France English Português Contactez nous

facebook petite icone bleue
twitter petite icone
flux rss, icone
mecaniqueuniverselle.net : aller à la page d'accueil
  • l'humanité
    la démocratie (suite)

Dictature et démocratie

L'autocratie des dominants

Jean marc Tonizzo peinture agress 1En dictature c'est interdit de parler, en mauvaise démocratie c'est : « cause toujours ».

L'encre des savants est plus précieuse que le sang des martyrs. Mahomet

Des régimes naturels

Selon la mecaniqueuniverselle, l'organisation humaine est issue des mœurs de la nature. Pendant longtemps, les hommes se sont contentés de régimes politiques reproduisant ces mœurs naturelles automatiques, ces pouvoirs accordant la toute puissance aux dominants. Que ce soit le clan, la tribu, l'aristocratie, l'oligarchie, l'empire ou la dictature, le peuple y était plus ou moins soumis au diktat de quelques maîtres. Comme chez notre cousin singe, un petit groupe s'y affirmait au dépens de ses congénères.

Puis est apparue la démocratie.

Un régime supérieur et culturel

Ce régime (né en Grèce), l'humanité le redécouvre relativement tard, il y a quelques siècles tout au plus. C'est pourquoi la pratique démocratique est toujours imparfaite. Elle contient encore une forte dose des archaïsmes précédents (même si à présent, les dominants démocrates utilisent la manipulation plutôt que la force pour thésauriser les privilèges).

Soumis à ses pulsions, le leadorat humain n'a pas encore compris l'intérêt sublime de la démocratie. Il s'habille du terme sans réussir à l'incarner. Il faudra encore quelques temps, me semble-t-il, pour qu'il en saisisse l'âme profonde. Pour qu'il intègre définitivement le sens et les valeurs du vrai comportement démocrate. La démocratie nécessite par exemple, des contre pouvoirs forts et indépendants (médias, syndicats, justice etc.) travailler à leur destruction comme c'est le cas depuis les années 80 démontre tout simplement que le monde dominant, désire instinctivement revenir à des régimes autocratiques.

a/ Dans une dictature classique (de gauche ou de droite) aucune contestation n'est possible. Toute critique est sévèrement réprimée ou codifiée. Les mouvements de résistance sont voués à l'enfermement ou à la mort (goulag, camps de concentration).
La violence* est donc pratiquement la seule alternative pour s'opposer à ce genre de pouvoir.

* une violence que les dictatures appellent terrorisme.

b/ Dans une démocratie effective, la critique peut s'exprimer. Même dénaturées, comme c'est le cas actuellement, les démocraties offrent des espaces d'expressions. Cela retire du coup, toute légitimité au terrorisme. L'intelligence et la créativité peuvent contourner les manœuvres des puissants et des mouvements de défenses peuvent se constituer. Et même si certaines démocraties parviennent à museler les critiques (faisant naître du ressentiment), ils ont malgré tout le droit d'exister.

Pour une bonne démocratie les médias doivent être libres

Aujourd'hui, une grande partie du monde a adopté le système démocratique. Les démocraties en bonne santé se remarquent à deux choses.

  1. La qualité des intervenants dans les débats médiatisées.
  2. Et la place accordée au peuple dans ces débats télévisés.

La télévision (et bientôt internet) est le nouvel espace de dialogue et d'éducation citoyenne. Le combat entre progressistes et réactionnaires doit pouvoir s'y exprimer à égalité.

Une démocratie féconde, créatrice et éthique, doit disposer de journalistes libres, impartiaux, neutres et capables d'offrir l'espace juste à chacun.

Depuis l'investissement du marché dans les mass-médias, ce n'est plus vraiment le cas. Le monde médiatique semble de plus en plus géré par des journalistes star, inconscients, partisans et élitistes. Des journalistes valorisant des élites (oubliant les citoyens ordinaires) pour répondre aux exigences de leur nouveau patron : le marché.

La critique est la bonne santé de la société

Voilà pourquoi le peuple à le sentiment de se retrouver devant une sorte de nouvelle aristocratie. Une situation où des dominants imbus d'eux-mêmes parce que tout-puissants et narcissiques, en oublient l'existence d'une grande partie de la population. Ces nouveaux libéraux, incapables d'écouter la souffrance des citoyens, délivrent comme message : « tu peux toujours causer !  ». Cette génération (1980-2000), foule tout simplement à ses pieds, une partie du travail démocratique déjà réalisé.

Différents types de réactions face à l'oppression

La surdité envers le peuples a naturellement des répercussions sur les humains les plus précaires. Elle engendre des contestations à l'intérieur des groupes opprimés et oubliés. Cette contestation peut prendre alors plusieurs visages en fonction des caractères humains.

  • Violence verbale, pensées racistes, xénophobie.
  • Violence physique envers soi-même (alcoolisme, dépression, toxicomanie, suicide).
  • Violence physique envers autrui (terrorisme, délinquance, Violence sportive ... )
  • Violence canalisée et intellectualisée (manifestation, engagement politique, critique artistique ...)

Évidemment, à distance et hors contexte, la meilleure solution saute aux yeux : c'est la violence canalisée (en exerçant une pression morale et juridique sur les trois autres formes de violence, la société humaine dirige d'ailleurs vers ce type de contestation paisible).

Mais nous savons aussi que nous ne sommes pas égaux au niveau du caractère. Si certains peuvent accepter une certaine servitude, d'autre en sont incapables. Si certains peuvent effectivement émettre des critiques canalisées et raisonnables, d'autres n'en ont pas les moyens.


2001


les médias

12345678


philosophie Péricles démocratie


Tout démocratiseur arrivant avec un état d'esprit de pillard, se transforme en démocraticide