idéales humaines

La conscience morale est un des socles de l'humanité.

Dans le monde animal, un instinct d'économie de violence régule les comportements. Le dominant par exemple, cesse toute violence quand le dominé fait acte de soumission. Au cours de l'évolution humaine, cet instinct s'est transformé en morale - "on ne frappe pas un homme à terre", "on abuse pas de sa force" etc..

Et donc, sii l'homme a perdu son instinct régulateur sans avoir été correctement initié à la morale humaine et à l'empathie, il peut devenir un terrible danger pour l'homme.

En se développant, la conscience morale a donné naissance à de nombreuses valeurs idéales et universelles comme l'égalité, la fraternité, l'universalité, le partage, l'altruisme, la protection du faible, la philanthropie, etc. Ces valeurs supérieures, inculquées dès l'enfance par le tissu familial, amical, scolaire, artistique, médiatique, servent « d'horizon positif » à l'humanité. Depuis la naissance des grandes philosophies et religions (hindouisme, judaïsme, bouddhisme, christianisme, islam, platonisme, stoïcisme, épicurisme) ces valeurs sublimes font office d'idéal à atteindre pour l'ensemble humain. Ceux qui s'en rapprochent le plus deviennent des icônes de l'humanité. C'est pourquoi l'abbé Pierre ou Sœur Emmanuelle, ont conservé la tête des sondages de popularité pendant toute leur période d'activité. C'est également pourquoi l'être humain vénère spontanément des Gandhi ou des Martin Luther King.

La carotte et le bâton

Voici donc comment notre philosophie, décrit les raisons de nos progrès dans la maîtise de nos comportements : d'un côté les idéaux à atteindre, de l'autre le système de contrainte. Les interdits maîtrisent les pulsions par la force et les valeurs supérieures, les maîtrisent par la conscience. L'action de ces 2 forces dévalue toujours plus la capacité humaine à s'affirmer au détriment d'autrui.

Remarquablement, les valeurs idéales humaines, semblent s'opposer exactement aux lois de la nature :

  • L'égalité par exemple, inverse le principe domination-soumission qui régit le primate naturel.
  • L'universalité et la fraternité, inversent l'esprit de clan.
  • Le partage, la générosité, inversent la thésaurisation des privilèges.
  • La capacité à protéger les plus faibles, inverse la sélection naturelle par le plus résistant.
  • Le progrès technologique, inverse la soumission aux éléments naturels. etc.

"En permettant l'homme, la nature a commis un attentat contre elle-même" écrit le philosophe Emil Cioran, et par certains côtés, il me semble que le penseur Roumain a raison. Métamorphoser un animal conditionné à s'affirmer aux dépens de ses congénères, en un humain totalement respectueux d'autrui, voilà, en somme, le rôle de l'humanité constructrice.

Et comme la frustration des pulsions humaines est lourde à supporter, une sorte de zone de décompression (l'inconscient) s'est constituée dans notre cerveau.

Il convient également de prendre conscience de l'importance des "pulsions abusantes" pour l'évolution humaine. L’égoïsme, l'égocentrisme, le désir de dominer, etc. font partis des moteurs de l'humanité et leur progressive dilution a un rythme propre qu'il convient de ne pas brusquer sous peine de le rendre inacceptable, le communisme ou les fondamentalismes religieux l'ont démontré.

Nous étudierons tout cela en page suivante.

2001

frustration des pulsions et inconscient.

123456789101112131415161718192021



Friedrich Nietzsche, philosophe et philologue Allemand, à entre autre écrit la généalogie de la morale.

Le châtiment est fait pour améliorer celui qui châtie.

Friedrich Nietzsche.